Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 15:11

 

Une lettre peut faire la différence. La vidéo ci-dessous en est un exemple flagrant.

.

 
.
 
Bu Dongwei a passé plus de deux ans dans un camp de « rééducation par le travail », en Chine. Grâce à l'action menée par Amnesty International et par d'autres sympathisants, il a été libéré en juillet 2008.
Chaque année, nous sommes des centaines de milliers à célébrer la Journée internationale des droits de l'homme, le 10 décembre. Partout dans le monde, des hommes, des femmes, des enfants écrivent pour libérer des prisonniers d'opinions.
Nous rédigeons ces lettres et nous agissons en ligne pour exiger que les droits fondamentaux soient réellement respectés et protégés. Ainsi, nous exprimons notre solidarité envers les victimes d'atteintes aux droits humains et nous nous efforçons d'obtenir des changements concrets dans la vie des gens.

Partager cet article

Repost 0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 09:32

 

 

Après avoir appris que les femmes seraient seins nus durant la marche de la Journée GoTopless à Paris, lancée par l'organisation américaine GoTopless.org, ce samedi 27 août, la Préfecture de Paris a averti clairement et fermement que les participantes seraient arrêtées et sanctionnées si elles se mettaient torse nu, au regard d’un article du code pénal punissant l’exhibition sexuelle.

“Puisque les hommes ont toute latitude pour rester torse nu, la decision de la prefecture est pure discrimination" déclare Clémence Linard, coordinatrice de GoTopless.org en Europe. "Si la Préfecture de Paris ordonne l'arrestation des femmes qui seraient seins nus, comme elle l’a annoncé, sans arrêter les hommes, alors que nul écrit n'interdit d'être topless a Paris, elle montrera une fois de plus que les principes d'égalité dont elle se reclame ne sont que des mots. Elle devra aussi interdire toutes les publicités placardées sur les murs de la villes, les magazines vendus dans les kiosques et tout autre support présentant des poitrines de femmes et d'hommes torses nus" ajoute-elle.

L'organisation GoTopless.org, basée aux Etats-Unis, organise, pour la quatrième année consécutive, cet événement de protestation international pour proclamer le droit constitutionnel des femmes à être « topless » en public, autant que les hommes. Pour Raël, leader spirituel du Mouvement Raëlien et fondateur de GoTopless.org, l'équation est simple : "Aussi longtemps que l’on permettra aux hommes d’être topless en public, les femmes doivent avoir le même droit constitutionnel. Sinon, les hommes doivent porter quelque chose pour cacher leur poitrine."

"Bien que le principe d'égalité des sexes fait partie de la constitution française et des traités Européens d'Amsterdam et de Lisbonne, ce cas illustre parfaitement que la morale judéo-chrétienne est tout simplement au dessus des droits de l'homme en France” souligne Clémence Linard. "Le fait que la prefecture considére l'action de découvrir sa poitrine comme une exhibition sexuelle montre l'ampleur du tabou et des interdictions morales dans lesquelles nous baignons en France."

"C'est bien parce que c'est caché et interdit que cela devient une obsession à connotation sexuelle.” ajoute Clemence Linard. “Il y a quelques sicles, le simple fait de dévoiler une cheville était considéré comme étant une exhibition sexuelle. Aujourd'hui la cheville étant largement accessible, elle a perdu de son attrait ou plus précisément, elle a repris une juste place dans la diversité des attraits et il en sera de même pour les seins des femmes. Au lieu d'interdire et de discriminer les femmes qui osent faire respecter leur droit en étant seins nus, la France devraient les protéger comme elle se doit de le faire pour chaque citoyen qui est dans son droit civique et qui le revendique." conclut-elle.

Ce samedi 27 août, celles-ci défileront avec des bandes de sparadrap sur les seins et seront accompagnées par les hommes qui eux, porteront un soutien gorge en guise de soutien. Le public est invité à rejoindre les participants de GoTopless.org dans les rues de Paris pour faire respecter le droit des femmes discriminées. Le cortège partira de la Place St-Michel à 15h et finira à 17h30, Quai de la Corse. Il passera sur les axes suivants: Boulevard St Michel - Boulevard St Germain – Carrefour Odéon – Boulevard St Germain – Rue Saint Jacques – Rue du Petit Pont – Rue de la Cité

Des marches GoTopless.org sont organisées le même jour à Genève et Rotterdam.

Partager cet article

Repost 0
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 08:43



http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/06/30/temoins-de-jehovah-la-cour-
europeenne-des-droits-de-l-homme-condamne-la-france_1543102_3224.html



C'est un arrêt qui fera date. Pour la première fois, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a reconnu, jeudi 30 juin, que le gouvernement français avait violé l'article 9 de la convention européenne sur la liberté religieuse. Plus significatif encore, cette condamnation intervient dans une affaire qui opposait l'Etat aux Témoins de Jéhovah (TJ), dont le statut d'association cultuelle est régulièrement mis en question par les administrations françaises, en dépit de décisions de justice qui lui reconnaissent ce statut.


L'arrêt de la CEDH, - qui peut encore faire l'objet d'un renvoi devant la grande chambre de la cour -, concerne un contentieux, qui opposait depuis plus de quinze ans l'association des Témoins de Jéhovah à l'administration
fiscale française. "C'est une victoire", déclare au Monde l'avocat des TJ, Philippe Goni, qui souligne "l'unanimité"
des sept juges européens, dont le Français Jean-Paul Costa. UNE TAXATION QUI MENACE L'ASSOCIATION
Qualifiés de "secte" dans le rapport de l'assemblée nationale de 1995 publié sur ce sujet - et reconnu depuis caduque -, les Témoins de Jéhovah ont, à partir de cette date, fait l'objet de plusieurs contrôles fiscaux.


L'association contestait ces contrôles, qui portaient sur les "dons manuels", - les offrandes des fidèles. Elle a donc saisi la justice dès l'ouverture de ces procédures fiscales. Le contentieux portait sur la question de savoir si ces offrandes devaient ou non bénéficier de l'exonération fiscale qui prévaut pour les dons et legs faits aux associations cultuelles et aux congrégations.


"Le fisc estimait que les dons révélés au cours de son contrôle devenaient taxables à hauteur de 60 % de leur montant pour les années 1993 à 1996, soit un montant de près de 23 millions d'euros", résume Me Goni. La somme réclamée par l'administration fiscale s'élève aujourd'hui, après calcul des pénalités, à 57,5 millions d'euros, rappelle la CEDH dans son arrêt. L'association estimait que cette procédure fiscale constituait une discrimination par rapport aux autres associations et qu'elle allait en outre à l'encontre de sa liberté de religion. C'est ce deuxième point que la cour a reconnu en rappelant que "ces dons constituaient la source essentielle de son financement" ; "Il y a donc bien eu ingérence dans le droit de l'association requérante à la liberté de religion". Ils soulignent que la taxation "a menacé la pérennité, sinon entravé sérieusement l'organisation interne, le fonctionnement de l'association et ses activités religieuses, étant observé que les lieux de culte étaient eux-mêmes visés".


L'administration fiscale a en effet mis sous séquestre, depuis 1998, les biens immobiliers appartenant à l'association des TJ. La cour a estimé que l'article du code général des impôts sur lequel se fondait l'administration fiscale pour taxer les dons des TJ n'était ni assez "précis" ni assez "prévisible". Elle renvoie en revanche à une date ultérieure la question de l'annulation du redressement et la restitution des sommes saisies (4,5 millions d'euros plus les intérêts), tablant visiblement sur un accord entre les deux parties.


Des règlements à l'amiable ont déjà été envisagés ces derniers mois. Ils ont notamment buté sur le refus des TJ de régler une partie des sommes dues et la nécessité pour le gouvernement de passer par le Parlement pour effacer le
recouvrement. "La motivation de la Cour constitue un sérieux rappel à l'ordre pour tous ceux qui s'opposent au  pluralisme religieux", a estimé l'association des TJ dans un communiqué, jeudi.
Stéphanie Le Bars

Partager cet article

Repost 0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 13:08



http://www.rue89.com/rue69/2011/06/17/circoncision-en-californie-lavenir-du-prepuce-en-question-209239

Par Noémie Taylor | 17/06/2011 | 10H12
« Le prépuce n'est pas une malformation de naissance ! » ;
« Ramenez votre bébé entier à la maison » ;
« A bas la lobotomisation sexuelle ! »


Pour gagner la bataille de l'opinion, les militants anti-circoncision se sont longtemps contentés de ces quelques slogans provocateurs, collés sur le pare-brise de leursvoitures ou arborés fièrement sur des T-shirts, à l'occasion de meetings enflammés. Mais début mai, les voilà qui passent à la vitesse supérieure, créant la stupéfaction en Californie : un petit groupe d'« intactivistes » (comme ils se surnomment) de l'association Men Genital Mutilation (MGM) Bill, basée à San Diego, est parvenu à récolter les 12 000 signatures requises pour la tenue d'un référendum à San Francisco, en novembre prochain. C'est ce même système qui avait permis, en 2008, le vote de la loi interdisant le mariage gay en Californie.


L'objectif des militants anti-circoncision ? Obtenir l'interdiction de cette pratique sur les moins de 18 ans sous peine d'une amende de 1 000 dollars (environ 700 euros) et d'une condamnation pouvant aller jusqu'à un an de prison.
Une première aux Etats-Unis où la circoncision est très largement répandue depuis les années 50 : pas seulement chez les juifs et les musulmans, pour qui il s'agit d'une prescription religieuse, mais sur l'ensemble de la population, principalement pour des raisons d'hygiène. Ainsi, en 2009, près de 80% des Américains étaient circoncis, selon des chiffres de l'Organisation mondiale de la santé.


Circoncision = excision ?
Né dans les années 60, dans la baie de San Francisco, berceau de la pensée progressiste, le mouvement « intactiviste » s'inscrit à l'époque dans la même logique que les militantes de l'accouchement naturel : comme elles, il préconise la plus petite intervention possible de l'homme sur la nature, jugée par essence « parfaite ». Par conséquent, pourquoi priver un enfant de son prépuce ? Au top ten des arguments intactivistes figure justement l'idée que la circoncision est une forme d'excision (laquelle consiste, chez la femme, en l'ablation du clitoris). « Depuis 1996, la loi fédérale américaine protège très clairement les filles contre les mutilations sexuelles. Pourquoi ne rotégerait-elle pas aussi les garçons ? » s'indigne Matt Hess, principal leader de la MGM Bill, qui dénonce une pratique douloureuse pour le bébé et l'absence de consentement de l'enfant.


« Nous ne sommes pas contre la circoncision tant qu'elle est pratiquée à l'âge adulte. Mais les parents n'ont pas tous les droits sur le corps d'un enfant », ajoute Hess, qui dit lui-même « souffrir » d'avoir été circoncis bébé :
« A 20 ans, j'avais des rapports sexuels peu intenses, très insatisfaisants. J'ai assez vite fait le lien avec la circoncision, qui engendre souvent une désensibilisation du gland. »
Au-delà de motifs hygénistes, ce serait d'ailleurs spécifiquement pour cette raison que l'Amérique puritaine du XIXe siècle a commencé à vanter les vertus de la circoncision. Le professeur Edward Laumann, sociologue de l'université de Chicago, grand spécialiste de la sexualité des Américains : « Les scientifiques anglais et américains ont longtemps pensé que l'ablation du prépuce était un bon moyen de lutter contre la masturbation des jeunes garçons.


Le comble, c'est que de récentes études montrent qu'au contraire, la circoncision favorise tout un tas de pratiques sexuelles, dont la masturbation et la fellation, par recherche justement d'un plaisir plus intense lié à une moindre sensibilité du gland. » « Les hommes circoncis sont capables d'avoir du plaisir »Une idée que nuance le Dr David Baron, ancien médecin-chef au centre médical de Santa Monica-UCLA et mohel (personne chargée dans le judaïsme de pratiquer la circoncision rituelle) : « Il est absolument faux de raconter que la circoncision diminue de manière drastique les sensations. Même s'il peut exister une légère altération, les hommes circoncis sont tous capables d'avoir du plaisir et d'atteindre l'orgasme. L'analogie avec l'excision est stupide car le clitoris est le principal organe du plaisir féminin, ce qui n'est pas le cas du prépuce. »


Néanmoins, le Dr Baron se range derrière l'opinion de l'American academy of pediatrics, qui estime que même s'il existe des données scientifiques démontrant les bienfaits de cette pratique (une diminution de 60% des risques de contracter le sida par exemple), celles-ci sont encore trop insuffisantes pour encourager la circoncision quasi-automatique des nouveaux-nés, comme dans les années 50, 60 et 70. David Baron : « Il y a 1% de chances pour qu'il y ait des complication. C'est peu mais c'est toujours 1%. S'il ne s'agit pas d'une circoncision rituelle, j'explique aux parents que cela n'est pas vraiment nécessaire. »

...

 

La suite sur le lien cité plus haut.

Partager cet article

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 13:18



http://www.grioo.com/ar,arabie_saoudite_les_femmes_reclament_le_droit_de..._conduire,21136.html

16/06/2011
Six Saoudiennes ont été brièvement arrêtées le 9 juin dernier à Ryad. Leur faute : avoir pris le volant alors que les femmes n'ont pas le droit de conduire en Arabie saoudite. En prévision de la « manifestation » du 17 juin prochain, lancée par Manal al-Sharif, saoudienne de 32 ans, consultante en informatique et d’autres saoudiennes pour avoir simplement le droit de... conduire, La « campagne du Iqal » (cordon qui permet d’attacher le couvre-chef des hommes) entend remettre de l’ordre en Arabie Saoudite. Dans cette contribution, Nadine Abdallah, docteur en droit et avocat, démonte de manière limpide les arguments des promoteurs cette campagne liberticide des droits des femmes.

Par Nadine Abdallah

La "campagne du Iqal" entend remettre de l’ordre en Arabie Saoudite. Le Iqal est le cordon qui permet d’attacher le couvre-chef des hommes. Il devra servir à frapper les femmes qui oseront braver un interdit du Royaume. Cette campagne entend en effet répondre virilement à la "manifestation" prévue le 17 juin, lancée par Manal al-Sharif,
saoudienne de 32 ans, consultante en informatique et d’autres saoudiennes pour avoir simplement le droit de... conduire. Car conduire pour une femme est un acte criminel en Arabie Saoudite.

La page Facebook créée par Manal et d’autres saoudiennes a été bloquée par les autorités du Royaume. Elles revendiquent simplement l’un de leurs droits "les plus élémentaires" : conduire, ce qu’elles comptent faire donc ce 17 juin, à tire individuel. Ces femmes possèdent un permis étranger et connaissent bien sûr le Code de la route. Une "manifestation" on ne peut plus pacifique, qui n’a rien de violent et d’anti-gouvernemental (comme en Tunisie ou en Égypte).

Manal elle-même a été arrêtée le 21 mai suite à la vidéo postée sur Youtube dans laquelle on la voit au volant d’une voiture, filmée par sa passagère, l’écrivaine et féministe Wajeha al-Huwaider. Relâchée après quelques heures, la police de la promotion de la vertu et de la prévention des vices l’a fait à nouveau arrêter le lendemain matin aux aurores à son domicile. Elle devait être relâchée le 26 mai, mais une détention de dix jours supplémentaires a été prononcée.
Si la loi saoudienne n’est pas explicite sur le sujet, l’interdiction semble être de nature religieuse, une fatwa ayant été prononcée. Ce qui permet à certains d’expliquer que l’Islam interdit la conduite des femmes. Soutenir que le Coran ait prévu la conduite des automobiles avec 14 siècles d’avance prête évidemment à sourire. Ni le Coran ni la sunna n’interdisent aux femmes de conduire. En outre, si l’on tient à rentrer dans ce jeu herméneutique, les femmes à l’époque du Prophète ne montaient-elle pas à cheval ? Certaines d’entre elles combattaient même aux côtés du Prophète comme Nassiba bint Kaab. Le cheval n’était-il pas l’automobile de l’époque ?

Un autre argument avancé par les hommes opposés à la conduite des femmes consiste à expliquer que des femmes libres au volant vont augmenter les flirts, et le harcèlement sexuel. En Arabie saoudite, selon une certaine interprétation de l’Islam, la proximité des femmes avec des hommes étrangers à la famille est prohibée, et de ce point du vue, la femme ne peut se déplacer en voyage en compagnie d’hommes étrangers à la famille : elle doit être accompagnée d’un mahram (son père, son frère, son fils...).

Or, de manière ironique, c’est bien parce que les femmes ne peuvent pas conduire qu’elles sont aujourd’hui forcées de faire appel à des chauffeurs ou à des taximan, qui sont des « étrangers » : l’interdiction va donc à l’encontre de l’Islam prôné en Arabie saoudite, ce qui constitue une incohérence. D'ailleurs, les femmes peuvent conduire dans les autres pays musulmans du Golfe.



Au-delà de ces pseudo-arguments fondés sur une interprétation alambiquée de la religion dans le seul but de se transformer en argument d’autorité, le problème plus profond est que l’Arabie saoudite est un pays qui ne respecte pas les droits individuels et qui ne connaît pas l’état de droit. Non seulement les droits de certaines minorités religieuses sont bafoués mais aussi ceux de la minorité la plus importante : les femmes.

Malheureusement, du fait de son pétrole, le Royaume a pu s’enrichir facilement sans avoir à adopter des institutions économiques et politiques libérales : une forme de malédiction des ressources. Malédiction d’autant plus problématique que le pays reçoit le soutien inconditionnel de l’Occident, qui montre là les limites de ses « grands
principes » (droits de l’homme, liberté, démocratie, etc...), qui ne valent plus grand chose quand la géopolitique entre en scène.

En occident même, l’affaire DSK a largement affaibli une certaine forme de machisme. Espérons que des voix de la raison, suite à la pétition lancée par des intellectuels, mais aussi - pourquoi pas ? - par le biais de réactions possibles de femmes de pouvoir influentes comme Hilary Clinton ou Angela Merkel, fassent taire le machisme institutionnalisé du Royaume saoudien, fondé sur une instrumentalisation de la religion.

Nadine Abdallah est docteur en droit et avocate.
Publié en collaboration avec www.unmondelibre.org

Partager cet article

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 13:13



41 pays dont les Etats-Unis, l'Inde et le Brésil ont approuvé le rapport du Rapporteur Spécial de l'ONU sur la protection de la liberté d'expression sur Internet. La France qui défend le droit de suspendre l'accès à Internet de ses concitoyens au nom des droits d'auteur fait partie des absents.

La semaine dernière, le rapporteur spécial des Nations Unies pour la protection de la liberté d'expression a publié un rapport très remarqué qui concluait, notamment, que la suspension de l'accès à Internet est illégale au regard du droit international. "Couper des utilisateurs de l'accès à Internet, quelle que soit la justification avancée, y compris pour des motifs de violation de droits de propriété intellectuelle, est disproportionné et donc contraire à l'article 19, paragraphe 3, du Pacte International relatif aux Droits Civiques et Politiques" (PIDCP), expliquait le rapporteur Frank La Rue. Une attaque acide contre l'Hadopi. 

 

Mais plus globalement, le rapport défendait longuement l'importance démocratique vitale prise par Internet, et s'opposait à sa censure arbitraire et à sa surveillance généralisée.

 

Vendredi, comme le remarque Korben, le ministre suédois des affaires étrangères Carl Bildt a présenté au nom de 41 pays un discours d'approbation du contenu du rapport. Ces pays sont l'Autriche, la Bosnie, le Botswana, le Brésil, le Canada, le Chili, le Costa Rica, la Croatie, la République tchèque, le Danemark, Djibouti, Guatemala, l'Inde, l'Indonésie, Israël, le Japon, la Jordanie, la Lituanie, la République yougoslave de Macédoine, les Maldives, l'île Maurice, le Mexique, la Moldovie, le Monténégro, le Maroc, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Palestine, le Pérou, la Pologne, le Sénégal, l'Afrique du Sud, la Serbie, la Suède, la Suisse, la Tunisie, la Turquie, l'Ukraine, les États-Unis, et l'Uruguay.

 

"Nous croyons, tout comme le Rapporteur spécial, qu'il devrait y avoir aussi peu de restrictions que possible à lacirculation de l'information sur Internet. Ce n'est que dans quelques circonstances exceptionnelles et limitées que des restrictions sur le contenu peuvent être acceptables. Ces restrictions doivent être conformes au droit international des droits de l'homme, notamment l'article 19 du PIDCP. Nous considérons que la coupure de l'Internet à l'initiative du gouvernement, ou d'importantes parties de celui-ci, aux fins de réprimer la liberté d'expression, est en violation de la liberté d'expression. En outre, les gouvernements ne devraient pas imposer de norme plus restrictive pour les intermédiaires que dans le cas des médias traditionnels eu égard à la libertéd'expression, ou rendre les intermédiaires responsables du contenu qu'ils transmettent ou diffusent", indiquent les 41 états.

 

On remarque parmi les signataires la présence des Etats-Unis, dont Frédéric Mitterrand avait pourtant assuré lors de l'eG8 qu'ils regardaient avec beaucoup d'intérêt l'Hadopi. On remarque aussi celle de la Nouvelle-Zélande, dont le ministre de la Justice avait pourtant cru bon de défendre un projet de riposte graduée , tandis qu'à l'inverse, l'Australie qui paraissait fléchir est absente. Peut-être parce que le rapport parle de défense de la liberté d'expression sur Internet, et que l'Australie s'est plus souvent illustrée par sa censure.

Mais on remarque surtout l'absence honteuse de signature de la France. Honteuse parce que sans doute au nom de la défense de sa sacro-sainte riposte graduée, au nom de la quête de l'internet civilisé prôné parle néocolonialiste Nicolas Sarkozy, la France s'abstient de soutenir un rapport perçu comme un immense espoir par les peuples révoltés qui misent sur Internet pour s'exprimer et se mobiliser.

 

La Tunisie, la Turquie, le Maroc ont signé. Des pays qui étaient autrefois sous la chape de plomb de l'URSS ont également signé. Mais pas la France.

 

La France, dont l'ancien ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner avait préparé avec les Pays-Bas une conférence sur la liberté d'expression et Internet, n'a pas posé sa signature aux côtés de ses partenaires néerlandais. Eux n'ont jamais changé d'avis lorsque Nicolas Sarkozy, lui, décidait qu'il était devenu hors de question de défendre la liberté d'expression sur Internet sans aborder d'abord les moyens de la limiter.

 

Espérons que son point de vue n'a pas trop percé. Car l'on remarque aussi, outre la France, l'absence de soutien des principaux pays d'Europe. Ni la Grande-Bretagne, ni l'Allemagne, ni l'Italie, ni l'Espagne, ni le Portugal, ni la Belgique ne soutiennent pour le moment le rapport.

Partager cet article

Repost 0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 16:34

Attention "Contrôle" !!!!!!!!!!!!!!

 

La police peut dorénavant mettre un spyware légal (logiciel espion) dans votre PC en utilisant les ports réservés pour la police, ensuite toutes les données pourront être transmises à l'extérieur.Les mails persos pourront aussi être lus à distance à partie du serveur POP ou IMAP du FAI.

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/france-le-decret-de-l-incroyable-90080


http://www.rmc.fr/editorial/150633/web-la-police-a-desormais-acces-a-toutes-vos-donnees-personnelles/>

Un décret oblige désormais les fournisseurs de services sur Internet à conserver pendant un an mots de passe, traces d'achats ou commentaires laissés sur le web par les internautes. La police pourra y avoir accès lors d'enquêtes, ainsi que le fisc ou l'URSSAF. Tollé général sur la Toile."

Il aura suffi d'un simple décret, décidé en catimini, dans les cabinets feutrés d'un pouvoir de plus en plus aux abois, pour démontrer que,décidément, ce qui s'est passé en Tunisie, puis en Egypte, à savoir le rassemblement populaire permis par le net, fout une sacrée trouille auxgouvernants, immédiatement en oeuvre de "neutraliser" un éventuel effet boule de neige, dans un pays comme la France, ex-championne des libertés,et, notamment, de la liberté d'expression...

 

*Le décret n° 2011-219 du 25 février 2011 relatif à la conservation et à la communication des données permettant d’identifier toute personne ayantcontribué à la création d’un contenu mis en ligne a été publié hier au Journal Officiel sans l'avis de la CNIL rendu le 20 décembre 2007. Cet avis a été rendu sur le fondement de l’article 11-4°a) de la loi informatique et libertés.

 

Dans ce cas, l’avis de la CNIL n’est pas systématiquement publié. Notre Commission a décidé de publier cet avis sur son site. Ben oui, le seul espace d'une véritable *information* indépendante, finit par nuire à la *"COMMUNICATION"* diffusée par les médias aux ordres...La propagande officielle ne saurait souffrir d'une atteinte si grave à sa diffusion tous azimuts ; aussi, tous les internautes se retrouventdésormais totalement fliqués, jusque dans leur intimité la plus inviolable, par la grâce d'un décret digne des pires dictatures..

On savait déjà être écouté, localisé, filmé, épié, dans l'espace public par tous les moyens mis à disposition d'un état policier (système "échelon" à la mesure planétaire, écoutes illégales, puces des téléphones portables, caméras de surveillance, etc...) ; c'est maintenant à l'espace privé ques'attaquent, en douce et en toute pseudo "légalité", les petites mains de big brother....

Formidable tartufferie, ce décret intervient sous la présidence française du G8, censé (sic) "s'occuper de la protection de la vie privée" ; comme annoncé par Sarkozy, en Décembre 2010 (je cite)

Le 17 décembre 2010, le Président de la République a annoncé son intention de réunir les principaux acteurs mondiaux de l'Internet en marge du sommet du G8 de Deauville, en mai prochain. L'inscription du sujet de la 
protection de la vie privée à l'ordre du jour du G8, qui se tiendra sous la présidence française, permettrait de franchir une étape décisive dans la protection de la vie privée face au développement des technologies du
numérique et éclairerait le rôle déterminant que la France joue en la matière.

Etonnant, non ? :-)

On lira ici la réaction et le communiqué de la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés), dont voici la conclusion :

La Commission souhaite que le projet de décret précise que les données seront transmises par des employés individuellement désignés et appartenant aux services en charge des demandes de communication de données des prestataires concernés.

Enfin, l’article 7 dispose que les données transmises seront enregistrées et conservées pendant une durée de trois ans dans des traitementsautomatisés mis en œuvre par le ministère de l’intérieur et le ministère de la défense.

La Commission rappelle qu’un dossier de formalités préalables, relatif à la mise en œuvre de ces traitements, devra lui être adressé et demande que le projet de décret précise que :
- le ministère de l’intérieur et le ministère de la défense ne seront destinataires et ne conserveront dans les traitements précités que desdonnées correspondant aux demandes qu’ils auront respectivement introduites

- le traitement des données communiquées par les FAI et hébergeurs aura pour unique objet la conservation et la consultation et ne sera pasinterconnecté ou rapproché avec d’autres traitements y compris ceux résultant du décret n° 2006-1651 du 22 décembre.

Conclusion qui ressemble plus à un voeu pieux, qu'à une légitime remise en cause légale de cette atteinte indubitable à la vie privée des internautes.


On attend donc la réaction des diverses associations de citoyens ; consommateurs, internautes, pour les recours devant :
- le conseil constitutionnel,
- les instances juridiques européennes, pour exiger et obtenir 
l'annulation de ce decret de la honte, pris en totale infraction avec les DROITS énoncés dans la loi "Informatique et
libertés droits que vous pouvez défendre de diverses façons par le biais d'actions en justice, de pétitions, de recours légaux, etc...


Lien du décret officiel :JORF n°0050 du 1 mars 2011 page 3643 texte n° 32


http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000023646013&categorieLien=id

 

 




Partager cet article

Repost 0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 17:35

 

 

Il y a également un article sur le site      http://www.ouvertures.net/portail/l_id.asp?doc_id=472

 

En français


http://www.lepost.fr/article/2011/05/07/2487867_le-leader-raelien-obtient-gain-de-cause-le-prefet-de-moselle-admet-avoir-retire-son-autorisation-d-acces-a-la-centrale-de-cattenom-en-raison-de-sa-religion.html

Apres 6 ans de demandes reiterees aupres de la Prefecture de Moselle et de la Halde, et apres 15 jours de greve de la faim, Kimbangu Piffer obtient enfin la reponse a sa question et la reponse est bien comme on l'attendait : M. Piffer s'est vu retire l'autorisation d'acces a la centrale de Cattenom en raison de son appartenance au Mouvement Raelien.

Les documents qui lui ont ete remis par le Prefet de Moselle lors d'une entrevue ce jeudi 5 mai, comportent une lettre de la Halde qui rappelle le motif du Prefet en ces termes :  " L'avis a ete motive par le fait qu'il (Piffer) est connu des services de securite comme etant un responsable important de l'Eglise Raelienne et proche du gourou Rael ".
Selon La Halde, les services prefectoraux auraient percu ces elements comme  " des indices d'une vulnerabilite, definie comme etant une fragilite qui amoindrit les garanties d'une personne au regard de la protection contre le renseignement et la malveillance, car pourrait entrainer des pressions de diverses natures. "

Presse par la Halde pour donner plus de preuves de la vulnerabilite de Piffer, la Prefecture a du finalement abandonner et donne un avis favorable a l'entree de Kimbangu Piffer a la centrale de Cattenom en juillet 2010.

La Halde, dans son avis d'Octobre 2009, avait entre autres rappele au Prefet de Moselle que sa decision constituait  " une discrimination prohibee par les articles 9 et 14 de la Convention Europeenne de Sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertes Fondamentales "   et etait   " contraire au principe de liberte de conscience ". (Voir la
lettre en piece jointe)

" Il m'aura fallu 6 ans de mobilisation pour que la verite eclate enfin" commente Kimbangu Piffer,  " 6 ans pendant lesquels les autorites Francaises ont essaye d'enterrer l'affaire car elles ne pouvaient qu'etre embarrassees par ce manquement evident aux respects des Droits de l'Homme. Mais elles ne pouvaient cacher plus longtemps la facon
abjecte dont sont traites les membres des minorites religieuses ".

Piffer s'est felicite de cette victoire qui selon lui est une premiere etape vers plus de respect pour les Raeliens en France.

" Qu'une entite francaise ait enfin admis que la facon dont les Raeliens sont traites en France ne respecte pas les principes des Droits de l'Homme est une grande victoire. " conclut Piffer. " Il y a cependant encore beaucoup a faire pour que l'opinion publique francaise qui a ete manipulee pendant des annees a croire que nous sommes dangereux, nous reconnaissent enfin comme les pacifistes que nous sommes. J'etais pret a donner ma vie pour que ce silence irrespectueux cesse, je vais maintenant dedier ma vie pour que le message de mon leader spirituel Rael soit reconnu en France comme le plus important jamais donne a l'humanite, un tres beau challenge. "

Grace a ce document officiel, une procedure devant la Cour Europeenne visant a faire condamner la France pour discrimination religieuse va etre lancee.

Piece jointe : Avis de la Halde adresse au Prefet de Moselle en date du 23 octobre 2009

http://fr.raelpress.org/

www.fr.raelianews.org

 

 

In english

 

French Raelian Leader's Poignant Victory: 15 Days into His Hunger Strike, French Government Admits That He Was Denied Access To His Work at a Nuclear Plant Because of His Religion
 

LAS VEGAS, May 6, 2011 /PRNewswire-USNewswire/ -- Fifteen days into his protest hunger strike in Metz, France, Kimbangu Piffer, leader of the Raelians in France, finally received an explanation from the French government as to why he could no longer access the nuclear plant at Cattenom in 2006 following a full decade of access.

 

A government representative in his town met with Piffer on Thursday and told him the reason he was refused access was linked to his religious beliefs. Piffer was also given access to the file pertaining to this matter.

 

In 2006, he received a note from the French government authority stating that he couldn't enter the plant. No explanation was given at the time, so Piffer sent numerous queries to French authorities asking the reason for the sudden change. In July 2010, Piffer was once again given access to the plant, but still had received no explanation of the denied access during the interim. In fact, until now, he had received no response whatsoever.

 

According to the file given to Piffer this week, "The decision [canceling access to Cattenom] was taken because Piffer was known by the security services as an important leader in the Raelian Church and close to guru Rael." The file also states that, "These elements are an indication of vulnerability, defined as a fragility that lowers the guaranties of a person regarding protection against intelligence and malevolence as they could bring pressure of diverse kinds."

"Thanks to Piffer's determination, we now have written evidence that the French Government acts with discrimination against members of the Raelian Movement," said Brigitte Boisselier, Ph.D., spokesperson of the Raelian Movement, in a statement released today. "They gave him back his access after La Halde, a French human rights organization, advised the French authorities that their decision violated Articles 9 and 14 of the European Convention for Human Rights and Fundamental Freedom, and that it was also against the principle of freedom of conscience. The government tried to bury the matter by refusing to answer Kimbangu's queries, but his determination was stronger than their cowardice."

 

Boisselier added, "This is an important victory for the French Raelians. Over the last 20 years they have suffered from repeated acts of discrimination that forced many of them to leave the country. This acknowledgment from the French Government that it acted against basic human rights might open the door to fairer treatment in the future. It is a first step that the French Raelians will celebrate, and the French government can count on the fact that their leader will remind them about human rights whenever that reminder is needed. If there is someone 'with vulnerability,' it is clearly the French government; its policy against minorities is so out of synch with its both own constitution and that of Europe, that it surely cannot continue its discriminatory acts."

 

SOURCE Raelian Movement

Partager cet article

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 19:30

Le leader Raëlien obtient gain de cause. Le Préfet de Moselle admet avoir retiré son autorisation d'accès a la centrale de Cattenom en raison de sa religion.

 Lire la suite sur http://fr.raelianews.org/news.php
 

French Raelian leader’s poignant victory

Partager cet article

Repost 0
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 17:41
 
Ce vendredi 29 avril, à Paris, la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) organisait une conférence de presse pour présenter son rapport annuel 2010.

Afin de soutenir l’action de Kimbangu Mundele Piffer, cet évêque Raëlien qui entame sa 2ème semaine de grève de la faim pour cause de discrimination religieuse, devant la Préfecture de Metz, quelques membres de son comité de soutien, ont manifesté, devant les locaux de l'institution.

"Cette manifestation était silencieuse puisque le silence semble être le maître mot de la Halde dans cette affaire, qui montre clairement, depuis 5 ans et encore plus cette semaine, sa volonté de ne pas répondre aux questions posées par M. Piffer, extrêmement simples pourtant, mais évidemment très embarrassantes pour la France et ses institutions de pseudo défenses des droits individuels." a commenté, Clémence Linard, Guide Raëlienne et coordinatrice du comité de soutien qui compte des centaines de personnes du monde entier, touchées par l'attitude odieuse du gouvernement français et de ses institutions.

Pour rappel, en 2005, M. Piffer, technicien depuis 32 ans chez FT/Orange, s'est vu refuser le renouvellement de ses autorisations pour accéder à la centrale nucléaire EDF de Cattenom en Lorraine, alors qu'il a travaillé dans des lieux dits 'sensibles' à de nombreuses reprises grâce à ses compétences professionnelles reconnues. Malgré le dépôt de son dossier devant la Halde, il y a 5 ans, il n’a toujours pas reçu la moindre réponse.

Le silence de l'Halde reste d'or !

Dans un communiqué récent, Clémence Linard dénonçait le fait, que derrière ces non réponses, il y aurait une volonté politique dictée, soit directement par le gouvernement à la Halde, soit par une auto censure de celle-ci sur ce sujet jugé "trop sensible", celui de l'honteuse chasse aux sorcières envers les minorités religieuses orchestrée par le gouvernement français depuis près de 20 ans.

"Quelques faits probant montre le vrai visage de la Halde, qui n'est qu'un miroir aux alouettes pour faire croire que la France reste un pays non liberticide." a-t-elle ajouté. "Lors de la manifestation silencieuse de ce vendredi, les membres du comité de soutien présent ont assisté à quelques scènes constituant probablement le "lot" quotidien de cet organisme fictif en ce qui concerne les discriminations des minorités religieuses, mais pas seulement".

A tire d'exemples, quelques faits rapportés par les participants:
- Ce vendredi, trois jeunes filles qui tentent de rencontrer des représentants de la Halde, sortent des locaux, rejetées une nouvelle fois.
- Peu de temps après, deux autres personnes, fondatrices d’un comité anti-discrimination s’agitent sur le trottoir et fulminent car eux aussi viennent de se faire mettre à la porte. L’un deux explique : « on a créé un organisme de lutte contre les discriminations, on vient voir la Halde pour qu’elle nous aide, et son Président nous met dehors, à la limite de la correction ! On se fait discriminer par la Halde ! » dit-il avec mécontentement. «On va aller se plaindre à l’organisme qui lutte contre les discriminations. Ah, zut, c’est la Halde. » résume-t-il d’un ton caustique tout en ajoutant : « la Halde vient de montrer ses limites en tant qu’organisme d’Etat ».
- Autre fait marquant, durant cette manifestation silencieuse: Jean-Pierre Saulnier, Guide Raëlien et membre du comité de soutien de M. Piffer, demande à rencontrer Mme Valérie Fontaine, chef de cabinet du Président de la Halde, Eric Molinié. La seule réponse à laquelle il a droit est qu’il n’est pas le bienvenu puisqu’il a appeler plusieurs fois durant la semaine. "Une grève de la faim ne justifie-t-elle pas au moins quelques minutes au téléphone chaque jour pour essayer de débloquer une situation ?" questionne-t-il.

Dernier fait notable, la correspondante française de notre média Raelnews, Fany Charpentier, souhaitant avoir la position de la Halde sur cette grève de la fin dans un souci de retransmission juste de l'information, s'est vu octroyer pour simple réponse à sa demande que "le dossier est dans les mains du service juridique et qu'on ne peut rien faire de plus", phrase que les membres du comité de soutien ont entendu lors des centaines appels de solidarité passés à la Halde durant la semaine. Quant à l'assistante du Préfet de Moselle, elle promet toujours de rappeler Fany Charpentier... Pour le moment, c'est "silence radio".

"Jusqu'où ira-t-on en France dans l'incohérence? Dans ce pays qui a vu naitre les Droits de l'Homme, la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité, qui est en train de devenir l'organisme d'Etat "Défenseurs des Droits", est bel et bien qu'un polissage pour permettre à la France de tenir un discours lisse et politisé qui ne correspond absolument pas à la réalité " a poursuivi Clémence Linard." La Halde et ses membres resteront dans l'histoire de la chasse aux sorcières envers les minorités religieuses comme des complices de cette ignoble politique, au même titre que ceux qui n'ont rien dit lors des grands drames de l'histoire de notre humanité". a-t-elle conclu.

M. Piffer en est aujourd'hui à son 10ème jour de grève de la faim, joint par téléphone ce matin, il garde une volonté de fer et repart pour une nouvelle semaine de grève de la faim, déterminé à défendre la liberté religieuse et d'opinion garantie par les Droits de l'Homme qui n'est pas la réalité en France.

Partager cet article

Repost 0