Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 19:24
ALERTE NUCLEAIRE : NOUS AVONS LE POUVOIR D’AGIR !
Est-ce à nos gouvernants politiques de décider pour nous si nous devons VIVRE ou MOURIR ?  Je dis NON !  Les plus grandes puissances nucléaires dont la FRANCE où je vis ont décidé de ne pas voter la résolution L41. Cette résolution vise à faire adopter par l’ONU un traité d’INTERDICTION DES ARMES NUCLEAIRES.
 
Pour info les neuf puissances nucléaires internationales disposent actuellement de 15 000 armes nucléaires au côté desquelles la bombe d’HIROSHIMA n’est qu’un pet de souris. Je vous laisse deviner l’ultra puissance de ces nouvelles armes. De quoi faire sauter la planète des dizaines de fois.
 
SAUVONS NOTRE PLANETE ! SAUVONS NOS VIES !
 
 
COMMENT ?
Voici quelques actions à mener ! A Nous de jouer pour le devenir bienheureux de notre humanité !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 20:57

http://www.raelpress.org/news.php?item.458.1

Rael: Only 3 Months Left to Avoid Humanity's Self-Destruction

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 15:17
ALERTE NUCLEAIRE : MEDITATION PLANETAIRE

Une autre action pour faire avancer la paix dans le monde est de méditer pour la paix ! chez soi ou dans la rue, ou sur internet, sur les places des villes ou ailleurs !

http://1min4peace.org/en_US/event/

https://raelcanada.org/fr/event/meditation-1-minute-pour-la-paix-hebdomadaire-en-ligne-mars-avril-2017/?ri=5&l=L2

UNE MINUTE POUR LA PAIX – MÉDITATION EN LIGNE 
(ANGLAIS, FRANÇAIS & ESPAGNOL)

MÉDITONS TOUS ENSEMBLE

Chaque lundi à 19 h 55 (heure de l’Est – Canada)

en ligne : https://zoom.us/j/4188579113

par téléphone: +1-647-558-0588 (CAN), Meeting ID: 418 857 9113

La situation mondiale actuelle nous amène à penser que notre fragile humanité est sur le point de s’effondrer.

La science démontre que notre cerveau est un émetteur-récepteur très puissant et que méditer pour la paix affecte toute la planète.

La puissance d’un cerveau en méditation est énorme, mais la puissance de nombreux cerveaux méditant ensemble est infinie.

Par conséquent, lorsque nous méditons ensemble, au même moment, nous multiplions l’effet des ondes positives qui se propagent sur toute la planète.

Nous pouvons changer les choses, simplement en pensant profondément à la paix et à l’amour dans le monde.

Nous sommes Un!


www.1min4peace.org

http://1min4peace.org/en_US/event/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 18:46

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 15:24
Les écoliers de 91 écoles primaires de Vancouver ont intégré à leur routine quotidienne une séance de relaxation et des actes de gentillesse. Ils apprennent ainsi à gérer leur stress et leurs angoisses. Cela a des répercussions sur leur réussite scolaire, comme l’explique Geneviève Milord.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 15:21
Des bénéfices à la méditation en classe
 
 
La méditation pleine conscience fait partie du quotidien des élèves de l'enseignante Mélanie Bell.
 
(Sherbrooke) Un projet alliant méditation pleine conscience et activité physique mené à l'école primaire l'Écollectif, à Sherbrooke, montre des retombées bénéfiques chez les enfants, particulièrement chez les enfants qui ont une moins grande attention en classe.

 
Le professeur Félix Berrigan fait partie de l'équipe de l'UdeS qui a mené des recherches à l'Écollectif sur la méditation pleine conscience et l'activité physique.
Spectre Média, Maxime Picard
 
« On a voulu voir l'effet d'une période de méditation pleine conscience de courte durée. C'est moins bien connu », commente le professeur Félix Berrigan de l'Université de Sherbrooke.
 
La recherche, menée avec le professeur Marc Bélisle, est liée au projet de maîtrise de l'étudiant Rémi Richelme.
 
L'Écollectif est un terreau fertile pour les chercheurs qui s'intéressent à l'activité physique. Depuis quelques années, l'équipe-école a ajouté, en collaboration avec les chercheurs de l'UdeS, 100 minutes d'activité physique par semaine dans la plage horaire des enfants. Les retombées positives ont été constatées dans le cadre des recherches.
 
Cette fois, l'équipe a comparé une période de méditation pleine conscience, avec une période entremêlant méditation pleine conscience et activité physique, une autre pour laquelle les élèves ne faisaient que de l'activité physique et finalement, avec une période contrôle, où les enfants ont regardé un documentaire.
Ces activités ont eu lieu au printemps dernier, et l'équipe de l'UdeS rédige actuellement un rapport de recherche sur la question.
 
« Ce qu'on voit, c'est qu'il y a une diminution du stress dans l'ensemble des jeunes, peu importe l'intervention », commente Félix Berrigan, qui a deux enfants fréquentant l'Écollectif.
 
Autre constatation : les enfants qui ont généralement moins d'attention en avaient davantage.
 
Un outil de plus
 
« On est content d'avoir des résultats. C'est un outil de plus pour les enseignants afin de prédisposer les élèves à de meilleurs apprentissages... »
 
Ce genre d'initiative a l'avantage de pouvoir se mettre en place assez facilement.
 
« C'est quelque chose qui peut être montré facilement aux enseignants », croit M. Berrigan.
 
L'initiative s'est mise en branle alors que des enseignants faisaient déjà appel à des gens dans leur entourage, dont des parents, pour pratiquer des séances de méditation pleine conscience.
 
Enseignante en cinquième et en sixième année à l'Écollectif, Mélanie Bell a développé un intérêt pour le sujet en réalisant sa maîtrise.
«C'est d'imposer un moment... où tu prends conscience de ce moment.»
Elle est de celles qui avaient constaté les bénéfices avant même que l'étude de l'UdeS ne soit menée.
 
L'enseignante a notamment montré à son groupe comment prendre de grandes respirations, comment faire de la visualisation, et elle utilise aussi en classe un bol tibétain, qu'elle fait résonner avec un bâton de bois lorsque le besoin se fait sentir.
 
Qu'est-ce que la pleine conscience? « C'est d'imposer un moment... où tu prends conscience de ce moment », vulgarise Mélanie Bell.
 
Le bol tibétain joue maintenant un rôle important en classe. Lorsqu'on le frappe avec le bâton de bois, il produit une vibration sonore.
 
« Chaque fois, les élèves arrêtent ce qu'ils sont en train de faire, ils prennent trois grandes respirations (...) Je n'ai jamais à hausser le ton. Quand l'énergie monte, on fait un petit « ting », et tout s'arrête... Je fais ça indépendamment de l'étude, je le fais de façon continue, tous les jours. »
 
L'enfant a lui-même un rôle dans la dynamique de la classe : lorsque cela devient trop bruyant, il peut décider de faire sonner le bol. « Ça aide à calmer tout le monde... »
 
Il est impressionnant de constater à quel point les enfants peuvent être stressés, commente Félix Berrigan.
 
Qu'est-ce qui peut leur causer du stress?
 
« C'est quelque chose de multifactoriel. Ça peut venir du milieu familial, des relations sociales avec les pairs, des évaluations à venir... » répond le chercheur.
 
Mélanie Bell abonde : des enfants peuvent être stressés d'accomplir certaines tâches parce qu'ils ne se trouvent pas doués. « Ils se dénigrent. Ça crée beaucoup d'angoisse et de stress... »
 
Certains enfants peuvent être moins attirés que d'autres par le sport, reconnu pour ses bienfaits. La méditation pleine conscience peut donc devenir une autre option intéressante pour ces enfants. « Je crois au bienfait de cette pratique. Tous les enseignants devraient avoir ça dans leur routine », commente l'enseignante.
 
Les données ont été recueillies auprès de 89 élèves participants au projet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 15:27
Une étude démontre que la méditation crée un réseau distinct de gènes (anti-âge) & améliore l’état de santé des cellules
 
 
La science est en train de rattraper les connaissances énoncées par Patanjali dans ses yogas sutras, les références dans les Védas, et d’autres textes anciens. La méditation est pratiquée depuis environ 5000 ans; ce qui prouve l’impact positif qu’elle peut avoir sur le corps et l’esprit. La science a désormais reconnu que la méditation peut avoir de puissants effets sur la santé humaine, tandis que de plus en plus de recherches exposent ses avantages époustouflants.
 
Certains des méditants les plus expérimentés ont même été désignés comme ayant des facultés « surhumaines », en raison de la façon dont ils ont été affectés par cette pratique (lien ici et ici). Une étude publiée récemment dans le Translational Psychiatry a prouvé à quel point la méditation peut être bénéfique pour la santé humaine, et que la signature moléculaire des méditants s’avère très différente de ceux qui ne pratiquent pas une méditation régulière.
 
Comment la méditation peut améliorer votre santé cellulaire
 
Un groupe de chercheurs américains a réalisé une étude sur des participants lors d’un cours d’informations sur le bien-être de Deepak Chopra proposé pendant une période de 5 jours dans le complexe touristique de Omni La Costa Resort & Spa (Carlsbad, CA, USA). Les chercheurs ont invité des femmes âgées de 30 à 60 ans, qui n’avaient aucune expérience dans ce domaine, à méditer dans le cadre de l’étude, puis les ont divisées en deux groupes:
 
Celles qui participaient en repli ( « les méditantes débutantes »), et celles qui étaient tout simplement présentes dans le complexe touristique ( « les vacancières »). Les chercheurs ont comparé leurs résultats ainsi que ceux des femmes en repli qui étaient dans la même tranche d’âge et qui méditaient de manière régulière ( « méditantes régulières »). La santé des participantes avait fait l’objet d’un examen approfondi avant et après le séjour de cinq jours dans le complexe, et par la suite des évaluations d’entretien ont été menées à terme pendant une période de 10 mois.
 
Une méthode de mesures standardisées psychologiques avait été mise en place afin de déterminer les symptômes de la dépression des participantes et les niveaux perçus de stress, d’attention, et de vitalité. Les participantes ont fait une prise de sang pendant le premier et le cinquième jour de l’étude. Pour plus d’informations sur les détails de la prise de sang, le traitement, les essais de biomarqueurs, et le séquençage ARN des échantillons de sang, cliquez ici .
 
Même si les trois groupes ont connu des améliorations significatives en matière de santé mentale, les méditantes débutantes ont montré une plus grande amélioration en ce qui concerne la dépression, en particulier la période des 10 mois qui a suivie. Ces études ont toutes établi clairement que les effets des vacances à court terme améliorent le bien-être; cependant, il est évident qu’il y a aussi des avantages à long terme sur le fait d’appendre la méditation.
 
Pendant les vacances, les gènes qui doivent généralement faire face au stress, à la cicatrisation des plaies et aux blessures  avaient diminué. Parmi ceux qui avaient fait l’expérience de la régulation à la baisse après le séjour / vacances étaient MME et FOXO3, qui sont tous deux appelés « gènes liés au stress ».
Cette étude est considérée comme la première documentation où l’intervention rapide et adaptée qui diminue le stress peut aussi diminuer sa manifestation.
 
Les chercheurs ont également identifié ce qu’ils appellent l’« effet de la méditation », par laquelle  ils ont trouvé que les méditantes régulières avaient un réseau distinct de gènes avec des fonctions cellulaires qui peuvent être associées à l’anti-vieillissement. Même si les vacances sont souvent favorables à l’expression des réseaux de gènes en matière de bien-être, l’effet des « vacances » ne peut être maintenu tout au long de la vie, parce que vous ne pouvez pas tout le temps partir en vacances. En revanche, « l’effet de la méditation » peut être maintenu si vous pratiquez régulièrement la méditation, et vous pouvez donc récolter en permanence les fruits de vos efforts.
 
Vous pouvez lire l’étude complète ici.
 
De plus en plus d’études prouvent que la méditation peut améliorer le corps et l’esprit
 
Une étude menée par l’Université de Harvard a déterminé que la méditation reconstruit la matière grise du cerveau en seulement huit semaines. Cette incroyable découverte a été faite par la prise d’images de résonance magnétique (IRM) du cerveau de 16 participants deux semaines avant l’étude et après son achèvement.
 
Une autre étude d’Harvard a constaté que la méditation pouvait atténuer les symptômes du syndrome du côlon irritable (IBS) et améliorer la santé de l’intestin. L’étude a montré que, en induisant la « réponse de relaxation », ce qui est le terme scientifique pour la méditation, les participants présentaient un taux réduit des symptômes du SCI et de l’anxiété, favorisant une meilleure survie et une meilleure qualité de vie.
 
Vous pouvez en savoir plus sur ces deux études dans le lien ici, et lisez ici comment la méditation a grandement amélioré l’IBS d’un membre de l’équipe.
Si vous ne connaissez pas la méditation, restez ouvert d’esprit et sachez que c’est une pratique destinée à tout le monde. Il n’y a aucune compétence particulière à avoir, il s’agit tout simplement de l’acte de faire taire l’esprit et de trouver la paix intérieure. Rappelez-vous, que vous devez d’abord faire taire les pensées dans votre tête; vous devez lâcher prise de ces pensées sans jugement ou attachement.
 
On a demandé un jour à Bouddha : « Qu’avez vous gagné avec la méditation? »
 
Il a répondu: « Rien!
 
Par contre, laissez-moi vous dire ce que j’ai perdu:  la colère, l’anxiété, la dépression, l’insécurité, la peur de vieillir et la peur de la mort! »
 
Vous pouvez aussi vous libérer de ces émotions et de ces attachements. Si vous cherchez d’autres conseils, vous pouvez consulter les articles suivants:
 
 
Source:   Une étude démontre que la méditation crée un réseau distinct de gènes (anti-âge) & améliore l’état de santé des cellules : www.collective-evolution.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 14:24
La méditation de pleine conscience aiderait considérablement à baisser le niveau de stress
Ma méditation préférée est le AOM. J’en profite pour envoyer en même temps des pensées de paix, d’amour, d’harmonie, de bonheur, de guérison, d’énergie... autour de moi. Quelle détente ! Et que dire de la méditation sur le vide ! Un délice !
 
 
 
Une étude récente s’est penchée sur les effets de la méditation de pleine conscience sur les niveaux de stress du corps humain en comparaison aux cours de gestion du stress. Les résultats sont probants pour la pratique de la méditation.
 
Une nouvelle étude met en lumière la capacité de la méditation à répondre aux situations stressantes en se penchant sur la façon dont la pratique affecte la physiologie des personnes quand ils sont sous pression. Dans cette dernière, un groupe de personnes atteintes de troubles de l’anxiété a suivi durant huit semaines des cours de méditation de pleine conscience dans lesquels ils ont appris à se concentrer sur le moment présent et à accepter des pensées ou des sentiments difficiles.
 
Les chercheurs ont constaté qu’après ces huit semaines, les participants ont montré des niveaux réduits d’hormones du stress et de marqueurs d’inflammation durant un événement stressant par rapport à la manière dont leur corps réagissait avant ces cours. Fait important, l’étude a également impliqué un groupe de personnes qui ont suivi un cours de gestion du stress n’impliquant pas la méditation. D’après ces travaux publiés dans la revue Psychiatry Researches, ces participants-là n’ont pas montré de réduction des marqueurs du stress par rapport à ceux qui avaient pratiqué la méditation.
 
« La formation à la méditation de pleine conscience est une approche de traitement relativement peu coûteuse et à fable stigmatisation et ces résultats viennent renforcer l’idée qu’elle peut améliorer la résistance au stress », explique le Dr Elizabeth A. Hoge, professeur agrégé de psychiatrie au Centre médical de l’Université de Georgetown (Washington DC), dans un communiqué.
 
Des études antérieures ont déjà montré les bénéfices physiques et psychologiques de la méditation de pleine conscience et certains thérapeutes l’utilisent déjà régulièrement pour traiter des troubles de l’anxiété. Cependant, ces études ont souvent comparé des personnes qui pratiquaient la méditation à d’autres que ne faisaient rien de particulier, ce qui pourrait impliquer des résultats biaisés, les personnes pouvant ressentir une sorte « d’effet placebo ».
 
Cette nouvelle étude a impliqué 89 personnes diagnostiquées de troubles de l’anxiété généralisée (TAG), lesquelles ont été assignées au hasard à suivre soit des cours de méditation de pleine conscience, soit les cours de gestion du stress. Pour évaluer leurs niveaux de stress avant ces cours, ils ont dû subir des événements stressants comme prendre la parole devant des évaluateurs sur un sujet avec peu de préparation ou encore effectuer des tests chronométrés de calcul mental. Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang avant et après l’essai et analysé le sang pour évaluer plusieurs marqueurs biologiques du stress, y compris l’hormone adrénocorticotrope (hormone du stress ACTH) ainsi que les protéines IL-6 et le TNF-alpha qui sont des marqueurs d’inflammation.
 
Après les différents cours, les participants ayant suivi la méditation de pleine conscience ont montré des réductions des niveaux d’ACTH, d’IL-6 et de TNF-alpha quand il leur a été demandé de subir à nouveau les mêmes situations stressantes. En revanche, les participants qui ont suivi le cours de gestion du stress ont montré une augmentation des niveaux de ces marqueurs sur le second test de stress par rapport au premier. Ce résultat suggère que ces participants étaient encore plus anxieux qu’auparavant.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 10:00

De l'importance de la méditation, sous toutes ses formes, pour conserver une bonne santé et pour influencer positivement son environnement immédiat et lointain !

Pour visionner la vidéo:

http://ici.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7238133#

  • LE TÉLÉJOURNAL / COLOMBIE-BRITANNIQUE

    VIDÉO - Les écoliers de 91 écoles primaires de Vancouver ont intégré à leur routine quotidienne une séance de relaxation et des actes de gentillesse

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 16:52

Encore un article intéressant sur les avantages de la méditation !

http://www.espritsciencemetaphysiques.com/meditation-comment-modifie-cerveau.html


Luttez-vous avec un esprit de singe comme moi? Est-ce que votre cerveau est aussi un peu instable, agité, capricieux, lunatique, fantaisiste, inconstant, confus, indécis ou incontrôlable? C’est la définition de «l’esprit de singe » qui m’a été attribuée!

Si vous avez besoin de plus de motivation pour vous consacrer à cette pratique transformative, des recherches en neuroscience ont démontré que la méditation et l’entraînement à la pleine conscience peuvent entraîner des modifications neuroplastiques dans la matière grise de votre cerveau. Un groupe de neuroscientifiques à Harvard se sont intéressés à la méditation axée sur la pleine conscience et ils ont indiqué que les structures du cerveau changeaient après seulement huit semaines de pratique régulière de méditation.

Le docteur généraliste Sara Lazar, auteur principal de cette étude a indiqué dans un communiqué de presse :

« Bien que l’on associe la pratique de la méditation à un sentiment de sérénité et de relaxation physique, les pratiquants ont longtemps prétendu que la méditation offrait également des avantages sur le plan psychologique et cognitif qui durent tout au long de la journée. »

Afin de tester cette idée, les neuroscientifiques ont mis 16 personnes à l’épreuve dans une thérapie basée sur la conscience pour réduire le stress. La promesse du cours était d’améliorer l’attention et le bien-être des participants en réduisant leur niveau de stress. Tout le monde avait reçu des enregistrements sonores contenant 45 minutes d’exercices guidés sur la façon d’intégrer la méditation grâce à la visualisation du corps, au yoga et à la méditation assise.

Ils ont été invités à intégrer ces pratiques dans leur vie quotidienne.

Et pour faciliter l’intégration au quotidien des programmes comme la méditation de l’attention, ils ont également appris à pratiquer informellement la méditation axée sur la pleine conscience dans des activités quotidiennes comme la cuisine, la marche, la vaisselle, la douche et ainsi de suite. En moyenne, les participants du groupe de méditation ont passé 27 minutes par jour à pratiquer une certaine forme de pleine conscience.

Avant et après la méditation

  • Frontal lobe : Le lobe frontal
  • Parietal lobe : Le lobe pariétal
  • Occipital lobe : Le lobe occipital

Les examens d’imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau de chaque participant ont été effectués avant et après le stage de méditation ainsi que sur un autre groupe de personnes qui n’ont pas eu d’entrainement à la pleine conscience. A l’issue de la formation des programmes de méditation, les participants ont eu une amélioration significative ancrée dans l’attention telle que « l’action en conscience» et «la capacité à ne pas juger »

C’était surprenant car l’IRM a révélé que le groupe qui avait fait la thérapie basée sur la pleine conscience avait une augmentation de concentration de matière grise dans l’hippocampe gauche, le cortex cingulaire antérieur, l’articulation temporo-mandibulaire et le cervelet. Les régions du cerveau étaient impliquées dans l’apprentissage, la mémoire, la régulation des émotions, la conscience de soi et la perception des autres!

Britta Hölzel, l’auteur principal de l’étude déclare :

« Il est fascinant de voir la plasticité du cerveau et qu’en pratiquant la méditation nous pouvons jouer un rôle actif dans la modification du cerveau en augmentant potentiellement notre bien-être et notre qualité de vie. »

Sarah Lazar a également noté que : «Cette étude prouve que les changements dans la structure du cerveau peuvent expliquer une partie de ces améliorations évaluées et que ce n’est pas simplement en se détendant que l’on se sent forcément mieux. »

Source image : http://www.squidoo.com/ contemplative-neuroscience
Source : MindBodyGreen

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article