Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 17:56
Méditation, yoga… : un effet qui contrecarre celui du stress sur le système immunitaire

http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/2017-06-16/meditation-yoga-stress-inflammation

Les pratiques dites « corps-esprit » telles que la méditation, le yoga et le Tai Chi, auraient un effet inverse de celui du stress chronique sur l'expression de certains gènes contrôlant le système immunitaire, selon une étude publiée dans la revue Frontiers in Immunology,

 
Ivana Buric et ses collègues des universités Coventry et Radboud ont réalisé une revue systématique des études portant sur l'effet de ces pratiques sur l'expression des gènes.
 
Ils ont recensé 18 études impliquant 846 participants.
 
Lorsqu'une personne est exposée à un événement stressant, expliquent les chercheurs, le système nerveux sympathique responsable de la réponse physiologique caractéristique du stress, dite de « combat ou fuite » (« fight-or-flight »), est activé, ce qui augmente la production d'une molécule appelée « facteur nucléaire kappa B » (NF-kB) qui régule la façon dont certains gènes sont exprimés.
 
Le NF-kB traduit le stress en activant des gènes pour produire des cytokines, qui sont des messagers du système immunitaire entraînant une inflammation. Cette réaction de « combat ou fuite », utile à court terme, entraîne, lorsqu'elle est persistante, un risque accru de cancer, de vieillissement accéléré et de troubles psychiatriques comme la dépression.
 
Selon des études, les personnes qui pratiquent des techniques telles que la méditation et le yoga présentent un effet inverse au stress chronique, soit une diminution de la production de NF-kB et de cytokines.
 
L'effet inflammatoire de la réponse de « combat ou fuite » aurait joué un rôle important chez le chasseur-cueilleur de la préhistoire, lorsqu'il y avait un risque plus élevé d'infection par les plaies, expliquent les chercheurs. Dans la société d'aujourd'hui, cependant, où le stress est de plus en plus psychologique et souvent à plus long terme, l'expression génétique pro-inflammatoire peut être persistante et donc plus susceptible de causer des problèmes psychiatriques et médicaux.
 
 
Pour plus d'informations sur le stress et la relaxation, voyez les liens plus bas.
 
 
Voyez également :
 

Partager cet article

Repost 0
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 11:36
Les 10 regrets humains et les 10 victoires humaines selon ROBIN SHARMA
Quand nous atteindrons notre dernier jour de vie sur la planète TERRE, quel regard aurons-nous sur notre vie ? Aurons-nous des regrets ? Serons-nous satisfaits de notre vie et de nos actions ? Ces actions auront-elles été tournées vers l’amour, vers le bien-être de soi et des autres ? Aurons-nous fait tout ce que nous avions projeté de faire, à titre personnel ?
 
Je pense qu’il est encore temps de se rattraper. Il suffit, à partir de maintenant, de se projeter dans l’avenir et de s’imaginer dire : “OK, je ne suis plus de ce monde, par contre je me vois encore. Est-ce que j’agis comme je l’aurais souhaité de mon vivant ?”. Si ce n’est pas le cas, il est temps de rectifier. Quelle vie voulons-nous vivre ?
 
 
Pour ROBIN SHARMA auteur du livre “le leader sans titre”, voici ce qu’il en dit :
 
Pour ne jamais connaître les 10 regrets humains...c'est à dire ce sentiment que :

1) tu as atteint ton dernier jour et le chant éclatant que ta vie était destinée à chanter … demeure encore silencieux à l'intérieur de toi

2) tu as atteint le dernier jour de ta vie sans jamais avoir fait l'expérience des pouvoirs naturels que tu possèdes pour accomplir de grandes choses

3) tu atteins ton dernier jour en prenant conscience que tu n'as jamais inspiré qui que ce soit d'autre par l'exemple que tu donnes

 4) tu as atteint le dernier jour de ta vie rempli de peine en te rendant compte que tu n'as jamais pris de risque audacieux et que tu n'as jamais reçu de récompenses éclatantes

5) tu as atteint ton dernier jour comprenant que tu as manqué l'occasion de t'assurer la maitrise dans ton domaine car tu as cru au mensonge selon lequel il te fallait te résigner à la médiocrité

6) tu as atteint le dernier jour de ta vie et tu as le coeur brisé de n'avoir jamais acquis l'aptitude de transformer la diversité en victoire… et le plomb en or

7) tu as atteint ton dernier jour en regrettant d'avoir oublié que le travail consiste à être radicalement utile aux autres plutôt que d'être utile seulement à toi-même

8) tu as atteint le dernier jour de ta vie en prenant conscience que tu as fini par vivre la vie que la société t’a formé à vouloir par opposition à celle que tu voulais véritablement avoir

 9) tu as atteint ton dernier jour et tu t'éveilles au fait que tu n'as jamais atteint ce qu'il y a de mieux en toi ni incarné ce génie spécial que tu étais destiné à devenir

10) tu as atteint le dernier jour de ta vie et tu découvres que tu aurais pu être un leader et laisser ce monde dans un état bien meilleur que tu l'avais découvert mais tu as refusé d'accepter cette mission car tu es tout simplement trop peureux... donc tu as échoué, gaspillé une vie …

Un potentiel non réalisé se transforme en tristesse...

 Voici à contrario LES 10 VICTOIRES HUMAINES...

  1. 1) tu atteins la fin de ta vie et tu es rempli de bonheur en prenant conscience que tu t’es dépensé entièrement en utilisant la totalité de tes talents, la plus grande partie de tes ressources et le meilleur de ton potentiel dans le but d'effectuer un excellent travail et de mener une vie exceptionnelle.
  2. 2) Tu atteins la fin de ta vie en sachant que tu as évolué à un niveau d’excellence et que tu t’en es tenu toi-même à des normes impeccables dans chaque chose que tu as accomplie.
  3. 3) Tu atteins la fin de ta vie au milieu de festivités tumultueuses pour avoir eu l'audace d'affronter régulièrement les plus grandes peurs et réaliser tes visions les plus élevées
  4. 4) Tu atteins la fin de ta vie et tu reconnais que tu es devenu un être qui a construit les gens par opposition à celui qui les dénigre
  5. 5) Tu atteins la fin de ta vie en prenant conscience que malgré le fait que ton voyage n'a pas été toujours en douceur, chaque fois que tu as été terrassé, tu t’es relevé aussitôt, et à n'importe quel moment de ton périple tu n'as jamais souffert d'une perte d'optimisme, quelle qu'elle soit
  6. 6) Tu atteins la fin de ta vie et tu jouis de la stupéfiante gloire de tes réalisations phénoménales ainsi que de riches valeurs que tu as apportées dans la vie de ces gens que tu as eu la chance de servir
  7. 7) Tu atteins la fin de ta vie et tu apprécies grandement cette personne éthique, forte, inspirante et pleine d'empathie que tu es maintenant
  8. 8) tu atteins la fin de ta vie et tu te rends compte que tu es cet innovateur authentique qui trace de nouveau chemin plutôt que de suivre de vieille route
  9. 9) Tu atteins la fin de ta vie entouré des membres de ton équipe qui te considèrent comme une "vedette", de clients qui disent que tu es un "héros" et de tes proches qui parlent de toi comme d’une légende
  10. 10) tu es à la fin de ta vie comme un véritable leader sans titre en sachant que les grands exploits que tu as rempli vont te survivre bien longtemps après ta mort et que ton existence représentera un modèle de possibilité de succès...

Partager cet article

Repost 0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 11:28

Partager cet article

Repost 0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 16:45

D'où l'importance de toujours garder l'esprit positif, l'optimisme en soi, avoir des pensées positives.

L'effet "nocebo" moins étudié que son jumeau bénéfique, le placebo, est un phénomène psychosomatique souvent ravageur.

 

Attention : se croire malade peut rendre malade.


A la fin des années 1970, Sam Shoeman apprend qu’il souffre d’un cancer du foie en phase terminale et qu’il ne lui reste plus que quelques mois à vivre.
 
Shoeman meurt effectivement quelques semaines plus tard et pourtant les résultats de l’autopsie révèlent que les médecins s’étaient trompés : la tumeur était en réalité minuscule et il n’y avait aucune trace de métastases.
 
“Il n’est pas mort du cancer, il est mort parce qu’il croyait qu’il était en train de mourir du cancer”, résume Clifton Meador, professeur à l’école de médecine Vanderbilt de Nashville.
“Quand tout le monde vous traite comme un mourant, vous finissez par croire que vous êtes mourant. Tout votre être est convaincu qu’il va mourir.”

Les cas comme celui de Sam Shoeman sont peut-être les formes les plus extrêmes d’un phénomène assez répandu. En effet, il est possible qu’un grand nombre de patients subissent des effets secondaires uniquement parce qu’on les a avertis qu’ils risquaient d’en subir. En outre, les personnes qui pensent être sujettes à certaines maladies ont plus de chances d’en être atteintes que celles qui sont convaincues du contraire.

Le fait de se croire malade peut-il effectivement rendre malade ?
L’idée peut paraître tirée par les cheveux, pourtant l’inverse a été scientifiquement démontré.
C’est le célèbre effet placebo, le pouvoir de suggestion capable de guérir.
Les placebos ne font pas de miracles, mais ils produisent des effets physiologiques mesurables.
L’effet placebo a malheureusement un jumeau maléfique : l’effet nocebo, qui apparaît lorsqu’une attitude pessimiste suffit à produire des effets nocifs sur la santé d’un patient.
Le terme “nocebo” – en latin “je nuirai” – n’est apparu que dans les années 1960, et les connaissances sur ce phénomène sont nettement plus réduites que celles sur l’effet placebo. Après tout, il n’est pas si simple, d’un point de vue éthique, d’obtenir une autorisation pour mener des études visant à rendre malades les volontaires.
 
Tout indique que l’effet nocebo peut prendre des proportions graves.
“La ‘mort par incantation vaudoue’, si tant est qu’elle existe, pourrait être une forme extrême de l’effet nocebo”, explique Robert Hahn, anthropologue au Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) d’Atlanta, en Géorgie, et spécialiste de ce phénomène.
Une étude rétrospective de 15 essais cliniques menés sur des milliers de patients – certains prenants des bêtabloquants [médicaments bloquant l’action d’hormones comme l’adrénaline, souvent utilisés en cardiologie], d’autres servants de groupe de contrôle [a qui l’on donne un placebo] – a révélé que l’ensemble des volontaires se plaignaient des mêmes effets secondaires : fatigue, symptômes dépressifs et dysfonctionnements sexuels.
Certains ont même dû interrompre l’essai en raison de ces désagréments.
 
L’effet nocebo s’observe couramment dans la pratique médicale.
Près de 60 % des patients suivant une chimiothérapie commencent à se sentir mal avant même de commencer le traitement. “Cela peut se produire plusieurs jours avant, ou bien sur le trajet [pour l’hôpital]”, explique Guy Montgomery, psychologue clinicien à l’école de médecine Mount Sinai, à New York. Parfois, le simple fait d’entendre la voix du médecin suffit à rendre malades certains patients.

L’optimisme ou le pessimisme influent sur la santé
Plus inquiétant encore, l’effet nocebo peut être contagieux.
Cela fait des siècles que les médecins ont observé des cas de propagation de symptômes inexpliqués au sein d’un groupe.
 
Le phénomène est connu sous le nom de “phénomène psychogénique de masse”. Irving Kirsch et Giuliana Mazzoni, deux psychologues de l’université de Hull, au Royaume-Uni, se sont récemment intéressés à l’une de ces manifestations.

Dans le cadre de leur étude, les deux scientifiques ont demandé à certains membres d’un groupe d’étudiants de respirer des échantillons d’air en leur faisant croire qu’ils contenaient “une substance potentiellement nocive pour l’environnement” et susceptible d’entraîner des maux de tête, des nausées, des démangeaisons et de la somnolence. La moitié des volontaires assista ensuite à une projection montrant une femme développant – apparemment – tous ces symptômes après avoir respiré un échantillon d’air.
Résultat : les étudiants qui avaient respiré un échantillon de cet air étaient plus susceptibles de signaler le même genre de symptômes que les autres. Les symptômes étaient même plus prononcés chez les femmes qui avaient assisté à la projection.

Voilà qui place les médecins dans une situation particulièrement délicate. “D’un côté, les gens ont le droit de savoir à quoi s’attendre, de l’autre, le fait de les informer peut augmenter le risque d’apparition des effets annoncés”, explique Giuliana Mazzoni.
Cela signifie que les médecins doivent être très attentifs à leur façon de formuler les choses afin de réduire les effets négatifs, ajoute Guy Montgomery.
 
“Tout est dans la façon de le dire.”
Le phénomène suscite encore trop de questions.
Quels sont les facteurs déclencheurs de l’effet nocebo ?
Combien de temps les symptômes peuvent-ils durer ?
On ne sait pas non plus quelles sont les personnes à risque.
L’optimisme ou le pessimisme de chacun peuvent avoir une incidence mais aucun trait de caractère ne permet de faire des prédictions. Le phénomène touche aussi bien les hommes que les femmes, même si celles-ci signalent davantage de symptômes que les hommes. “Les femmes tendent à se fonder davantage sur leurs expériences passées, tandis que les hommes sont plus réticents à en tenir compte”, note Enck.

L’effet nocebo relève du domaine de la croyance
Une chose est sûre, ces phénomènes de nature apparemment psychologique ont des conséquences très réelles dans le cerveau.
L’année dernière, utilisant la technique de tomographie par émission de positrons, Jon-kar Zubieta, de l’université du Michigan, a observé que l’effet nocebo était lié à une baisse de la dopamine et de l’activité opioïde dans le cerveau. Cela expliquerait pourquoi l’effet nocebo tend à exacerber les sensations de douleur.
 
En parallèle, Fabrizio Benedetti, de la faculté de médecine de Turin, a découvert que les douleurs liées à l’effet nocebo pouvaient disparaître grâce à une substance appelée proglumide, qui bloque les récepteurs de la cholécystokinine (CCK), une hormone. Typiquement, l’anticipation d’une douleur est source d’anxiété, ce qui active les récepteurs CCK et augmente les sensations douloureuses.

Reste que la cause première de l’effet nocebo ne relève pas du domaine de la neurochimie mais bien de la croyance. Ainsi que l’explique Hahn, les chirurgiens se montrent généralement hésitants quand il s’agit d’opérer des patients qui sont convaincus qu’ils vont mourir car c’est souvent ce qui se produit.
Une étude a révélé que les femmes qui se croient particulièrement sujettes au risque d’arrêt cardiaque ont quatre fois plus de chances de mourir de maladie cardio-vasculaire que les autres femmes présentant les mêmes facteurs de risque.
Les preuves ont beau s’accumuler, il est difficile d’accepter, à l’ère de la raison, que des croyances puissent tuer.
Après tout, la plupart d’entre nous éclateraient sûrement de rire si un homme étrangement attifé se mettait à sauter autour de nous en agitant un os et en nous disant que nous allons mourir.
Mais imaginez quel effet cela vous ferait d’entendre la même chose de la bouche d’un médecin propre sur lui, bardé de diplômes, avec tous vos résultats d’examens dans son ordinateur ?
Le contexte social et culturel est crucial, explique Enck.
 
Peut-être faudra-t-il attendre de découvrir les fondements médicaux et biologiques de la “mort vaudoue” pour reconnaître que ce phénomène est bien réel et qu’il peut affecter n’importe quel individu.

 

Partager cet article

Repost 0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 09:27

 

TOUT ARRIVE POUR LE MIEUX

Un roi avait pour Premier Ministre un homme plein de sagesse qui répétait toujours :

« Tout arrive pour le mieux. »

Ces paroles agaçaient son entourage qui ne comprenait pas toujours ce qu'il voulait dire.

Un jour, en chassant, le roi se coupa accidentellement le petit doigt. Fou de douleur, il retourna au palais, tenant sa main blessée. Lorsqu'il fut pansé, le Premier Ministre venu prendre de ses nouvelles, lui dit :

« Sire, ne vous désolez pas pour la perte de votre doigt, car tout arrive pour le mieux. »

Le roi, déjà de fort mauvaise humeur, devint furieux en entendant ces paroles : il ordonna à ses gardes de jeter immédiatement le ministre en prison. 

Quelques jours plus tard, le roi repartit seul chasser dans la forêt. Ayant lancé son cheval au galop derrière un grand cerf, il se retrouva en territoire ennemi.

Un silence lugubre régnait dans la forêt sombre. Seul, par moment le croassement sinistre d'un corbeau invisible, déchirait l'air.

Alors qu'il s'apprêtait à faire demi-tour, le roi fut capturé par des guerriers féroces. Ils décidèrent d'offrir ce prisonnier en sacrifice à leur déesse de la guerre, toujours assoiffée de sang. Mais au moment de lui couper la tête, ils remarquèrent qu'il lui manquait un petit doigt : seuls les hommes en pleine santé étaient jugés dignes d'être sacrifiés ; les guerriers rendirent donc sa liberté au roi, qui s'empressa de rentrer chez lui.

Le roi se souvint alors des sages paroles du Premier Ministre : « Tout arrive pour le mieux » ; il réalisa que, s'il ne s'était pas coupé le petit doigt par mégarde, les guerriers, lui auraient assurément tranché la tête. 

Il fit relâcher son conseiller et lorsque celui-ci comparut devant lui, le roi demanda curieux :

« Si tout arrive pour le mieux, quel bénéfice as-tu obtenu de ta semaine en prison ? »

« J'accompagne toujours votre Majesté partout. Si vous ne m"aviez pas fait enfermer, je vous aurais suivi à la chasse et j'aurais été capturé avec vous ! On vous a épargné grâce à votre blessure, mais moi, on m'aurait certainement coupé la tête à votre place. C'est pourquoi, Sire, bien souvent il nous faut regarder au-delà des mésaventures de la vie, et même si elles nous désolent sur le moment garder confiance, car tout arrive pour le mieux. »

Partager cet article

Repost 0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 20:21

 

Ce qui marrant, c'est que la plupart de ces techniques - méditations, respiration abdominale, être conscient de l'instant présent, la visualisation positive - sont enseignées durant l'académie du bonheur. La prochaine académie du bonheur aura lieu, en Slovénie (pour l'Europe) du 5 au 12 août 2012, au bord de la mer.

Et surtout, cet entraînement au bonheur, en quelque sorte, permet de relativiser ce qui se passe autour de nous et nous permet de mieux appréhender les côtés négatifs de la vie.


http://penseepositive.net/1593/meditation/meditation-et-astuces-pour-dormir-mieux/

Publié le octobre 2, 2011 | Par Franck Pasquet

Conséquence du train de vie de folie de notre monde actuel dit « civilisé », nous sommes de plus en plus nombreux à souffrir de troubles du sommeil. Heureusement, la méditation et une bonne hygiène de vie peut nous aider à nous sentir plus reposé malgré quelques petites heures de gros dodo.

Voici quelques petits trucs pour vous aider à améliorer votre sommeil et à augmenter votre niveau global d’énergie.

A pratiquer régulièrement :

1. Respirer profondément par le ventre. En gonflant complétement votre abdomen lorsque vous respirez, vous fournissez plus d’oxygène à votre cerveau.

Ce n’est pas pour rien si les bébés et les jeunes enfants respirent de cette façon. Vous aurez ainsi plus d’énergie tout au long de la journée et vous vous sentirez plus détendu lorsque viendra le moment d’aller se coucher.

2. Prenez conscience de votre corps. C’est une habitude à prendre, écoutez ce que votre corps veut vous dire. Ce sera peut-être une bonne idée d’aller voir un kiné pour traiter ce petit blocage dans le dos avant qu’il ne dégénère et vous empêche vraiment de dormir.

3. Devenir plus conscient. Je veux dire par là : concentrez-vous sur l’instant présent. Soyez à ce que vous faites, complétement. Vous verrez que vous resterez plus facilement calme et heureux. Regardez comment le fait de faire plusieurs choses à la fois affaiblit votre concentration et est source de stress.

4. Ne plus gaspiller votre énergie à juger les autres et vous-même. La méditation aide aussi à développer un esprit libre de jugement. Ce n’est pas facile, mais l’important c’est de faire de son mieux. Observez vos pensées et n’accordez pas d’importance aux pensées négatives…laissez-les passer, puis remplacer les par des pensées positives.

5. Identifiez les blocages. Si certaines pensées semblent revenir en boucle lorsque vous méditez, on essaye peut-être de vous dire quelque chose d’important.

Peut-être avez quelques ressentiments ou peurs à dissoudre afin de retrouver la paix de l’esprit qui vous fera dormir comme un bébé.

6. Essayez le Yoga ou le Tai-Chi. Ce sont deux disciplines très utiles d’un point de vue physique et mental. Elle utilisent divers poses et mouvements mettant en oeuvre la respiration profonde, réduisant le stress et améliorant la concentration.

7. Utilisez la méditation comme complément au sommeil. Il est parfois surprenant, après quelques séances de méditation effectuées sur une base régulière, de s’apercevoir que notre besoin de sommeil diminue. Moins d’heure de sommeil nécessaire et plus d’énergie au réveil.

Complément : A faire avant de se coucher et dès le lever

1. Limiter votre exposition aux écrans (TV,ordinateur,Ipad…) . Toutes activités effectuées loin de l’ordinateur ou de la télévision vous aideront à trouver le sommeil. Des études ont été faites et on démontré que beaucoup de personne souffrent de troubles du sommeil à cause de la stimulation mentale induite par l’utilisation d’écran lumineux avant de se coucher. teignez téléviseurs et ordinateurs au moins une heure avant d’aller au lit.

2. Créez un havre de paix. Le silence aide la méditation et le sommeil. Maintenant que vous avez éteint ordinateurs et TV, éloignez votre téléphone. Décorez votre chambre à coucher de ton pastel et de textures douces.

3. Détendez-vous. Écoutez de la musique douce, respirez calmement par le ventre. Focalisez-vous sur les choses positives de votre vie.

4. Visualisez une scène harmonieuse et paisible. C’est une forme de méditation aussi. Pensez à un lac aux eaux calmes par exemple…
Vous pouvez aussi réciter une belle poésie dans votre tête ou alors une prière.

* Si vous vous réveillez durant la nuit, repensez à la scène, la poésie ou la prière qui vous ont laisser vous endormir.

5. Lever vous calmement. Essayez d’aller vous coucher et de vous réveiller tous les jours aux mêmes heures (le week-end aussi). Au bout d’un certain temps vous n’aurez même plus d’utiliser de réveil.

Laissez votre esprit se réveiller à son rythme vous permettra d’aborder la journée de façon optimale, de rester plus facilement calme durant la journée et par conséquent d’arriver au lit près un bon dodo réparateur.

La méditation est une technique sûr et efficace pour vaincre l’insomnie. Couplée aux techniques précédentes, elle vous aidera à passer des nuits de sommeil profond, calme et réparateur.

Partager cet article

Repost 0
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 13:06

Des chercheurs ont étudié quelles stratégies les gens utilisent pour s'adapter aux petits échecs et revers du quotidien et lesquelles permettent le mieux de conserver le moral et de se sentir satisfait à la fin de la journée. Trois stratégies s'avéraient plus efficaces que les autres.


Joachim Stoeber et Dirk Janssen du département de psychologie de l'Université de Kent ont mené cette étude avec 149 étudiants qui tenaient un journal quotidien pendant quelques jours dans lequel ils rapportaient l'échec ou le revers le plus dérangeant de la journée, les stratégies qu'ils avaient utilisé pour composer avec cet événement, et leur sentiment de satisfaction à la fin de la journée.


Les stratégies utilisées incluaient: le recours au soutien (émotionnel ou instrumental), la distraction, le déni, la religion, la ventilation, l'utilisation de substances, l'auto-accusation et le désengagement comportemental.

Le recours au soutien social (émotionnel et instrumental), le déni, la ventilation, le désengagement comportemental et l'auto-accusation étaient liés à une moins grande satisfaction à la fin de la journée: plus les étudiants utilisaient ces stratégies, moins ils se sentaient satisfaits à la fin de la journée.


Alors que le recadrage positif (essayer de voir les choses sous un angle plus positif, rechercher quelque chose de bon dans ce qui s'est passé), l'acceptation et l'humour avaient des effets positifs sur la satisfaction: plus ces stratégies étaient utilisées, plus grande était la satisfaction à la fin de la journée.


Le fait que le recadrage positif était utile pour les étudiants ayant un niveau élevé de préoccupations perfectionnistes est particulièrement important, dit Stoeber, car il suggère que ces personnes, qui ont tendance à être insatisfaites peu importe ce qu'elles accomplissent, sont capables de connaître des niveaux élevés de satisfaction si elles utilisent le recadrage positif face lorsqu'elles perçoivent comme des échecs.


Une recommandation utile pour quiconque tente de composer avec des événements négatifs du quotidien, ajoute-t-il, serait d'essayer de trouver des aspects positifs dans les conséquences de ce qu'ils considèrent comme des "échecs" et de recadrer ces résultats de façon plus positive, par exemple, en se concentrant sur ce qui a été atteint, plutôt que sur ce qui n'a pas été atteint. «Il ne sert à rien de ruminer sur les échecs et les revers et d'abaisser encore plus son moral, dit-il. Il est plus utile d'essayer d'accepter ce qui s'est passé, de chercher des aspects positifs et - si c'est une petite chose - d'en rire.


Rechercher les aspects positifs de la journée, le recadrage et l'acceptation font partie des stratégies mises de l'avant par certaines approches de psychothérapie cognitivo-comportementale (notamment celles dite de pleine conscience et celles issues de la psychologie positive) pour le traitement de la dépression.


Cette étude est publiée dans la revue Anxiety, Stress & Coping.

Voyez également:

Science Daily
Tous droits réservés

Partager cet article

Repost 0
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 08:36

 

Il y avait un vieux qui avait dix fils.


Un jour il les fit asseoir en cercle, ramassa dix brindilles, en distribua une à chacun, et leur ordonna de les casser, ce qu'ils firent.


Ensuite il ramassa à nouveau dix brindilles qu'il noua entre-elles, les fit circuler, en ordonnant encore à ses fils de les casser, mais aucun ne le put.


Alors le vieux reprit les brindilles, et dix à ses fils " vous êtes comme ses brindilles si vous faîtes toujours tout tout seul, vous voyez qu'on peut vous casser, mais si vous vous unissez, alors personne ne pourra rien contre vous !!!

.

.

Partager cet article

Repost 0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 19:48
Un maître de l'Orient a vu un scorpion se noyer et décida de le tirer de l'eau, et lorsqu'il le fit, le scorpion le piqua. 
Par l'effet de la douleur, le maître lâcha l'animal qui de nouveau tomba à l'eau en train de se noyer. 
Le maître tenta de le tirer nouvellement et l'animal le piqua encore. 
 
Quelqu’un qui était en train d'observer se rapprocha du maître et lui dit : 
- Excusez-moi, mais vous êtes têtu! Ne comprenez vous pas que à chaque fois que vous tenteriez de le tirer de l'eau il va vous piquer ? 
Le maître répondit: 
- La nature du scorpion est de piquer, et cela ne va pas changer la mienne qui est d'aider. 
 
Alors, à l'aide d'une feuille, le maître tira le scorpion de l'eau et sauva sa vie et continua:
 - Ne change pas ta nature si quelqu'un te fait mal; prends juste des précautions. 
 
Les uns poursuivent le bonheur, les autres le créent. 
Quand la vie te présente mille raisons de pleurer, montre-lui que tu as mille raisons pour sourire.

 
Préoccupe-toi plus de ta conscience que de ta réputation. 
Parce que ta conscience est ce que tu es, et ta réputation c’est ce que les autres pensent de toi...
 Et ce que les autres pensent de toi...c'est leur problème.

Partager cet article

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 20:20
 
 

Une petite histoire :

 

Un jour, Akbar*1, le grand roi de l’Inde ancienne et Birbal*2, son conseiller qui était un homme sage, marchaient ensemble dans la rue.

 

Ils passèrent près d’un marchand de bois de santal et Akbar dit à Birbal, « Je ne sais pas pourquoi mais j’ai envie de faire pendre cet homme.»

 

Un mois plus tard, tous deux marchaient au même endroit, et dépassèrent le même marchand de santal.

 Cette fois Akbar dit, « C’est étrange, mais aujourd’hui j’ai envie de faire un don à cet homme ! Comment est-ce possible ? »

 

Birbal répondit, « Oh Roi ! Il y a un mois, les affaires de ce marchand souffraient énormément, et quand il vous a vu passer, il pensa, « si le roi mourrait, les courtisans viendraient chez moi se ravitailler en bois pour fournir le bûcher funéraire. »

 

 Il envoya ces vibrations négatives, qui vous ont incité à ressentir de la haine envers lui. C'est pourquoi la dernière fois, vous aviez envie de le pendre sans raison apparente. Je lui ai immédiatement acheté une grosse quantité de bois pour fabriquer des tables et des chaises pour notre royaume. Ce geste l'a rendu très heureux. Aujourd'hui, il est plein de gratitude envers vous. Vous êtes maintenant touché par ces vibrations positives et donc vous avez envie de lui faire une dotation! »

 

Selon la loi d'attraction, l'énergie attire une énergie similaire. Comment peut-on appliquer cette loi à la gratitude ? Comprenez bien ceci : quand vous sentez de la gratitude envers tout, cela signifie que vous vous sentez accompli, vous ressentez la félicité. Ainsi, quand vous rayonnez la gratitude, cette énergie de plénitude attire la plénitude à vous sous forme de gains matériels, de relations épanouissantes, de bonne santé et ainsi de suite, voilà comment cela fonctionne.

 Vous voyez, la gratitude vous met en résonnance avec l’Existence et vous transforme en un magnifique être humain.

 

Partager cet article

Repost 0