Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 14:17
ASTRONOMIE : Découverte de dix nouvelles exoplanètes potentiellement habitables
Et ce n’est pas fini, on va en découvrir encore plus. Quand on sait que dans notre galaxie il existe environ 200 milliards de systèmes solaires et que 10 % de ces systèmes ont des planètes potentiellement habitables !!! Et qu’il existe d’autres galaxies !!!! Qui a dit que nous étions les seuls dans l’univers ??? Les Extraterrestres existent-ils ? Sont-ils déjà venus sur Terre ? www.rael.org
 

Le télescope spatial Kepler de la Nasa a découvert dix nouvelles exoplanètes, d'une taille proche de celle de la Terre, situées dans la zone habitable de leurs étoiles, à une distance où l'eau pourrait exister à l'état liquide et permettre la vie.

http://www.midilibre.fr/2017/06/19/decouverte-de-dix-nouvelles-exoplanetes-potentiellement-habitables,1524335.php

Ces nouvelles découvertes dévoilées ce lundi 19 juin font suite à plusieurs annonces similaires récentes et laissent penser que des planètes jumelles de la Terre pourraient ne pas être si rares dans notre galaxie, la Voie Lactée. "Ce qui est excitant à propos de ces découvertes aujourd'hui, est d'avoir pu compter le nombre de planètes similaires à la Terre dans cette partie du ciel", a expliqué lors d'une conférence de presse Susan Thompson, une des scientifiques de l'équipe Kepler et de l'Institut SETI dédié à la recherche d'une intelligence extra-terrestre.

 

 

"Et avec ces données nous allons pouvoir déterminer la fréquence de ces planètes et s'il est possible de trouver d'autres endroits dans la galaxie où il serait possible de vivre", a-t-elle ajouté, lors d'un point de presse en marge de la conférence "K2 science" qui se tient cette semaine au centre de recherche Ames de la Nasa en Californie. "Ce catalogue minutieux établi avec Kepler est le fondement scientifique qui permettra de répondre directement à l'une des questions les plus brûlantes en astronomie consistant à déterminer le nombre de planètes soeurs de la Terre dans la Voie Lactée", a souligné la scientifique.

 

 

Ces planètes font partie de 219 nouvelles exoplanètes découvertes par Kepler. Au total, depuis le début de sa mission, 4 034 exoplanètes ont été détectées par Kepler dont 2 335 ont été confirmées par d'autres télescopes. Une cinquantaine de ces planètes, situées hors de notre système solaire, sont d'une taille approchant celle de la Terre et en orbite dans une zone habitable.

Plus de 150 000 étoiles scrutées

Sur cette cinquantaine de planètes potentiellement soeurs de la Terre plus d'une trentaine ont été confirmées par d'autres observations. En février des astronomes avaient annoncé la découverte avec un autre télescope spatial américain, Spitzer, de sept planètes rocheuses d'une taille comparable à la Terre en orbite autour d'une seule étoile Trappist-1, une première. Trois de ces planètes se situent dans la zone habitable de leur étoile. Avec ces dernières découvertes de Kepler, la Nasa publie la dernière version la plus complète et la plus détaillée du catalogue des exoplanètes dénichées à partir des données recueillies pendant quatre ans d'observations de ce télescope.

Kepler a été lancé en 2009 mais sa mission initiale s'est achevée en 2013 en raison d'une panne de ses gyroscopes.
Le télescope a scruté 150 000 étoiles dans la constellation du Cygne et a été de loin le plus fructueux. Il détecte des planètes quand elles passent devant leur étoile dont elles estompent momentanément la lumière. Cela permet entre autres d'en déduire leur taille, leur masse et leur orbite. Un des groupes de recherche a pu grâce aux données fournies par Kepler, effectuer des mesures précises de milliers de planètes......

Partager cet article

Repost 0
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 11:16
Ma religion c'est l'infini

Partager cet article

Repost 0
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 08:23

Un voyage dans l'espace

Quand je médite sur l'infiniment grand et petit, lors de la méditation sensuelle, je m'imagine voyager dans de tels paysages.

http://www.youtube.com/watch?v=Un5SEJ8MyPc

Partager cet article

Repost 0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 10:38

 

Tout dans l'univers est connecté ! Nous sommes connectés aux étoiles dans l'infiniment petit et dans l'infiniment grand. C'est ce que nous enseigne le Maitraya RAEL depuis de nombreuses années durant le stage de l'académie du bonheur ! Une fois de plus, son enseignement est confirmé par la science !

Cette année, le stage de l'académie du Bonheur européen a lieu en Croatie, du 3 au 11 août. Pour les voyageurs, ils peuvent y assister au Mexique au mois de juin, ou en Afrique, ou.... partout sur la planète Terre, à des dates différentes !

http://www.wikistrike.com/article-la-theorie-de-l-univers-connecte-de-nassim-haramein-revele-une-source-d-energie-potentiellement-infi-117718442.html 

 

 

Nassim-Haramein.jpgKILAUEA, Hawaï, 7 mai 2013 - Un article avant-gardiste publié la semaine dernière apporte un nouvel éclairage sur la théorie de la gravité et son potentiel impact significatif sur les problèmes auxquels fait face la race humaine, les sources alternatives d'énergie entre autres.

 

Nassim Haramein, directeur de recherche à l'Institut de Physique Unifié d'Hawaï, a écrit un article intitulé "Gravité quantique et masse holographique", qui a été validée et publié dans le journal Physical Review and Research International. Cet article discute de la théorie d'Haramein sur "l'univers connecté", qui offre par des formules algèbriques et des équations géométriques une nouvelle vision alternative de la gravité.

  

Le travail d'Haramein montre que tout dans l'univers est connecté, de l'échelle la plus grande à la plus petite, grâce à une compréhension unifiée de la gravité. Il démontre que c'est l'espace qui définit la matière et non la matière qui définit l'espace.

 

"Rappelez-vous que la matière est faite de 99,9 % d'espace", dit Haramein. "La théorie du champ quantique expose que la structure même de l'espace-temps, à un niveau extrêmement petit, vibre avec une énorme intensité. Si nous pouvions extraire un infime pourcentage de toute l'énergie contenue au sein des vibrations se trouvant dans l'espace de l'un de vos doigts, cela représenterait assez d'énergie pour alimenter les besoins mondiaux pendant des centaines d'années. Cette nouvelle découverte a le potentiel d'ouvrir un accès à l'exploitation de cette énergie comme jamais auparavant, ce qui révolutionnerait la vie telle que nous la connaissons aujourd'hui".

 

La base de la recherche d'Haramein est une prédiction audacieuse sur le rayon de charge du proton, qui a été récemment vérifiée par une expérience. Moins d'un mois après l'envoi par Haramein de son article à la Bibliothèque du Congrès, l'Institut Paul Scherrer de Suisse a publié une nouvelle mesure sur la taille du proton, confirmant la prévision d'Haramein.

 

"Les protons sont les blocs de construction initiaux de notre univers – ils sont au centre de tout atome et donc sont partout et en tout", a dit Chris Almida, directeur exécutif de la Fondation Projet Résonance, organisation parente de l'Institut d'Haramein. "Il est primordial de comprendre précisément la structure du proton avant même de commencer à comprendre 'l'univers connecté'. La prédiction d'Haramein s'est confirmée et est parfaitement exacte (dans la marge d'erreur de toute expérience), alors que la théorie du modèle standard est largement périmée". Almida poursuit, "Si la théorie de Nassim est correcte, l'idée de résoudre certains des problèmes les plus répandus de l'humanité pourrait être à notre portée".

 

L'approche d'Haramein pourrait potentiellement déverrouiller de nouvelles découvertes dans les domaines de l'énergie, du transport et même du voyage dans l'espace.

 

Un documentaire de 20 minutes par le réalisateur Malcolm Carter illustre ces nouvelles idées de manière séduisante.

 

Le site (en anglais) de Nassim Haramein et la bande-annonce du documentaire (cliquez en haut à gauche du site: resonance.is.

PDF de l'article de Nassim Haramein (en anglais)

 

  

La théorie de l'univers connecté de Nassim Haramein révèle une source d'énergie potentiellement infinie

SAMEDI 11 MAI 2013

http://www.wikistrike.com/article-la-theorie-de-l-univers-connecte-de-nassim-haramein-revele-une-source-d-energie-potentiellement-infi-117718442.html 

 

 

Nassim-Haramein.jpgKILAUEA, Hawaï, 7 mai 2013 - Un article avant-gardiste publié la semaine dernière apporte un nouvel éclairage sur la théorie de la gravité et son potentiel impact significatif sur les problèmes auxquels fait face la race humaine, les sources alternatives d'énergie entre autres.

 

Nassim Haramein, directeur de recherche à l'Institut de Physique Unifié d'Hawaï, a écrit un article intitulé "Gravité quantique et masse holographique", qui a été validée et publié dans le journal Physical Review and Research International. Cet article discute de la théorie d'Haramein sur "l'univers connecté", qui offre par des formules algèbriques et des équations géométriques une nouvelle vision alternative de la gravité.

  

Le travail d'Haramein montre que tout dans l'univers est connecté, de l'échelle la plus grande à la plus petite, grâce à une compréhension unifiée de la gravité. Il démontre que c'est l'espace qui définit la matière et non la matière qui définit l'espace.

 

"Rappelez-vous que la matière est faite de 99,9 % d'espace", dit Haramein. "La théorie du champ quantique expose que la structure même de l'espace-temps, à un niveau extrêmement petit, vibre avec une énorme intensité. Si nous pouvions extraire un infime pourcentage de toute l'énergie contenue au sein des vibrations se trouvant dans l'espace de l'un de vos doigts, cela représenterait assez d'énergie pour alimenter les besoins mondiaux pendant des centaines d'années. Cette nouvelle découverte a le potentiel d'ouvrir un accès à l'exploitation de cette énergie comme jamais auparavant, ce qui révolutionnerait la vie telle que nous la connaissons aujourd'hui".

 

La base de la recherche d'Haramein est une prédiction audacieuse sur le rayon de charge du proton, qui a été récemment vérifiée par une expérience. Moins d'un mois après l'envoi par Haramein de son article à la Bibliothèque du Congrès, l'Institut Paul Scherrer de Suisse a publié une nouvelle mesure sur la taille du proton, confirmant la prévision d'Haramein.

 

"Les protons sont les blocs de construction initiaux de notre univers – ils sont au centre de tout atome et donc sont partout et en tout", a dit Chris Almida, directeur exécutif de la Fondation Projet Résonance, organisation parente de l'Institut d'Haramein. "Il est primordial de comprendre précisément la structure du proton avant même de commencer à comprendre 'l'univers connecté'. La prédiction d'Haramein s'est confirmée et est parfaitement exacte (dans la marge d'erreur de toute expérience), alors que la théorie du modèle standard est largement périmée". Almida poursuit, "Si la théorie de Nassim est correcte, l'idée de résoudre certains des problèmes les plus répandus de l'humanité pourrait être à notre portée".

 

L'approche d'Haramein pourrait potentiellement déverrouiller de nouvelles découvertes dans les domaines de l'énergie, du transport et même du voyage dans l'espace.

 

Un documentaire de 20 minutes par le réalisateur Malcolm Carter illustre ces nouvelles idées de manière séduisante.

 

Le site (en anglais) de Nassim Haramein et la bande-annonce du documentaire (cliquez en haut à gauche du site: resonance.is.

PDF de l'article de Nassim Haramein (en anglais)

 

Partager cet article

Repost 0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 07:46

Incroyable ! voilà ce que l'on peut faire dans l'infiniment petit !

This video shows a realtime recording of the 3D micro printing process by two-photon polymerization. We start with the CAD model of a Hellcat spaceship from Wing Commander Saga and use our 3D printer Photonic Professional GT to print a polymer model on the microscale. The final structure is then inspected with a scanning electron microscope (SEM). Overall printing time was less than 50 seconds for the ship with dimensions 125µm x 81µm x 26.8µm (l x w x h). The length of the spaceship is approximately equal to the diameter of a human hair. 

C’est une navette de 125 microns x 81μm x 26.8μm sur le modèle de la franchise du jeu vidéo, Wing Commander, que la société appelée Nanoscribe a réalisé. Un laser a été tiré aux bons endroits dans des couches de résine liquide photoactive (résine photosensible) et en réponse le matériau a durci. Cette vidéo montre le processus en temps réel.
Outre l’impression de petites petites sculptures, la technologie d’impression 3-D pourrait être utile dans la création d’échafaudages pour les cellules ou dans d’autres applications biomédicales.

http://www.youtube.com/watch?v=wThtfAtB5U8&feature=player_embedded

.

.

For more information, visit http://www.nanoscribe.de or join us onhttp://www.facebook.com/nanoscribe .

Partager cet article

Repost 0
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 14:50

Qui a dit que nous étions seuls dans l'univers, en tout cas dans notre galaxie ?

Quoique, si certains veulent le croire, ils sont libres.

Et vous ? Qu'en pensez-vous ? 


Il y a des milliards d'étoiles dans l'Univers. De récentes estimations réalisées par des astronomes du California Institute of Technology (Caltech) montrent que des milliards et des milliards de planètes seraient en orbite autour d'elles.

En fait, John Johnson et ses collègues estiment que les systèmes planétaires sont la norme dans le cosmos. Les astronomes basent leurs calculs sur l'analyse du système planétaire en orbite autour de l'étoile Kepler-32. Selon eux, ce système est représentatif et peut permettre d'extrapoler ce qui se passe à l'échelle galactique.
« Il y a au moins 100 milliards de planètes dans notre galaxie seulement. » — John Johnson

De façon générale, il y aurait au moins une planète par étoile, et les scientifiques s'accordent pour dire que cette estimation est conservatrice.

Dans le cas de Kepler-32 par exemple, le système comporte au moins cinq planètes.
Kepler-32 est une naine rouge, un type d'étoiles qui représentent environ 75 % des étoiles dans la Voie lactée. Les planètes en orbite autour d'elle sont de tailles similaires à celle de la Terre, ce qui serait aussi la norme dans notre galaxie.

Ainsi, les scientifiques extrapolent qu'une vaste majorité de planètes dans la galaxie ont des caractéristiques similaires à ces planètes.

Le détail de ces travaux est publié dans l'Astrophysical Journal.

Le saviez-vous? Le télescope Kepler, lancé en mars 2009, a pour objectif de rechercher des exoplanètes similaires à la Terre en orbite autour d'autres étoiles

Partager cet article

Repost 0
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 10:38

 

We are one !

L'extase spatiale d'Edgar Mitchell

" Nous étions partis en techniciens, nous revenions en humanistes". En 1971, lors de la mission Apollo 14, l'astronaute Edgar Mitchell, sixième homme à avoir marché sur la lune, a vécu une expérience extraordinaire qui a profondément bouleversé sa vision de l'existence. Retour sur une épiphanie spatiale.
Que s’est-il passé lorsque vous êtes revenu de la Lune ?
Apollo 14 effectuait son voyage de retour. La mission avait été un succès, et je n’avais plus grand-chose à faire. Je pouvais jouer les touristes et regarder par le hublot. La capsule était perpendiculaire au plan de l’écliptique, en rotation pour maintenir l’équilibre thermodynamique : toutes les deux minutes, je pouvais voir la Terre, le Soleil, la Lune, les étoiles et un panorama complet des cieux, parsemés d’étoiles. En raison du manque d’atmosphère, elles étaient dix fois plus nombreuses et brillantes qu’observées par temps clair depuis la Terre. C’était vraiment féérique. C’est alors que j’ai vécu une connexion entre mes molécules et les étoiles. J’avais jusqu’à présent considéré cela par le prisme de ma formation en astronomie à Harvard et au Mit . Je savais que les molécules qui composaient le vaisseau spatial, le corps de mes collègues et le mien, étaient originaires d’anciennes étoiles. Mais dans la capsule, cette connexion n’était pas intellectuelle, elle était viscérale.

Que ressentiez-vous alors ?
Un sentiment d’extase et de bien-être qui me submergeait complètement. Je n’avais jamais rien ressenti de tel. Cela a continué jusqu’au retour sur Terre : durant trois jours, à chaque fois que je regardais par le hublot, la sensation de ne faire qu’un avec l’univers, l’extase, revenaient, avec autant d’intensité. Et avec elles une excitation, une joie bouillonnante, un sentiment de bonheur et d’émerveillement, qui me saisissaient quand je regardais les cieux et que, submergé par la beauté, je laissais libre cours à cette émotion.

Qu’avez-vous fait une fois revenu sur Terre ?
J’ai ressenti le besoin impérieux de comprendre ce qui s’était passé. J’ai cherché dans la littérature scientifique, et dans la littérature religieuse de différentes traditions, mais je n’ai rien trouvé. J’ai donc demandé de l’aide à des universitaires. Ils ont fini par dénicher une description en sanscrit, le langage de l’Inde ancienne, parlant de Savikalpa Samâdhi. Ces mots désignent un état dans lequel les choses sont perçues dans leur individualité, séparées les unes des autres, mais expérimentées intérieurement et viscéralement comme un tout, une unité, dans un sentiment d’extase. C’était exactement ça. Savoir que les Anciens avaient eu ce type d’expérience était très gratifiant. Je voulais aller plus loin. En étudiant de nombreuses cultures, je me suis rendu compte que les chamanes, les sorciers, les hommes-médecine, les dépositaires de différentes traditions spirituelles, avaient tous rapporté, oralement ou par écrit, des descriptions similaires.

Est-ce que d’autres astronautes ont eu la même expérience ?
La plupart d’entre nous ont eu des expériences de ce type. Il y a un livre intitulé The Overview effect, qui évoque ce qui se passe lorsqu’on considère la Terre dans cette perspective. Vues d’en haut, les frontières qui sont la cause de tant de conflits sont invisibles. Et plus la Terre devient petite dans l’immensité des cieux, plus l’expérience devient profonde.

Qu’est-ce que cette expérience a changé en vous ?
J’aime à dire que nous sommes partis dans l’espace en techniciens et en sommes revenus humanistes, capables de voir l’unité de l’humanité, l’unité de la Terre comme système vivant, tout en étant plus pacifiques et moins violents. Cela ne veut pas dire qu’on ne se met plus en colère ; mais on apprend à vivre en paix avec son environnement, la nature, ses voisins. Apprendre à aimer et à voir l’harmonie de la nature, voilà le point fondamental. Je pense que la plupart d’entre nous sont revenus avec des idées de ce genre. Nous étions la première génération de voyageurs de l’espace à quitter la Terre pour la regarder de si loin, depuis une petite boule dans les cieux. J’ai réalisé aussi que c’était peut-être à nous de poser sous un angle nouveau les questions que l’humanité se pose depuis toujours – Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Je me suis dit que notre histoire racontée par la science était incomplète et erronée, et que l’histoire racontée par les anciennes sagesses était archaïque et erronée également. Il était temps de commencer à élaborer une autre histoire.

Partager cet article

Repost 0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 17:36

http://www.inrees.com/articles/La-NASA-ecoute-le-chant-de-la-Terre/

Aucun son ne peut se propager dans le vide de l'espace. En revanche, les ondes électromagnétiques, elles, se déplacent sans problème. Autrement dit, si nous avions des antennes à la place des tympans, l'espace ne serait pas aussi silencieux qu'on l'imagine. Nous pourrions notamment entendre dans l'environnement immédiat de la Terre un bruit bien particulier ressemblant au cri d'un cochon d'inde : le chant de notre planète. La Nasa vient justement d'en révéler un enregistrement saisissant.

Cette transcription sonore a été obtenue à l'aide de l'instrument EMFISIS embarqué sur deux satellites, RBSP-A et B, envoyés en août pour étudier les orages géomagnétiques. Cet appareil enregistre les ondes électromagnétiques émises lorsque des particules chargées en provenance du Soleil viennent frapper le champ magnétique de la Terre. C'est ce qu'on appelle « l'effet chorus ». Les fréquences de ces ondes, inférieures à 10 kHz, sont situées dans la gamme des fréquences audibles par l'oreille humaine.

L' « effet chorus » n'est pas anodin. Le champ magnétique de la Terre provoque en effet la formation des deux ceintures de Van Allen, des zones dans lesquelles on trouve une grande densité de particules chargées. Dans la ceinture extérieure, on trouve notamment des électrons de haute énergie, très nocifs pour l'homme et les satellites, dont les scientifiques pensent justement qu'ils ont acquis leur énergie en captant les « ondes de chorus ». La mission RBSP a deux ans pour tenter de confirmer cette hypothèse qui fait encore débat dans la communauté scientifique.

Partager cet article

Repost 0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 10:34

Une superbe vidéo qui nous fait prendre conscience que nous ne sommes pas seuls dans l'univers.

http://www.youtube.com/watch?v=_IVqMXPFYwI&feature=related

.

.

Partager cet article

Repost 0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 18:50

Fabuleux ! Où trouve-t-on le symbole raëlien dans toute sa splendeur ? En Arménie, sur des tombes et les murs d'anciens monastères. Tout y est ! l'étoile à six branches et la spirale au centre.

 
Pour info le symbole signifie l'Infini dans l'espace - Infiniment petit et infiniment grand - et l'infini dans le temps - tout est cyclique-
 
Ci-dessous une image représentant le symbole sur la tombe du Grand Prince arménien Hasan Jalal Vahtangian (1214 - 1261).
.
symbole-armenien.jpg
 
.
 
D'autres symboles sur le site
.

Partager cet article

Repost 0