Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 20:00
VIDEO : Dr MORSE

Je vous invite à visionner cette excellente vidéo du Docteur MORSE qui, par ses mots souvent un peu “durs” tente de faire prendre conscience aux humains de la nécessité de “se réveiller” face au système actuel de santé soutenu par l’allopathie.

 
En quelques mots, comprendre la réalité de la chimie et la réalité du fonctionnement de votre corps c’est ce qui vous sauvera la vie.
 
Selon le Docteur MORSE,
 
- Il n’y a aucun remède pour aucune maladie, du point de vue allopathique. Quand il voit les campagnes pour collecter de l’argent, ça le rend malade,
- En ce moment, il termine un livre qui s’intitulera “une illusion qu’on appelle maladie”
- La plupart des personnes meurent, non pas à cause de leurs maladies mais à cause de leurs traitements. L’année dernière (2014 ?) l’allopathie, aux USA, a tué plus d’un million de personnes,
- Les personnes sont prises dans leur système de croyances et ne se remettent pas en cause.
 
- Chaque cellule existe par elle-même en tant qu’individu. Néanmoins, elles travaillent en unité avec le corps entier, mais individuellement. Chaque cellule est comme une personne. Chaque cellule a une capacité de compréhension.
 
- Le liquide lymphatique et interstitiel est trois fois plus important, en quantité, que le sang.
- Tous les cancers viennent du système lymphatique.
Vous devez éliminer les déchets de vos cellules.
Le système lymphatique est un liquide basé sur les lipides. Il produit du mucus réparti sur les muqueuses qui protègent le corps des protéines (acides).
Le système lymphatique est un transporteur : il transporte les acides gras depuis l’intestin grêle jusqu’au foie. Il transporte les déchets des cellules jusqu’aux ganglions lymphatiques et ensuite jusqu’au reins. Les trois reins sont les deux reins (organes) et la peau.
 
- la responsabilité des antidépresseurs dans les attentats (Colombine, cinéma d’Aurora...)
Il parle même de Robin WILLIAMS..
 
- Quand allons-nous nous réveiller et pointer du doigt ces compagnies pharmaceutiques et dire qu’elles sont mauvaises, et criminelles ???
 
- le danger des vaccins
 
- Il parle de nombreuses personnes atteintes de SEP (Scléroses en Plaques) qui ont été remises sur pieds après 6 à 8 mois, de nombreux para et tétraplégiques qui ont été reconnectés dans l’année,...
 
- Concernant les urines, l’idée que les urines devraient être claires est folle. Si les déchets ne sont pas évacués par les reins, ils retournent autour de la cellule, dans l’espace interstitiel.
 
- Peu importe ce que vous avez, vous pouvez toujours renverser la situation, en nettoyant votre terrain. (l’espace interstitiel autour des cellules). Changer votre régime alimentaire est seulement un quart du problème. Il faut aller dans le corps en profondeur pour le nettoyer de ses déchets.
Les déchets cellulaires ont un pH de 3. Quand ils ne peuvent plus être éliminés, ils deviennent de l’acidose intracellulaire. Les cellules commencent à muter.
 
La chimiothérapie a un pH de 1.5 !!! soit 50 fois plus fort que les déchets cellulaires.
“En infirmerie, on avait l’habitude d’appeler la chimio : DESTOP.
 
- Le côlon s’occupe des déchets digestifs. L’urine contient les déchets cellulaires et bactériens.
 
- Vous voulez accélérer la croissance d’une tumeur ou d’un kyste ? Vous n’avez qu’à boire du lait. Les tumeurs ne sont qu’un paquet de lymphe pleine d’acidose.
 
- Les protéines : Lisez les articles sur les protéines qui s’accumulent autour des neurones et qui causent Alzheimer et démence.
 
- Si vous avez une maladie du système nerveux, comprenez que vous devez vous débarrasser de l’acidose.
 
- Si les reins ne filtrent pas c’est qu’il y a un problème ! Le stress et les émotions maintiennent le taux d’adrénaline élevé et empêchent la dopamine, autrement dit l’élimination. Manger trop de viande nuit aux reins. Les fruits, les baies et les melons aident à rétablir le bon filtrage des reins.
 
- Quand les neurotransmetteurs sont bas les maladies chroniques apparaissent.
 
- Attention à ce que vous mettez sur votre peau, maquillage, etc... Tout ce que vous mettez sur la peau, vous l’absorbez à l’intérieur.
 
- Coca cola pH 2.9, Pepsi pH 3, Dr Pepper pH 3.5, Gatorade pH 2.85 (source : Ecole dentaire du Minnesota).
 
- Prendre également des plantes médicinales.
 
- Dans l’analyse sanguine, regardez l’azote uréique et la créatinine. Si l’azote uréique est plus élevée que 4 ou 5, vous mangez trop de protéines. La créatinine doit être au maximum à 0.5 ou 0.6. A partir de 0.8 cela commence à être problématique pour les reins.
 
- Le jeûne à l’eau a toujours été le moyen de détoxiner le corps.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 10:29
La véritable histoire de l’eau KAQUN et son efficacité dans l’amélioration de la santé et de la vie
Je viens de terminer la lecture du livre “STAYING ALIVE” de Martha Tailor. C’est l’histoire véridique de Jozsef B. qui vie en HONGRIE et qui a frôlé la mort après avoir été diagnostiqué avec une maladie sérieuse à la gorge. Deux chirurgies n’ont pas suffi à vaincre la maladie. Au moment de passer pour la troisième fois sur la table d’opération, Jozsef entreprend de suivre une autre voie, sans y croire vraiment : la cure d’eau KAQUN. Pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, en fonction du programme que lui ont suggéré les médecins du centre Kaqun, il va prendre des bains réguliers et boire quotidiennement l’eau KAQUN.  Il y rencontrera de nombreuses personnes avec autant de témoignages sur leurs maladies diverses (zona, brûlures graves, etc...) et surtout sur leur récupération et la régénération de leur système immunitaire. Un livre plein d’espoir pour ceux qui l’ont perdu.
 
 
Staying Alive is the inspiring story of Joseph and his story of overcoming insurmountable odds and obstacles after being diagnosed with a serious illness. And how despite all his suffering, misery, and hope he miraculously recovered and came though it all and learned the 'secrets' to how to Stay Alive. Recount and learn from his story of survival. Joseph would like to share it with you especially if you are facing or know of someone dealing with a serious personal health crisis or illness. Key information from the book on the use and effectiveness of the Kaqun water program and its bio-ability to jump-start the immune system, its oxygenated properties that increase the level of oxygen, and the ph level of the body to fight off disease and life threatening illnesses. Staying Alive was written to be a book of inspiration and courage, to all those who need encouragement despite the odds to succumb and give up to the hardest of life's challenges and situations. The editors

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 19:17
Le jeûne peut vous aider à vivre plus longtemps

 

 

Dr. Mercola

Le type et la qualité des aliments que vous consommez n’influencent pas seulement votre poids. L’alimentation a un effet sur votre métabolisme, sur la production d'insuline, sur la libération de leptine et sur une quantité d'autres hormones et d’équilibres chimiques.

Les scientifiques examinent également la façon dont le jeûne affecte la fonction cellulaire et mitochondriale, ainsi que la longévité.

Ils ont découvert que les cellules de votre corps réagissent au jeûne de façon très similaire à la façon dont elles réagissent au sport. En d'autres termes, lorsqu’elles sont soumises à un stress - qu'il soit dû au sport ou au jeûne - la réaction crée des changements au niveau cellulaire, qui aident à prolonger votre espérance de vie.

Pour commencer, le jeûne entraîne votre corps à utiliser les graisses plutôt que le glucose comme principale source de carburant, et brûler les graisses efficacement profite à votre santé au-delà de la perte de poids.

Bien que la recherche porte principalement sur le jeûne ou sur le jeûne intermittent, le nouveau terme parfois employé est le ‘Time Restricted Feeding’ (TRF - temps d'alimentation restreint) qui préconise de limiter la plage horaire dans laquelle nous prenons nos repas, généralement à 6 à 8 heures.

Une combustion efficace des graisses favorise la santé

Les graisses sont un carburant bien plus propre que les glucides et génèrent beaucoup moins de radicaux libres.

Le glucose est par nature un carburant « sale » car il génère bien plus d’espèces réactives de l’oxygène (ERO) que les graisses. Mais pour brûler des graisses, vos cellules doivent être saines et normales. Les cellules cancéreuses, par exemple, ne peuvent pas brûler de graisses et c’est pourquoi un régime riche en bonnes graisses est une stratégie anti-cancer si efficace.

On commence à réaliser aujourd'hui que les troubles mitochondriaux sont à la base de pratiquement toutes les maladies, et l'intervention en nutrition - pas seulement ce que vous mangez, mais également à quelle heure, et à quelle fréquence - est d'une importance capitale.

En résumé, pour favoriser la santé mitochondriale, il faut une alimentation à base de vrais aliments, éviter de manger au moins 3 heures avant de vous coucher, et pratiquer le jeûne intermittent.

Que se passe-t-il lorsque vous jeûnez ?

Le jeûne est un stress biologique aux nombreux et incroyables bienfaits pour la santé, il normalise notamment la sensibilité à l’insuline et à la leptine, favorise la production d’hormone de croissance (hGH), réduit le stress oxydatif et diminue le taux de triglycérides.

Aujourd'hui, une équipe de chercheurs de l’université de Californie du sud pense qu’ils ont découvert un autre bienfait. La régénération des cellules souches.

Au cours des premières 14 à 16 heures de jeûne, votre corps brûle presque toutes les réserves de glucides (le glycogène) de vos muscles et de votre foie. Une fois ces réserves de glycogène vidées, votre organisme se tourne vers les réserves de graisses. Le jeûne intermittent apprend à votre corps à brûler efficacement les graisses comme carburant.

Le jeûne intermittent peut aider à régénérer entièrement votre système immunitaire

Chez un adulte, les cellules souches indifférenciées présentes dans les tissus et les organes sont utilisées par le corps pour se régénérer. Le rôle principal de ces cellules est d’entretenir et de réparer les tissus.

Un autre effet du jeûne est l’autophagie. Lorsque ce processus vital a lieu au niveau des mitochondries, on l’appelle la mitophagie. C’est le processus par lequel votre corps ‘se mange lui-même’ de façon ordonnée, de façon à éliminer ses parties endommagées.

Bien que cela puisse sembler être un processus que l’on aimerait éviter, il est en fait très sain et aide votre corps à « faire le ménage ». D'après le Dr. Colin Champ, oncologue radiothérapeute reconnu du centre médical de l’université de Pittsburgh :

« Voyez cela comme le programme de recyclage naturel de notre corps. L'autophagie fait de nous des machines capables de se débarrasser des pièces défectueuses, de stopper la croissance cancéreuse, et certains troubles métaboliques tels que l’obésité et le diabète. »

La mitophagie se produit au niveau cellulaire, lorsque les membranes se détériorent et que votre corps recycle ce qui est sain et utilise le reste comme sources d’énergie ou pour fabriquer de nouvelles pièces. Ce processus peut également jouer un rôle dans le contrôle de l’inflammation dans votre organisme.

Lorsque des scientifiques ont conçu des rats incapables d'autophagie, ceux-ci se sont révélés plus somnolents et plus gros, avec un taux plus élevé de cholestérol et des cerveaux déficients.

Trois méthodes qui favorisent la mitophagie et la régénération cellulaire

Il existe trois façons d'augmenter la capacité de votre corps à détruire les cellules endommagées et à en fabriquer de nouvelles. La première est l'activité physique, qui fait subir un stress à votre organisme, endommage les muscles et aide votre corps à fabriquer de nouveaux tissus.

Le jeûne intermittent est une façon très efficace de stimuler la mitophagie. Certaines études suggèrent même que le jeûne intermittent peut améliorer la fonction cognitive, la structure du cerveau et faciliter l’apprentissage. Ces études ont été complétées sur des rats et il n'a pas été clairement établi que les avantages provenaient spécifiquement de l’autophagie.

Ceci dit, une autre façon de simuler la mitophagie est d'adopter une alimentation riche en graisses, constituée principalement de graisses saines d’excellente qualité, d’une quantité modérée de protéines de haute qualité et d’un minimum de glucides non fibreux, dans les proportions présentées dans le tableau ci-dessous. L’idée est de réduire vos apports de glucides à un niveau tel que votre corps n'a pas d'autre choix que de brûler des graisses comme carburant.

La recherche montre que ce régime aide le corps à combattre le cancer, à diminuer les risques de diabète, à combattre certains troubles du cerveau et peut réduire les crises d’épilepsie d'au moins 50% pour la moitié des enfants qui le suivent.

Souvenez-vous qu’il est tout aussi important de contrôler vos apports de protéines que de réduire les glucides d’origine non végétale. Si vous mangez plus de protéines que ce dont votre corps a besoin, vous empêcherez l'activation des voies associées aux cellules souches et la régénération du système immunitaire. Cela inclut les voies de signalisation mTOR, PKA et IGF.

Planifier vos repas correctement peut réduire les dommages des radicaux libres

Il existe des preuves irréfutables qui indiquent que lorsque l'on fournit du carburant aux cellules alors qu’elles n’en ont pas besoin, les cellules perdent des électrons qui réagissent avec l’oxygène, produisant des radicaux libres. Les radicaux libres provoquent des dommages à vos cellules et à votre ADN, et sont associés à un risque accru de contracter des maladies.

La meilleure façon de réduire les dommages des radicaux libres n’est pas de prendre des antioxydants mais de veiller à brûler un carburant propre comme les graisses, plutôt que des glucides. Toutefois, lorsque votre apport calorique est plus important que nécessaire, et en particulier lorsqu’il intervient à un moment où vos besoins en énergie sont faibles, comme lorsque vous dormez, la production de radicaux libres s’en trouve augmentée.

Des études ont démontré le lien entre les radicaux libres et les dommages à l’ADN mitochondrial, qui provoquent des dommages nucléaires pouvant eux-mêmes entraîner un cancer. Au cours d'une étude française, les chercheurs ont démontré que le jeûne intermittent, imposé à des souris atteintes de lymphomes, réduit la quantité de radicaux libres, augmente leur espérance de vie et réduit le taux de mortalité.

C’est également pour cette raison que je conseille de ne pas manger au moins au cours des 3 heures qui précèdent le coucher. C’est pendant votre sommeil que votre corps utilise le moins de calories, vous n'avez donc vraiment pas besoin d'un excès de carburant pendant cette période, car cela génèrerait un excès de radicaux libres qui peuvent endommager les tissus, accélérer le vieillissement et contribuer à des maladies chroniques.

J'arrête personnellement de manger vers 16h ou 17h, mais cela varie en fonction de mon taux de glycémie. Mon objectif est d'avoir une glycémie à jeun inférieure à 60, et en tous cas inférieure à 70. 
Je réprouve personnellement tout à fait les jeûnes de plus de 18 heures car cela pousse en général à brûler de la masse musculaire comme carburant. C’est pourquoi je recommande de jeûner 16 à 18 heures par jour et de consommer toutes vos calories au cours des six à huit heures restantes.

Cela réduit la dépendance quotidienne de votre corps aux glucides et au glycogène. La recherche a démontré une diminution du risque de cancer et une meilleure gestion du poids chez l’homme comme chez l’animal.

Comment supporter le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent est sain pour la plupart des gens. Toutefois, si vous souffrez de diabète, d’hypoglycémie, de fatigue chronique ou d’un dérèglement de votre taux de cortisol, vous devez prendre des précautions spécifiques et travailler avec votre médecin et votre diététicien pour préserver un bon équilibre entre nutrition et jeûne. Les femmes enceinte ou qui allaitent ne doivent pas pratiquer le jeûne car leur bébé a besoin d’être alimenté pour grandir et se développer correctement.

Ajouter ce type de jeûne à votre programme de santé peut représenter un défi mais les récompenses sont à la hauteur. Commencez par établir un programme de jeûne que vous pensez pouvoir tenir. Ne vous découragez pas si vous mangez plus que ce que vous aviez prévu les jours de jeûne. Buvez de l’eau et du thé en quantité dans la journée, pour vous aider à vous sentir rassasié.

Faites-vous aider par des proches. En commençant un programme avec une autre personne, en particulier si elle habite sous le même toit, vous aurez un partenaire à qui rendre des comptes et avec qui partager des astuces. Lorsqu’on sait que quelqu'un d'autre compte sur nous pour l'accompagner dans l’aventure, on est moins enclin à manger plus que ce que l’on avait prévu.

En conclusion, le jeûne intermittent améliore le fonctionnement de votre système immunitaire et de vos mitochondries, réduit le processus inflammatoire et la quantité de radicaux libres dans votre corps. Il aide également à ralentir le processus de vieillissement de façon radicale, en particulier si vous consommez des macronutriments.

En d'autres termes, vous priver de nourriture de temps à autres ne vous tuera pas - bien au contraire, cela pourrait être l’une des clés pour vivre plus longtemps et en bonne santé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 16:04
La sclérose en plaques (SEP) : Une solution pour s’en sortir et ne plus avoir de crises !
Connaissez-vous Dominique GUYAUX ? Atteint d’une sclérose en plaques vers l’âge de 30 ans, il a réussi, après de nombreuses expériences et recherches personnelles à se mettre en rémission sans plus aucune crise.
 
Il vient de publier un livre “l’éloge du cru” où non seulement il explique en résumé son mémoire soutenu en 2013 que vous trouverez sur son site  https://alimentationsensorielle.fr/ mais il donne également des conseils pratiques d’alimentation qui lui ont valu sa rémission. Il propose également des week-ends d’initialisation sensorielle.
 

Né en 1956 à Marseille, d’une lignée de marins, Dominique Guyaux fait des études de biologie qu’il interrompt en licence d’océanographie pour apprendre la voilerie afin de gagner sa vie en réalisant son rêve : faire le tour de monde à la voile. Il monte sa propre voilerie en 1981 mais il se heurte à une sclérose en plaques en 1985. Il vend tout ce qu’il possède et largue les amarres avec un petit catamaran en direction des Caraïbes.

Au cours de son périple, qui durera trois années, il découvre l’alimentation crudivore et sa vie bascule. Sa rémission, aussi imprévisible que brutale, le bouleverse. Il doute, teste et trébuche, et publie son premier ouvrage : « Quand je serai seul avec la mer » (roman autobiographique). Mais cette rémission ne lui suffit pas, il veut comprendre : plusieurs années durant il fréquente les milieux crudivores, enseigne la pratique de ce mode alimentaire hors normes et publie son deuxième ouvrage (Le régime du plaisir).

En 2006, il entre à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE) et passe son diplôme avec un mémoire portant sur le cru et le cuit qu’il valide en 2013. Par ce travail, tout un pan de l’histoire du comportement alimentaire de l’homme, jusqu’alors resté dans l’ombre, s’éclaire d’un jour nouveau. En 2015, il publie une version grand public chez Medicis avec pour titre : « L’éloge du cru – Comment réconcilier alimentation et santé ».

Aujourd’hui, Dominique Guyaux donne des conférences sur le sujet et enseigne la pratique du crudivorisme sensoriel.

Deux projets de recherches lui tiennent encore à cœur :

  • monter la première unité hospitalière de diététique sensorielle à visée thérapeutique ;
  • étudier le microbiote intestinal des crudivores sensoriels actuels.
Vidéos avec Thierry CASASNOVAS
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 18:30
La révolution fruitière : Date à retenir : le 9 octobre 2016 à SAINT ANDRE DE SANGONIS (Hérault)

Interview de Thierry CASASNOVA avec Clément GRAU, l’initiateur de l’”opération Fruits Invasion” : https://www.youtube.com/watch?v=By5P1SneceQ

L’objectif est de planter en masse des arbres fruitiers (1000 arbres fruitiers au minimum).

Et le but consiste à rendre les fruits gratuits sur le long terme et accessibles à tous.

Le festival est prévu le 9 octobre 2016 de 9 h 00 à 20 h 00. Tout bénévole est le bienvenu.

Pour en savoir plus :

  • clementgrau@yahoo.com
  • 07 77 07 88 87

La page facebook : https://www.facebook.com/OperationFruitsInvasion

Il est important de noter que le Maire de SAINT ANDRE DE SANGONIS a trouvé l’idée géniale et accepté d’appuyer le projet. Vous pouvez soutenir le projet en écrivant au Maire de cette ville par mail ou courrier :http://saintandredesangonis.fr/nous-contacter/

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 08:53
Danièle GERKENS :”Un an sans sucre: «Ma santé s'est clairement améliorée»”

Journaliste spécialisée dans la santé et l'alimentation, Danièle Gerkens aime cuisiner autant qu'elle aime manger. Elle s'est pourtant lancé un défi inédit en France: supprimer tout sucre simple de son alimentation pendant un an. Si elle s'est autorisée les sucres complexes (riz, pommes de terre, farine…), elle a dit adieu aux gâteaux, yaourts, compotes, jus de fruits, confitures, plats industriels... Une expérience inédite en France qu'elle décortique, arguments scientifiques à l'appui, dans son livre Zéro sucre (Editions Les Arènes)

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/04/03/23584-an-sans-sucre-ma-sante-sest-clairement-amelioree

LE FIGARO. - Un an sans sucre, ça paraît très long. L'expérience a-t-elle été difficile?

Danièle GERKENS. - Il ne faut pas se leurrer, c'est frustrant. D'autant que je suis très gourmande, que j'adore cuisiner, que je vois défiler de magnifiques patisseries au bureau et que je n'avais jamais tenu de régime de ma vie jusque là! Au début, la frustration est physiologique, émotionnelle et gustative et les quatre premières semaines ont été… raides. S'ensuit une transition de 15 jours où ça va mieux, et au bout de 6 à 8 semaines, c'est fascinant: on rentre dans une nouvelle phase où on n'en a plus envie. On peut conserver des envies intellectuelles qui conduisent à se dire devant un gâteau magnifique «je me demande quel goût ça a», mais ce n'est plus une pulsion. En revanche il peut subsister une frustration sociale car on vous renvoie facilement l'image de la fille pas drôle, pas bonne vivante.

Vous racontez justement que votre projet a suscité des réactions parfois agressives dans votre entourage.

Je ne m'y attendais pas du tout. Ma mère elle-même, qui pourtant est diabétique, a mal pris que je refuse un gâteau qu'elle avait préparé. Cette réaction négative est symptomatique de personnes qui ont une relation compliquée avec un produit addictogène, comme l'alcool ou le tabac. Je pense que qu'il y a eu un effet miroir. Mon projet les renvoyait à une incapacité de gérer une conduite addictogène. Par ailleurs, le Pr Michel Lejoyeux de l'hôpital Bichat à Paris (spécialiste des addictions, NDLR) m'a fait remarquer que ma démarche questionnait un produit ultra courant et socialement accepté, ce qui revient, d'une certaine façon, à interroger les valeurs de la société.

Vous estimez pourtant avoir beaucoup bénéficié de ce régime atypique.

Oui, énormément. Je n'ai pas arrêté le sucre pour maigrir mais j'ai quand même perdu six kilos sans effort, alors même que je mange beaucoup plus gras. En plus, j'ai fondu au niveau du ventre - une graisse dont on sait qu'elle est particulièrement nocive pour la santé. Je n'ai plus jamais de baisses d'énergie comme avant alors que je n'ai rien changé dans mon rythme de vie: je ne dors pas plus, je ne fais pas plus de sport… Je digère mieux et on m'a complimentée sur la qualité de mon teint. Mais surtout, moi qui suis très sensible sur le plan ORL à raison de 8 à 10 sinusites par an, je n'en ai eu que deux cette année. C'est un gain de bien-être colossal. De la même façon, une forte allergie aux pollens m'impose ordinairement de prendre des antihistaminiques quotidiennement de janvier à mai. Nous sommes le 3 avril, et je n'en ai toujours pas ressenti le besoin malgré des déplacements dans des pays où il y a avait des arbres auxquels je suis très allergique.

Avez-vous trouvé une explication à cela?

Très peu car cela n'a pas été étudié. Quelques études scientifiques semblant dire que le sucre a un effet inflammatoire, ce qui pourrait expliquer la disparition de ma cellulite aussi, car on sait qu'il s'agit d'une inflammation des graisses. Pour avoir un point de vue scientifique probant et extrapolable, il faudrait que des centaines d'autres personnes fassent la même expérience que moi, ce qui semble peu probable.

En quoi l'année écoulée a-t-elle transformé votre perception de notre alimentation?

Les habitudes alimentaires sont une construction sociale. Elles sont donc le produit de notre époque mais aussi, depuis un siècle, du marketing. Je pense sincèrement que notre organisme n'est pas fait pour accumuler des quantités importantes de sucre. L'homme est apparu dans un environnement où les sucres simples étaient très rares et il me semble qu'il faut lui rendre cette rareté. Or depuis une cinquantaine d'année, le sucre est omniprésent, notamment dans les plats industriels. Je ne dirais pas que c'est une substance dangereuse mais c'est un produit dont il ne faut pas abuser. D'ailleurs, j'ai recommencé à en consommer un peu après la fin de cette année «sans sucres», mais je me rends compte que j'en ai peu envie spontanément. Quand je mange un bon gâteau, je me contente de quelques cuillères: je trouve ça délicieux et ça me suffit. Actuellement, j'en mange une à deux fois par semaine, plus deux carrés de chocolat hebdomadaires. Ce qui est troublant toutefois, c'est que j'ai réalisé que depuis que j'en remange un peu, j'y pense plus souvent qu'avant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 19:37
La déshydratation des fruits et légumes

Je viens de visionner une vidéo que j’ai particulièrement appréciée sur la déshydratation des fruits et légumes... et même les oléagineux ! J’ai appris ce qu’était un “cuir de fruit”. Comment faire des crackers ! et même le sel de céleri ! Faire soi-même ses épices et ses chips de légumes ! Miam !

Cela m’a donné envie d’avoir un déshydrateur pour pouvoir augmenter encore plus ma palette de goûts et de plaisirs gustatifs.

https://www.youtube.com/watch?v=PjySAcWVHvI

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 08:46
Une bonne salade de printemps
Une bonne salade de printemps

La nature est généreuse en ce moment avec ce printemps naissant. Voici une entrée appétissante avec des feuilles de pissenlit, de plantain, de la doucette, de la cressonnette et des fleurs et feuilles de violettes. Tous ces ingrédients verts se trouvent dans mon jardin. Vous y ajouter de l’huile d’olive et de lin, du vinaigre de framboise, du sel aromatisé au fenouil et quelques morceaux d’ail confits (fait maison). Miam ! quel régal !

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 20:47
Soigner la Terre, c'est soigner l'Homme

Interview du professeur JOYEUX :J’étais la semaine dernière avec Pierre Rabhi en conférence à l’Ecole d’ingénieurs de Purpan, à Toulouse.

http://www.professeur-joyeux.com/soigner-terre-cest-soigner-lhomme/


Plusieurs élèves m’ont alerté du fait que le mot « agriculture » a disparu du titre de l’école. Il n’y a pas si longtemps, quand les jésuites étaient encore présents, elle s’appelait « École supérieure d'agriculture de Purpan ».

L’agriculteur devenant le premier acteur de santé, il est urgent que l’agriculture prenne sa vraie place.

J’ai beaucoup appris de Pierre Rabhi et des nombreuses questions des élèves et du grand public. Voici les questions les plus importantes que nous avons reçues :

1. Le lien entre notre alimentation et les maladies développées dans notre société est-il scientifiquement prouvé, et le cas échéant, dans quelle mesure ?

Il est démontré que 48 à 50 % des cancers sont liés à de mauvaises habitudes alimentaires qui réduisent nos défenses immunitaires.

Évidemment, il y a aussi d’autres facteurs en cause : le tabac, les pollutions, les perturbateurs endocriniens (le premier étant évidemment la pilule, mais personne n’ose le dire). Le stress, surtout chronique, joue aussi un rôle néfaste car il diminue nos défenses.

Nous sommes débordés de patients atteints de cancers à tous les niveaux de l’organisme, de maladies auto-immunes qui peuvent toucher selon les susceptibilités génétiques tous les organes :

  • La thyroïde avec la thyroïdite
  • Le tube digestif avec la maladie de Crohn et la rectocolite ulcéro-hémorragique, avec toutes leurs complications articulaires, oculaires, cutanées
  • Les maladies de peau avec le lupus et la sclérodermie
  • Les maladies rhumatismales avec la spondylarthrite ankylosante, les polyarthrites et même les maladies neurologiques avec sclérose en plaques (SEP), sclérose latérale amyotrophique (SLA), Alzheimer et Parkinson
  • Les maladies musculaires et tendineuses (fibromyalgie, myosites et tendinites)…
  • Mastiquer longuement tout ce que nous mettons dans notre palais des saveurs. Chaque bouchée doit être mastiquée au moins 20 fois, idéalement 35 fois. On stimule ainsi le goût et l’odorat. N’oubliez pas que vous refaites les papilles de votre langue tout les 10 jours et votre odorat tout les 3 mois. Les premiers signes de l’Alzheimer et du Parkinson, bien avant perte de mémoire et tremblements, sont la diminution du goût et de l’odorat. Leur stimulation est donc nécessaire.
  • Moins de produits laitiers de vache (ils contiennent trop de lactose, trop de calcium et trop de facteurs de croissance), moins de viandes rouges et charcuteries (ils contiennent trop d’acides gras saturés et de sel) à remplacer par poissons, fruits de mer et viandes blanches.
  • Plus de fruits frais, de légumes, de légumineuses et de céréales issues d’une agriculture biologique de proximité. Si la cuisson est nécessaire, celle qui est la meilleure pour les goûts et la santé est la cuisson à la vapeur douce, avec un cuit-vapeur ayant un grand compartiment inférieur, à un seul étage avec des trous de 0,7 mm pour laisser passer largement la vapeur, et dont le couvercle est bombé. C’est la plus courte et la plus saine de toutes les cuissons si elle est bien pratiquée. Elle ne dépasse pas 95°C, conserve les meilleurs nutriments et élimine les produits toxiques.
  • Le calcium des produits végétaux, quand ils sont bien mastiqués, est absorbé par le tube digestif jusqu’à 75 %, alors que le calcium d’origine animale est absorbé au maximum à 25 %… Nous consommons trop de calcium et les excès de calcium du plan national de nutrition santé ne sont pas utiles à notre santé, contrairement à ce que chantent les lobbies.

    Il faut choisir les produits latiers solides des petits animaux, chèvres et brebis qui ont plus de goût, lesquels nous rassasient plus vite et nous apportent avec une seule portion par jour suffisamment de calcium et pas trop de facteurs de croissance.

    Evidemment, 4 à 6 fruits frais de saison, de proximité et si possible bio apportent du calcium avec en plus les fruits secs, amandes, noix, noisettes… C’est le meilleur calcium car il est plus fortement biodisponible.
  • Le meilleur vaccin pour un nouveau-né, c’est le lait de sa maman car il contient tout ce qu’il faut en anticorps et molécules protectrices de la santé du bébé. Quant au système immunitaire de l’enfant, je le répète sans cesse, il n’est pas mature avant 1000 jours après la conception, soit le temps de la construction embryonnaire puis fœtale de 270 jours, auquel il faut ajouter 2 années après la naissance. Il faut donc revoir de fond en comble le carnet de vaccinations.

    Le débat grand public qui va s’ouvrir à propos des vaccins « obligatoires » ou « recommandés » va être utile – merci Madame la ministre – et démontrera que la vaccination « ça se discute », que c’est un acte médical authentique dont le médecin prescripteur est responsable, et pas un homme ou une femme politique…

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 16:47
Un mets de choix : les vinaigres balsamiques ou aromatisés de Cyril CODINA
Un mets de choix : les vinaigres balsamiques ou aromatisés de Cyril CODINA
Un mets de choix : les vinaigres balsamiques ou aromatisés de Cyril CODINA
Un mets de choix : les vinaigres balsamiques ou aromatisés de Cyril CODINA
Un mets de choix : les vinaigres balsamiques ou aromatisés de Cyril CODINA
Un mets de choix : les vinaigres balsamiques ou aromatisés de Cyril CODINA
Un mets de choix : les vinaigres balsamiques ou aromatisés de Cyril CODINA
Un mets de choix : les vinaigres balsamiques ou aromatisés de Cyril CODINA
Un mets de choix : les vinaigres balsamiques ou aromatisés de Cyril CODINA

Il y a deux ans de cela j’étais à la recherche de vinaigres balsamiques de qualité. Quand mon attention a été attirée par un reportage à ce sujet et diffusé dans l’émission “Météo à la carte” sur France 3. J’avais noté le nom du village sur un petit papier en me disant qu’un jour j’irais là-bas pour acheter ce vinaigre artisanal. Amatrice de bon goût je suis toujours à la recherche du meilleur.

Vidéo de l’émission “météo à la carte” : http://www.france3.fr/emissions/meteo-a-la-carte/videos/saveur_de_saison_le_vinaigre_balsamique_22-04-2014_525831?onglet=tous&page=1

L’occasion s’est présentée en ce début d’année 2016. Le temps d’appeler un ami et de programmer un week-end au village de LAGRASSE, village classé.

Nous avions rendez-vous à 14 h 30 au Musée 1900. Nous commençons par une visite du musée qui nous plonge, via des objets et ustensiles des années 1900 ainsi que de superbes bijoux d’époque, dans la vie de la belle époque, dans les Corbières. La visite continue au 1er étage et se termine par un spectacle virtuel en 4D dans l’ancien tramway de l’Aude qui reliait les petits villages de la région. Devant les images qui défilent sur l’écran, on se retrouve dans ce train, secoué comme il se doit grâce à un système installé sous les sièges, sans oublier les senteurs de la garrigue qui se diffusent dans la pièce. Vraiment bien fait !

Ce voyage dans le temps glisse ensuite vers la dégustation des fameux vinaigres balsamiques ou aromatisés. La gamme est importante et pleine de couleurs et de saveurs. (voir photos). Derrière le comptoir, Cyril CODINA, que je qualifierai de “Maître Vinaigrier”, nous emmène dans son univers, tout passionné qu’il est de nous présenter et de nous faire déguster ses “créations”, non sans nous expliquer le déroulement de la fabrication et autres détails intéressants à connaitre sur l’art du vinaigre. Vous pouvez en savoir plus en visitant son site http://www.1900-lagrasse.com/

Cyril CODINA oeuvre régulièrement avec de grands chefs qui lui demandent de créer des vinaigres spécialement pour eux.

Je me laisse tenter par quelques vinaigres aromatisés (à l’abricot, à la framboise, aux épices, aux senteurs de la garrigue, au miel...) ainsi que le vinaigre balsamique nature dont le goût rappelle le carthagène. Il y en a pour tous les goûts. J’ai également choisi quelques petites bouteilles pour offrir. Car cela permet de faire des cadeaux originaux.

De retour chez moi je me hâte de confectionner quelques plats succulents. Car le vinaigre ne sert pas seulement à aromatiser des vinaigrettes. On peut l’ajouter partout. J’en veux pour preuve la vidéo que Cyril nous a passé où on le voit préparer de nombreux plats, de l’entrée au dessert. Tout est possible ! Un vinaigre aromatisé à portée de main et hop ! on redécouvre toute une créativité culinaire enfouie au plus profond de nous et qui ne demande qu’à s’exprimer. Osons sortir de la routine toute tracée !

Voici quelques plats que j’ai confectionnés en y ajoutant quelques gouttes de vinaigres aromatisés labellisés Cyril CODINA. Un régal ! (voir photos)

Entrée sauvage : mâche du jardin et plantes sauvages (pissenlit, cressonnette, fleurs et feuilles de violettes). Pour la sauce : ail confit (fait maison), huile olive, huile de lin, sel aromatisé au fenouil et vinaigre de framboise.

Rencontre de la mer : crevettes fraichement décortiquées, poisson (lieu noir). Faire revenir une échalote et une ciboule ciselées dans de l’huile de coco. Ajouter les crevettes et le poisson et faire légèrement griller. Puis ajouter du vinaigre aux épices et un peu d’armagnac. Laisser réduire. Dans une casserole faire cuire du quinoa et mélanger avant de servir.

Fromage : quelques lamelles de fromage de chèvre accompagnées de morceaux de noix. Et quelques gouttes de vinaigre au miel.

Alors ? Envie de vous faire plaisir ? Dans ce cas, Rendez-vous au musée 1900 à LAGRASSE ! En ce moment il est ouvert jusqu'au 6 mars.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article