Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 12:09

 

En français

http://www.francesoir.fr/actualite/international/libye-sur-voie-charia-136942.html

L'ONU commence à s'inquiéter de la nouvelle constitution qui devrait avoir pour base la charia islamique.

L'Onu pourrait s'inquiéter de la place laissée aux femmes dans le CNT AP

 

La démarche est touchante. Depuis quelques jours, des femmes de tous âges et de toutes origines sociales, se retrouvent, chaque matin, place Al-Qadissiah, dans le centre de Tripoli. Ensuite, elles se déploient dans la ville, balayant les rues, ramassant les détritus, peignant des fresques sur les murs... « On a commencé notre campagne samedi et on va la mener pendant une semaine », déclare l'une d'elles, Nemaa Aribi, une enseignante voilée de 52 ans. Elle ajoute : « Je viens avec ma famille participer à la révolution. Si j'avais pu prendre une arme, je l'aurais fait mais le balai a pour moi la même poids ». Une autre : « C'est un nouveau départ car nous sentons maintenant que ce pays est le nôtre. Nous voulons montrer au monde que nous sommes un peuple civilisé qui aime la propreté et qui est fier de son pays ». Une étudiante de 19 ans : « Nous devons donner quelque chose à ce pays. Avant la révolution, on n'avait aucun patriotisme mais on ressent maintenant une responsabilité envers notre cité ».

 

Une seule femme au CNT

Cependant, dans le même temps, l'ONU commence à s'inquiéter du peu de place laissée aux femmes dans la nouvelle Libye. Ainsi, elles sont quasiment absentes du Conseil National de Transition (CNT). Sur 13 membres, l'instance de gouvernement des rebelles n'en compte qu'une : Salwa Fawzi al-Degheli, une universitaire de Benghazi. Selon le site internet du CNT, elle est chargée des affaires juridiques. Et « représente aussi les femmes ». Lors de la dernière réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Libye, Ian Martin, conseiller du secrétaire général pour la région a indiqué que, la semaine dernière, à Benghazi, il avait abordé le sujet auprès de ses interlocuteurs du CNT. Quant à la chef de l'ONU-Femmes, Michelle Bachelet, ex-présidente du Chili, du chef de l'ONU, elle a saisi Ban Ki-moon à ce sujet. Autrement dit, les Nations unies insistent auprès du CNT afin que davantage de postés clés soient confiés à des femmes et que la future constitution du pays se montre respectueuse de l'égalité des sexes.

Discours de Tripoli

Réponse de Moustapha Abdeljalil, chef du CNT. C'était dans la nuit de lundi à mardi, à Tripoli, devant 10.000 personnes massés sur la place Verte, devenue place des Martyrs : « Nous devons instaurer un Etat de droit et de prospérité dans lequel la charia est la principale source réglementaire ». Certes, l'ancien ministre de la Justice de Mouammar Kadhafi, qui avait rejoint dès la rébellion dès le mois de février, s'est voulu rassurant : « Nous n'accepterons aucune idéologie extrémiste de droite ou de gauche. Nous sommes un peuple musulman, à l'islam modéré et nous allons rester sur cette voie ». Il n'empêche que, peu de temps auparavant, l'ambassadeur de Norvège aux Nations Unies, Morten Wetland, confiait : « Nous avons reçu des extraits préliminaires de la constitution libyenne. Nous reconnaissons le fait qu'ils sont préliminaires et provisoires, mais ils ne respectent pas les changements modernes en vertu desquels plus de la moitié de la population (les femmes) doit participer à la vie politique ».


In english

Source: 
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2036885/Libya-New-leader-Must... 

  Libya's new 'leader' says Sharia law will be used as basis to guide   country after fall of Gaddafi regime 

By Wil Longbottom 
<http://www.dailymail.co.uk/home/search.html?s=&authornamef=Wil+Longbo...

Last updated at 3:09 PM on 13th September 2011 


Libya's interim leader has said Sharia law will be used as the basis for new legislation as the country removes all traces of the Gaddafi regime. 

Mustafa Abdel Jalil, making his first public speech in Tripoli in front of 10,000 people, warned against reprisals by rebel forces against elements of the Gaddafi regime. 

And he said that 'extremist ideology' would not be tolerated under the new regime. 

The National Transitional Council chairman said: 'We seek a state of law, prosperity and one where sharia is the main source for legislation, and this requires many things and conditions.' 

Pro-Gaddafi fighters yesterday killed 15 guards at an oil refinery in an attempt to disrupt the NTC's bid to revive the oil-based Libyan economy. 

And a Syrian-based television station claimed it had received a new message from the fugitive Libyan leader, who has issued regular battle calls to his followers in the three weeks since Tripoli was overrun. 

It quoted Colonel Gaddafi, who it said was still in Libya, as saying: 'We cannot give up Libya to colonisation one more time... there is nothing more to do except fight till victory.' 

The interim council is struggling to assert its control over the entire country and capture a handful of stubbornly defended pro-Gaddafi towns. 

Human rights group Amnesty International has warned that the security vacuum risks sending Libya spiralling into a bloody cycle of attacks and reprisals. 

Mr Jalil said: 'We need to open the courts to anyone who harmed the Libyan people in any way. 

'The judicial system will decide.' 

Senior NTC officials also see capturing Gaddafi and members of his family who are still on the run as crucial to finally declaring victory in the seven-month war. 

Gaddafi's son Saadi arrived in neighbouring Niger on Sunday after crossing the Sahara desert frontier. 

Yesterday, the U.S. State Department said the government of Niger had confirmed it intended to detain the former footballer. 

But a Nigerien government spokesman said he was only being watched for now. 

'Nothing has changed in the government's position. There is no international search for him. Like the others he is just under surveillance,' the spokesman said, referring to Gaddafi loyalists who have fled to Niger. 

Two other sons and Gaddafi's only daughter have fled to Algeria. One son is reported to have died in the war, and three others are still on the run. 

The NTC has said it will send a delegation to Niger to seek the return of anyone wanted for crimes. 

Niger, like Algeria, has cited humanitarian reasons for accepting fugitives of the former government, but has promised to respect its commitments to the International Criminal Court, which wants to try Gaddafi, son Saif al-Islam and intelligence chief Abdullah al-Senussi for war crimes. 

NTC forces, which seized Tripoli on August 23, said they were meeting fierce resistance on the fourth day of fighting for the Gaddafi-held desert town of Bani Walid, 95 miles southeast of the capital. 

Libya's economy is almost entirely dependent on oil, and restarting production is crucial to restoring the economy. 

Interim Prime Minister Mahmoud Jibril said on Sunday some oil production had resumed, but would not say where or how much. 

 
________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Partager cet article

Repost 0

commentaires