Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 15:26
Images satellite : la Terre vue de l'espace
Voir le diaporama sur la page de l'article
 
Depuis quelques décennies, les satellites nous permettent d'admirer notre planète avec un regard neuf, depuis l'espace. Les images fournies sont souvent d'une grande beauté et admirer la Terre vue du ciel est une expérience dont on ne se lasse pas...
 
L'occasion de découvrir ou redécouvrir des paysages et des sites comme on ne les voit jamais, tels ces mystérieux géoglyphes de Nazca, au Pérou, ou les dunes en étoile du Grand Erg Oriental, au Sahara ; d'observer les forces de la nature à l'œuvre, comme cette éruption volcanique en Alaska ou le terrible ouragan Emily dans le golfe du Mexique ; ou de s'émerveiller devant des formes et des couleurs qui sont autant d'invitations à arpenter mais aussi à protéger notre merveilleuse planète.
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans société
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 15:39
 
 
 
Pour la journaliste d’investigation Marie-Monique Robin, il est urgent de changer de modèle économique : « Actuellement, la croissance économique est fondée sur le PIB. […] Le problème avec cet indicateur de richesse, c’est qu’il tient compte uniquement de ce qui est monétarisé, et non de la qualité de ce qui est monétarisé. » Ainsi, tout événement qui mobilise l’activité humaine – une catastrophe environnementale, par exemple – est susceptible de participer à la croissance du PIB… Une absurdité !
 
Mais partout dans le monde, des communautés se mobilisent et inventent de nouveaux modèles. Un des plus abouti, selon Marie-Monique Robin, est celui du Bonheur National Brut (BNB) mis en place au Bhoutan, un petit pays d’Asie du Sud. Le BNB mesure la richesse autour de quatre piliers créateurs de sens : l’économie durable, la promotion de la culture, le mode de gouvernance et la qualité environnementale. Une utopie réalisée !
 

Partager cet article

Repost 0
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 15:27
Une étude démontre que la méditation crée un réseau distinct de gènes (anti-âge) & améliore l’état de santé des cellules
 
 
La science est en train de rattraper les connaissances énoncées par Patanjali dans ses yogas sutras, les références dans les Védas, et d’autres textes anciens. La méditation est pratiquée depuis environ 5000 ans; ce qui prouve l’impact positif qu’elle peut avoir sur le corps et l’esprit. La science a désormais reconnu que la méditation peut avoir de puissants effets sur la santé humaine, tandis que de plus en plus de recherches exposent ses avantages époustouflants.
 
Certains des méditants les plus expérimentés ont même été désignés comme ayant des facultés « surhumaines », en raison de la façon dont ils ont été affectés par cette pratique (lien ici et ici). Une étude publiée récemment dans le Translational Psychiatry a prouvé à quel point la méditation peut être bénéfique pour la santé humaine, et que la signature moléculaire des méditants s’avère très différente de ceux qui ne pratiquent pas une méditation régulière.
 
Comment la méditation peut améliorer votre santé cellulaire
 
Un groupe de chercheurs américains a réalisé une étude sur des participants lors d’un cours d’informations sur le bien-être de Deepak Chopra proposé pendant une période de 5 jours dans le complexe touristique de Omni La Costa Resort & Spa (Carlsbad, CA, USA). Les chercheurs ont invité des femmes âgées de 30 à 60 ans, qui n’avaient aucune expérience dans ce domaine, à méditer dans le cadre de l’étude, puis les ont divisées en deux groupes:
 
Celles qui participaient en repli ( « les méditantes débutantes »), et celles qui étaient tout simplement présentes dans le complexe touristique ( « les vacancières »). Les chercheurs ont comparé leurs résultats ainsi que ceux des femmes en repli qui étaient dans la même tranche d’âge et qui méditaient de manière régulière ( « méditantes régulières »). La santé des participantes avait fait l’objet d’un examen approfondi avant et après le séjour de cinq jours dans le complexe, et par la suite des évaluations d’entretien ont été menées à terme pendant une période de 10 mois.
 
Une méthode de mesures standardisées psychologiques avait été mise en place afin de déterminer les symptômes de la dépression des participantes et les niveaux perçus de stress, d’attention, et de vitalité. Les participantes ont fait une prise de sang pendant le premier et le cinquième jour de l’étude. Pour plus d’informations sur les détails de la prise de sang, le traitement, les essais de biomarqueurs, et le séquençage ARN des échantillons de sang, cliquez ici .
 
Même si les trois groupes ont connu des améliorations significatives en matière de santé mentale, les méditantes débutantes ont montré une plus grande amélioration en ce qui concerne la dépression, en particulier la période des 10 mois qui a suivie. Ces études ont toutes établi clairement que les effets des vacances à court terme améliorent le bien-être; cependant, il est évident qu’il y a aussi des avantages à long terme sur le fait d’appendre la méditation.
 
Pendant les vacances, les gènes qui doivent généralement faire face au stress, à la cicatrisation des plaies et aux blessures  avaient diminué. Parmi ceux qui avaient fait l’expérience de la régulation à la baisse après le séjour / vacances étaient MME et FOXO3, qui sont tous deux appelés « gènes liés au stress ».
Cette étude est considérée comme la première documentation où l’intervention rapide et adaptée qui diminue le stress peut aussi diminuer sa manifestation.
 
Les chercheurs ont également identifié ce qu’ils appellent l’« effet de la méditation », par laquelle  ils ont trouvé que les méditantes régulières avaient un réseau distinct de gènes avec des fonctions cellulaires qui peuvent être associées à l’anti-vieillissement. Même si les vacances sont souvent favorables à l’expression des réseaux de gènes en matière de bien-être, l’effet des « vacances » ne peut être maintenu tout au long de la vie, parce que vous ne pouvez pas tout le temps partir en vacances. En revanche, « l’effet de la méditation » peut être maintenu si vous pratiquez régulièrement la méditation, et vous pouvez donc récolter en permanence les fruits de vos efforts.
 
Vous pouvez lire l’étude complète ici.
 
De plus en plus d’études prouvent que la méditation peut améliorer le corps et l’esprit
 
Une étude menée par l’Université de Harvard a déterminé que la méditation reconstruit la matière grise du cerveau en seulement huit semaines. Cette incroyable découverte a été faite par la prise d’images de résonance magnétique (IRM) du cerveau de 16 participants deux semaines avant l’étude et après son achèvement.
 
Une autre étude d’Harvard a constaté que la méditation pouvait atténuer les symptômes du syndrome du côlon irritable (IBS) et améliorer la santé de l’intestin. L’étude a montré que, en induisant la « réponse de relaxation », ce qui est le terme scientifique pour la méditation, les participants présentaient un taux réduit des symptômes du SCI et de l’anxiété, favorisant une meilleure survie et une meilleure qualité de vie.
 
Vous pouvez en savoir plus sur ces deux études dans le lien ici, et lisez ici comment la méditation a grandement amélioré l’IBS d’un membre de l’équipe.
Si vous ne connaissez pas la méditation, restez ouvert d’esprit et sachez que c’est une pratique destinée à tout le monde. Il n’y a aucune compétence particulière à avoir, il s’agit tout simplement de l’acte de faire taire l’esprit et de trouver la paix intérieure. Rappelez-vous, que vous devez d’abord faire taire les pensées dans votre tête; vous devez lâcher prise de ces pensées sans jugement ou attachement.
 
On a demandé un jour à Bouddha : « Qu’avez vous gagné avec la méditation? »
 
Il a répondu: « Rien!
 
Par contre, laissez-moi vous dire ce que j’ai perdu:  la colère, l’anxiété, la dépression, l’insécurité, la peur de vieillir et la peur de la mort! »
 
Vous pouvez aussi vous libérer de ces émotions et de ces attachements. Si vous cherchez d’autres conseils, vous pouvez consulter les articles suivants:
 
 
Source:   Une étude démontre que la méditation crée un réseau distinct de gènes (anti-âge) & améliore l’état de santé des cellules : www.collective-evolution.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 14:24
La méditation de pleine conscience aiderait considérablement à baisser le niveau de stress
Ma méditation préférée est le AOM. J’en profite pour envoyer en même temps des pensées de paix, d’amour, d’harmonie, de bonheur, de guérison, d’énergie... autour de moi. Quelle détente ! Et que dire de la méditation sur le vide ! Un délice !
 
 
 
Une étude récente s’est penchée sur les effets de la méditation de pleine conscience sur les niveaux de stress du corps humain en comparaison aux cours de gestion du stress. Les résultats sont probants pour la pratique de la méditation.
 
Une nouvelle étude met en lumière la capacité de la méditation à répondre aux situations stressantes en se penchant sur la façon dont la pratique affecte la physiologie des personnes quand ils sont sous pression. Dans cette dernière, un groupe de personnes atteintes de troubles de l’anxiété a suivi durant huit semaines des cours de méditation de pleine conscience dans lesquels ils ont appris à se concentrer sur le moment présent et à accepter des pensées ou des sentiments difficiles.
 
Les chercheurs ont constaté qu’après ces huit semaines, les participants ont montré des niveaux réduits d’hormones du stress et de marqueurs d’inflammation durant un événement stressant par rapport à la manière dont leur corps réagissait avant ces cours. Fait important, l’étude a également impliqué un groupe de personnes qui ont suivi un cours de gestion du stress n’impliquant pas la méditation. D’après ces travaux publiés dans la revue Psychiatry Researches, ces participants-là n’ont pas montré de réduction des marqueurs du stress par rapport à ceux qui avaient pratiqué la méditation.
 
« La formation à la méditation de pleine conscience est une approche de traitement relativement peu coûteuse et à fable stigmatisation et ces résultats viennent renforcer l’idée qu’elle peut améliorer la résistance au stress », explique le Dr Elizabeth A. Hoge, professeur agrégé de psychiatrie au Centre médical de l’Université de Georgetown (Washington DC), dans un communiqué.
 
Des études antérieures ont déjà montré les bénéfices physiques et psychologiques de la méditation de pleine conscience et certains thérapeutes l’utilisent déjà régulièrement pour traiter des troubles de l’anxiété. Cependant, ces études ont souvent comparé des personnes qui pratiquaient la méditation à d’autres que ne faisaient rien de particulier, ce qui pourrait impliquer des résultats biaisés, les personnes pouvant ressentir une sorte « d’effet placebo ».
 
Cette nouvelle étude a impliqué 89 personnes diagnostiquées de troubles de l’anxiété généralisée (TAG), lesquelles ont été assignées au hasard à suivre soit des cours de méditation de pleine conscience, soit les cours de gestion du stress. Pour évaluer leurs niveaux de stress avant ces cours, ils ont dû subir des événements stressants comme prendre la parole devant des évaluateurs sur un sujet avec peu de préparation ou encore effectuer des tests chronométrés de calcul mental. Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang avant et après l’essai et analysé le sang pour évaluer plusieurs marqueurs biologiques du stress, y compris l’hormone adrénocorticotrope (hormone du stress ACTH) ainsi que les protéines IL-6 et le TNF-alpha qui sont des marqueurs d’inflammation.
 
Après les différents cours, les participants ayant suivi la méditation de pleine conscience ont montré des réductions des niveaux d’ACTH, d’IL-6 et de TNF-alpha quand il leur a été demandé de subir à nouveau les mêmes situations stressantes. En revanche, les participants qui ont suivi le cours de gestion du stress ont montré une augmentation des niveaux de ces marqueurs sur le second test de stress par rapport au premier. Ce résultat suggère que ces participants étaient encore plus anxieux qu’auparavant.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans méditation
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 16:04
Première salade printanière du jardin

Aujourd'hui dimanche 29 janvier 2017 il fait une superbe journée ensoleillée à Montpellier. Une fraîche douceur qui fait penser à une journée de printemps. J'en ai profité pour aller dans mon potager cueillir une première salade. Les amateurs reconnaîtront la mâche et la cressonnette, une salade sauvage qui pousse spontanément.

Partager cet article

Repost 0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:31
Un industriel de l’agroalimentaire dénonce «Vous êtes fous d’avaler ça !»

Il est important de bien choisir ce qui va entrer dans notre corps. Choisir des produits bio par exemple et bien connaitre celui qui les produit. Tout préparer soi-même ! Je sais ça prend du temps mais au moins on sait ce qu’il y a dans notre assiette. Et cela peut nous éviter de tomber malade ou de vieillir trop vite !

http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/34008/mangeais-produits-vendais-interview-ancien-industriel-christophe-brusset-fou-avaler

“Je ne mangeais pas les produits que je vendais”, interview d’un ex-industriel de l’agroalimentaire

Pendant 20 ans, Christophe Brusset a travaillé dans le domaine de l’alimentaire. Scandalisé, il dénonce dans son livre “Vous êtes fous d’avaler ça” les pires pratiques des industries agro-alimentaires. Rencontre.

À 44 ans, cet ingénieur en agronomie connaît tout des pratiques frauduleuses des grandes industries agro-alimentaires. Mentir sur les origines des aliments, réduire leur poids sans modifier le prix, fabriquer des produits bourrés d’additifs et d’arômes a fait parti de son quotidien pendant près de 20 ans. Exaspéré de ne pas commercialiser des produits simples et bons pour le consommateur, Christophe Brusset a décidé de briser les lois du silence.

"L’alimentation ne doit pas être dans les mains des industriels."

Bio à la Une: Pourquoi avoir attendu 20 ans avant de dénoncer les pratiques des industriels ?

Christophe Brusset: Étant père de famille, ma priorité est de nourrir ma famille. Je suis depuis longtemps passionné de cuisine, c’est pour cette raison que je me suis dirigé vers l’alimentaire. Mais au fil des années, j’ai commencé à réfléchir aux pratiques que mon entreprise et moi-même avions mis en place. Je me suis véritablement rendu compte que l’alimentation ne doit pas être dans les mains des industriels.

Bio à la Une: Qu’est ce qui vous a permis de sauter le pas ?

Christophe Brusset:  Après 20 années passées dans les entreprises, mon expérience s’est diversifiée et un cheminement de pensée s’est créé. Je ne voulais pas que mes enfants grandissent dans un monde où la nourriture est uniquement produite par les industries. Je souhaite que la génération future puisse toujours avoir accès à de bons produits.

Pendant un demi-siècle, la nourriture industrielle s’est installée dans le panier du consommateur. Ce dernier avait confiance en ce qu’il achetait. Mais après les scandales sanitaires de ces vingts dernières années, j’ai compris que la société était prête à entendre ce que j’avais à raconter.

"L'homme ne devrait pas manipuler la génétique pour gagner de l’argent."

Bio à la Une: Vous ne dénoncez par seulement des pratiques frauduleuses mais toute l’entreprise de l’agro-alimentaire ?

Christophe Brusset: Oui tout à fait, il ne s’agit pas uniquement de petits fraudes exercées de temps à autre par quelques entreprises. Toutes les industries agro-alimentaires recherchent uniquement à gagner de l’argent au détriment du consommateur. Le domaine dans lequel les membres de l’entreprise travaillent ne les intéressent pas. Alimentaire, automobile ou génétique, le but est avant tout de vendre.

Par ailleurs, l’homme ne devrait pas manipuler la génétique pour gagner de l’argent. Je suis contre les OGM, je souhaite que mes enfants goûtent à des produits issus de la nature et non des laboratoires.

Bio à la Une: Pensez-vous que tous les produits industriels sont à bannir ?

Christophe Brusset: Encore une fois, c’est une question d’argent. Pour faire du profit, l’industriel utilise des ingrédients dont le prix est très bas. Lorsque vous baissez les prix, vous diminuez la qualité. Pendant de nombreuses années, j’ai vendu des sauces au goût fromage sans fromages aux grandes chaînes de fastfood. Pour vendre à moindre coût et tromper le consommateur, Il suffisait d’apporter une infime quantité de camembert à la recette. De cette manière, il pensait consommer un fromage à base de camembert alors qu’il y a avant tout de l’eau, des sous-produits de lait et du sucre. C’est comme ça pour tous les produits industriels.

 

Bio à la Une: Faut-il donc évitez uniquement les produits transformés ?

Christophe Brusset: Les plats préparés comme les soupes déshydratées et les pâtés sont riches en additifs, stabilisants et substances chimiques. S’ils contenaient de vrais bons ingrédients, ils seraient beaucoup plus chers.

Je dirais qu’en règle général, il faut éviter tous les produits de masse qui sont fabriqués à grande échelle et ceux dont la liste des ingrédients est longue et complexe.

"Même à l’époque où j’étais dans le domaine de l’agroalimentaire, je ne mangeais pas les produits que je vendais."

Bio à la Une: Faut-il éviter les supermarchés ?

Christophe Brusset: Je suis quelqu’un comme tout le monde, j’ai une famille à nourrir. Pourtant, avec mon épouse, nous nous sommes tournés vers une consommation plus responsable. Nous devons prendre le temps de cuisiner et de choisir nos produits. Nous allons donc directement chez les producteurs pour leur assurer un revenu correct. Même à l’époque où j’étais dans le domaine de l’agroalimentaire, je ne mangeais pas les produits que je vendais.

Bio à la Une: Peut-on se fier aux produits labélisés bio ?

Christophe Brusset: Les produits que je vendais étaient bourrés de pesticides, nous étions souvent au-dessus des normes autorisées. Donc, à moins de produire soi-même ses aliments, les meilleures sources alimentaires proviennent de l’agriculture biologique. Les labels bio garantissent des produits qui ne contiennent pas de substances chimiques, ni d’OGM.

Il est vrai que le budget n’est pas le même, mais l’alimentation permet de faire correctement fonctionner notre corps, c’est important. Il y a également la dimension écologique qui est à prendre en compte lorsqu’on achète des produits. Consommer de manière responsable permet de limiter la pollution de nos terres.

Bio à la Une: Les grandes marques se mettent massivement à la vente de produits bio. Que pensez-vous de cette industrialisation du bio ? Est-ce tout de même une bonne alternative ?

Christophe Brusset: Je suis heureux de voir le bio se démocratiser. Les produits sont moins chers et plus accessibles aux consommateurs. Évidemment, la raison pour laquelle la grande distribution se met au bio est d’ordre pécunier. Les grandes marques ne militent pas en faveur du bio et de l’écologie mais souhaitent simplement se faire de l’argent. Il y a donc du bon et du mauvais.

Bio à la Une: Consommez-vous bio ?

Christophe Brusset: Évidemment. Cependant, je privilégie d’avantage les petits producteurs. Je soutiens l'agriculture française. Je sélectionne mes produits car pour moi, acheter du soda bio ne respecte pas les valeurs du bio. Je favorise les produits simples que je vais ensuite cuisiner chez moi.

 

http://sain-et-naturel.com/industriel-de-l-agroalimentaire.html
Cadre dans la filière de l’agroalimentaire pendant une vingtaine d’années, Christophe Brusset dénonce les pratiques les plus courantes du secteur dans Vous êtes fous d’avaler ça !.
Vous ne ferez plus jamais vos courses de la même manière!

Thé vert aux pesticides, moutarde de Dijon fabriquée…en Chine avec des graines du Canada, plats cuisinés avec des restes et confitures de fraises sans fraises du miel coupé avec du sucre…

Son livre Vous êtes fous d’avaler ça! qui parait aux éditions Flammarion Document va faire du bruit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans société
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 19:17
Le jeûne peut vous aider à vivre plus longtemps

 

 

Dr. Mercola

Le type et la qualité des aliments que vous consommez n’influencent pas seulement votre poids. L’alimentation a un effet sur votre métabolisme, sur la production d'insuline, sur la libération de leptine et sur une quantité d'autres hormones et d’équilibres chimiques.

Les scientifiques examinent également la façon dont le jeûne affecte la fonction cellulaire et mitochondriale, ainsi que la longévité.

Ils ont découvert que les cellules de votre corps réagissent au jeûne de façon très similaire à la façon dont elles réagissent au sport. En d'autres termes, lorsqu’elles sont soumises à un stress - qu'il soit dû au sport ou au jeûne - la réaction crée des changements au niveau cellulaire, qui aident à prolonger votre espérance de vie.

Pour commencer, le jeûne entraîne votre corps à utiliser les graisses plutôt que le glucose comme principale source de carburant, et brûler les graisses efficacement profite à votre santé au-delà de la perte de poids.

Bien que la recherche porte principalement sur le jeûne ou sur le jeûne intermittent, le nouveau terme parfois employé est le ‘Time Restricted Feeding’ (TRF - temps d'alimentation restreint) qui préconise de limiter la plage horaire dans laquelle nous prenons nos repas, généralement à 6 à 8 heures.

Une combustion efficace des graisses favorise la santé

Les graisses sont un carburant bien plus propre que les glucides et génèrent beaucoup moins de radicaux libres.

Le glucose est par nature un carburant « sale » car il génère bien plus d’espèces réactives de l’oxygène (ERO) que les graisses. Mais pour brûler des graisses, vos cellules doivent être saines et normales. Les cellules cancéreuses, par exemple, ne peuvent pas brûler de graisses et c’est pourquoi un régime riche en bonnes graisses est une stratégie anti-cancer si efficace.

On commence à réaliser aujourd'hui que les troubles mitochondriaux sont à la base de pratiquement toutes les maladies, et l'intervention en nutrition - pas seulement ce que vous mangez, mais également à quelle heure, et à quelle fréquence - est d'une importance capitale.

En résumé, pour favoriser la santé mitochondriale, il faut une alimentation à base de vrais aliments, éviter de manger au moins 3 heures avant de vous coucher, et pratiquer le jeûne intermittent.

Que se passe-t-il lorsque vous jeûnez ?

Le jeûne est un stress biologique aux nombreux et incroyables bienfaits pour la santé, il normalise notamment la sensibilité à l’insuline et à la leptine, favorise la production d’hormone de croissance (hGH), réduit le stress oxydatif et diminue le taux de triglycérides.

Aujourd'hui, une équipe de chercheurs de l’université de Californie du sud pense qu’ils ont découvert un autre bienfait. La régénération des cellules souches.

Au cours des premières 14 à 16 heures de jeûne, votre corps brûle presque toutes les réserves de glucides (le glycogène) de vos muscles et de votre foie. Une fois ces réserves de glycogène vidées, votre organisme se tourne vers les réserves de graisses. Le jeûne intermittent apprend à votre corps à brûler efficacement les graisses comme carburant.

Le jeûne intermittent peut aider à régénérer entièrement votre système immunitaire

Chez un adulte, les cellules souches indifférenciées présentes dans les tissus et les organes sont utilisées par le corps pour se régénérer. Le rôle principal de ces cellules est d’entretenir et de réparer les tissus.

Un autre effet du jeûne est l’autophagie. Lorsque ce processus vital a lieu au niveau des mitochondries, on l’appelle la mitophagie. C’est le processus par lequel votre corps ‘se mange lui-même’ de façon ordonnée, de façon à éliminer ses parties endommagées.

Bien que cela puisse sembler être un processus que l’on aimerait éviter, il est en fait très sain et aide votre corps à « faire le ménage ». D'après le Dr. Colin Champ, oncologue radiothérapeute reconnu du centre médical de l’université de Pittsburgh :

« Voyez cela comme le programme de recyclage naturel de notre corps. L'autophagie fait de nous des machines capables de se débarrasser des pièces défectueuses, de stopper la croissance cancéreuse, et certains troubles métaboliques tels que l’obésité et le diabète. »

La mitophagie se produit au niveau cellulaire, lorsque les membranes se détériorent et que votre corps recycle ce qui est sain et utilise le reste comme sources d’énergie ou pour fabriquer de nouvelles pièces. Ce processus peut également jouer un rôle dans le contrôle de l’inflammation dans votre organisme.

Lorsque des scientifiques ont conçu des rats incapables d'autophagie, ceux-ci se sont révélés plus somnolents et plus gros, avec un taux plus élevé de cholestérol et des cerveaux déficients.

Trois méthodes qui favorisent la mitophagie et la régénération cellulaire

Il existe trois façons d'augmenter la capacité de votre corps à détruire les cellules endommagées et à en fabriquer de nouvelles. La première est l'activité physique, qui fait subir un stress à votre organisme, endommage les muscles et aide votre corps à fabriquer de nouveaux tissus.

Le jeûne intermittent est une façon très efficace de stimuler la mitophagie. Certaines études suggèrent même que le jeûne intermittent peut améliorer la fonction cognitive, la structure du cerveau et faciliter l’apprentissage. Ces études ont été complétées sur des rats et il n'a pas été clairement établi que les avantages provenaient spécifiquement de l’autophagie.

Ceci dit, une autre façon de simuler la mitophagie est d'adopter une alimentation riche en graisses, constituée principalement de graisses saines d’excellente qualité, d’une quantité modérée de protéines de haute qualité et d’un minimum de glucides non fibreux, dans les proportions présentées dans le tableau ci-dessous. L’idée est de réduire vos apports de glucides à un niveau tel que votre corps n'a pas d'autre choix que de brûler des graisses comme carburant.

La recherche montre que ce régime aide le corps à combattre le cancer, à diminuer les risques de diabète, à combattre certains troubles du cerveau et peut réduire les crises d’épilepsie d'au moins 50% pour la moitié des enfants qui le suivent.

Souvenez-vous qu’il est tout aussi important de contrôler vos apports de protéines que de réduire les glucides d’origine non végétale. Si vous mangez plus de protéines que ce dont votre corps a besoin, vous empêcherez l'activation des voies associées aux cellules souches et la régénération du système immunitaire. Cela inclut les voies de signalisation mTOR, PKA et IGF.

Planifier vos repas correctement peut réduire les dommages des radicaux libres

Il existe des preuves irréfutables qui indiquent que lorsque l'on fournit du carburant aux cellules alors qu’elles n’en ont pas besoin, les cellules perdent des électrons qui réagissent avec l’oxygène, produisant des radicaux libres. Les radicaux libres provoquent des dommages à vos cellules et à votre ADN, et sont associés à un risque accru de contracter des maladies.

La meilleure façon de réduire les dommages des radicaux libres n’est pas de prendre des antioxydants mais de veiller à brûler un carburant propre comme les graisses, plutôt que des glucides. Toutefois, lorsque votre apport calorique est plus important que nécessaire, et en particulier lorsqu’il intervient à un moment où vos besoins en énergie sont faibles, comme lorsque vous dormez, la production de radicaux libres s’en trouve augmentée.

Des études ont démontré le lien entre les radicaux libres et les dommages à l’ADN mitochondrial, qui provoquent des dommages nucléaires pouvant eux-mêmes entraîner un cancer. Au cours d'une étude française, les chercheurs ont démontré que le jeûne intermittent, imposé à des souris atteintes de lymphomes, réduit la quantité de radicaux libres, augmente leur espérance de vie et réduit le taux de mortalité.

C’est également pour cette raison que je conseille de ne pas manger au moins au cours des 3 heures qui précèdent le coucher. C’est pendant votre sommeil que votre corps utilise le moins de calories, vous n'avez donc vraiment pas besoin d'un excès de carburant pendant cette période, car cela génèrerait un excès de radicaux libres qui peuvent endommager les tissus, accélérer le vieillissement et contribuer à des maladies chroniques.

J'arrête personnellement de manger vers 16h ou 17h, mais cela varie en fonction de mon taux de glycémie. Mon objectif est d'avoir une glycémie à jeun inférieure à 60, et en tous cas inférieure à 70. 
Je réprouve personnellement tout à fait les jeûnes de plus de 18 heures car cela pousse en général à brûler de la masse musculaire comme carburant. C’est pourquoi je recommande de jeûner 16 à 18 heures par jour et de consommer toutes vos calories au cours des six à huit heures restantes.

Cela réduit la dépendance quotidienne de votre corps aux glucides et au glycogène. La recherche a démontré une diminution du risque de cancer et une meilleure gestion du poids chez l’homme comme chez l’animal.

Comment supporter le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent est sain pour la plupart des gens. Toutefois, si vous souffrez de diabète, d’hypoglycémie, de fatigue chronique ou d’un dérèglement de votre taux de cortisol, vous devez prendre des précautions spécifiques et travailler avec votre médecin et votre diététicien pour préserver un bon équilibre entre nutrition et jeûne. Les femmes enceinte ou qui allaitent ne doivent pas pratiquer le jeûne car leur bébé a besoin d’être alimenté pour grandir et se développer correctement.

Ajouter ce type de jeûne à votre programme de santé peut représenter un défi mais les récompenses sont à la hauteur. Commencez par établir un programme de jeûne que vous pensez pouvoir tenir. Ne vous découragez pas si vous mangez plus que ce que vous aviez prévu les jours de jeûne. Buvez de l’eau et du thé en quantité dans la journée, pour vous aider à vous sentir rassasié.

Faites-vous aider par des proches. En commençant un programme avec une autre personne, en particulier si elle habite sous le même toit, vous aurez un partenaire à qui rendre des comptes et avec qui partager des astuces. Lorsqu’on sait que quelqu'un d'autre compte sur nous pour l'accompagner dans l’aventure, on est moins enclin à manger plus que ce que l’on avait prévu.

En conclusion, le jeûne intermittent améliore le fonctionnement de votre système immunitaire et de vos mitochondries, réduit le processus inflammatoire et la quantité de radicaux libres dans votre corps. Il aide également à ralentir le processus de vieillissement de façon radicale, en particulier si vous consommez des macronutriments.

En d'autres termes, vous priver de nourriture de temps à autres ne vous tuera pas - bien au contraire, cela pourrait être l’une des clés pour vivre plus longtemps et en bonne santé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans alimentation vivante
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 09:15
Haute-Garonne : retrouvé à 900 km de chez lui, Loupic le chat rentre en covoiturage
Le covoiturage c’est super ! et pas que pour les humains !
 
 

Ce chat, qui avait été adopté par une habitante de Muret, avait disparu il y a un an et demi. Loupic, de son nom, est réapparu en décembre dernier à Arras grâce au... covoiturage.  

"Il faut absolument faire tatouer ou pucer vos animaux de compagnie, explique Monique Lozes, présidente de l'association du Chat libre Toulouse Mirail, et cette histoire en est la preuve !" Au printemps 2015, l'association recueille Loupic, un chaton qui trainait dans Muret, il est alors tatoué et vacciné avant d'être adopté par une muretaine à l'occasion d'une exposition dans un magasin animalier de Portet. Mais le 14 juillet 2015, probablement effrayé par les pétards et les feux d'artifice, le chat prend la poudre d'escampette. Les jours passent mais Loupic ne revient pas. Sa propriétaire, affolée, prévient l'association, et engage toutes les démarches nécessaires pour le retrouver. En vain.

 
 

La propriétaire manque de s'évanouir

"En décembre 2016, l'association reçoit un appel téléphonique de la SPA d'Arras dans le Pas-de-Calais. Ils nous préviennent que Loupic traîne sur leur parking où ils le nourrissent depuis un mois. Nous alertons aussitôt sa propriétaire qui a failli s'évanouir en apprenant la nouvelle", raconte Monique Lozes. La propriétaire n'est cependant pas au bout de ses surprises. Le retour de Loupic soulève effectivement un problème : la SPA demande qu'on vienne le chercher dans le Pas-de-Calais.

Comment l'animal a-t-il pu parcourir autant de kilomètres ?

"Nous nous sommes creusés la tête durant deux semaines pour aider la maîtresse à trouver une solution. Enfin, elle a fini par trouver un monsieur sur Internet qui, venant de Tourcoing en direction de Toulouse, a accepté de faire un détour à Arras pour récupérer le chat", poursuit Monique Lozes. Le 23 décembre, Loupic a donc pu retrouver sa maison muretaine. On n'a jamais su comment l'animal avait pu parcourir autant de kilomètres, et on ne le saura probablement jamais... Heureusement, grâce à son tatouage, l'histoire finit comme un cadeau de Noël.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans animaux - animals
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 08:12
L’homme qui voulait abolir le droit à la fortune, ce grand tabou contemporain

En fait c'est 0,00001 % des habitants de la planète Terre qui détiennent les richesses ! Inadmissible !

Docteur en science économique, Philippe Richard sort un livre courageusement intitulé « Abolir le droit à la fortune » dans un contexte où l’écart entre riches et pauvres est de plus en plus important. Dans cet ouvrage rare en son genre, l’expert en sciences sociales interroge les inégalités de richesses grandissantes entre une poignée de super-puissants et le reste de l’humanité. Les différentes crises que nous connaissons actuellement pourraient-elles être résolues en mettant fin aux immenses fortunes individuelles ? C’est en tout cas une piste qu’il est urgent de considérer. Rencontre avec Philippe Richard, l’homme qui veut faire les poches au 1%…
 
Abolir le droit à la fortune pour une société plus égalitaire
 
L’idée soutenue par Philippe Richard, docteur en économie et expert en socio-économie auprès du Syndex depuis plus de quinze ans, est assez simple et empreinte de bon sens : supprimer le droit à la fortune individuelle. À vrai dire, il ne s’agirait pas tant de supprimer simplement et purement le droit à la fortune, que de limiter les fortunes individuelles par l’institution d’un certain plafond. L’économiste présente son idée ainsi : « Les modalités du plafonnement du patrimoine individuel s’inspirent de l’impôt sur la fortune comme l’ISF, mais à un taux de 100 % à partir d’une valeur acquise : une valeur cumulée des actifs, entre portefeuilles financier et immobilier et parts d’entreprise, nette de dettes. » Les bénéfices réalisés au-delà du dit-plafond serviraient alors à venir renflouer les caisses de l’état dans une démarche de redistribution de la richesse entre les différents citoyens d’un pays.
 
Car, dans la tête de l’économiste, il s’agirait bien d’une mesure qui viendrait directement toucher les ressortissants d’un même état, sur la base unique de leur nationalité. Impossible, donc, de fuir son devoir envers le Trésor Public en changeant de lieu de résidence comme c’est actuellement le cas. « En prenant l’exemple d’un plafond individuel à 100 fois le salaire médian (2,1 M€), les actifs concernés s’élèveraient à 1 750 milliards d’euros pour la France, affectant seulement 1 % des citoyens, les plus riches », explique Philippe Richard. Concernant la mise en place de cette « abolition », l’économiste préconise une prise de décision par référendum, qui s’accompagnerait d’un changement dans la Constitution. Il serait, selon son plan, toujours possible de devenir riche, mais pas extrêmement fortuné au-delà de toute raison.
 
Une telle mesure serait donc véritablement révolutionnaire, en cela qu’elle permettrait d’établir les bases d’une nouvelle organisation de la société, où les citoyens récupèreraient un temps leur place au centre du processus décisionnel. Mais elle permettrait également à l’État de s’inscrire en faux face à cette course effrénée à l’argent qui marque l’époque et les mentalités, afin de remettre la solidarité et l’effort commun de construction sur le devant de la scène. Une nécessité qui se fait sentir un peu plus chaque jour, alors que les inégalités s’accroissent proportionnellement au sein de nos états, et que l’on sait que la plus grande fortune de France, détenue par Liliane Bettencourt, équivaut à 1,8 million d’années de SMIC.
 
 
Une solution aux différentes crises actuelles ?
 
Pour Philippe Richard, dont la tribune sur l’Obs a été lue plus de 100 000 fois, il s’agit également de mettre fin à un système oligarchique qui profite aux « mieux lotis » et aux « plus puissants ». Il s’agit aussi de débloquer une situation statique nouvelle où les « richesses des nantis ne ruissellent plus au sein des nations dites ‘avancées’ », c’est-à-dire une situation dans laquelle les différents ascenseurs sociaux sont complètement bloqués. En voyant dans l’abolition du droit à la fortune la fin d’un régime où la cupidité et la compétition règnent en maîtres et où l’argent est le signe de toutes les réussites, l’économiste espère aussi le rétablissement d’équilibres tant sociaux et économiques, qu’environnementaux.
 
Pour cela, Philippe Richard préconise que les actifs au-delà du plafond soient transférés à une « agence publique autonome en charge de définir un plan quinquennal de relance économique et de transition écologique ». Avec ces fonds ainsi récupérés, il est possible de penser qu’échappant à la pure logique du marché mondialisé, les actifs pourraient participer à la définition d’un nouveau paradigme économique et sociétal en phase avec les révolutions industrielle et écologique à venir. À l’heure où certains avancent que le revenu universel est une « fausse bonne idée » car impossible à financer, on peut également penser qu’une meilleure politique de répartition des richesses pourrait apparaître comme la solution toute trouvée à ce problème de financement.
 
L’auteur, lucide, a cependant conscience que ce combat pour l’abolition du droit à la fortune ne se fera pas sans peine, les géants de ce monde étant certainement peu enthousiastes à l’idée de renoncer à leur statut extraordinaire du jour au lendemain, sans parler du secteur du luxe qui gravite autour d’eux. « L’objectif est avant tout de nous faire réfléchir sur ce droit à la fortune et sa légitimité dans un monde qui a fortement évolué depuis trente ans, où le bénéfice d’un tel droit semble bien mince face à son coût pour les nations », indique-t-il dans son résumé personnel de l’ouvrage. Une question d’autant plus cruciale dans un contexte où la croissance semble impossible à maintenir sur le long terme : la gâteau des richesses étant à partager entre tous. L’ouvrage « Abolir le droit à la fortune » (aux éditions Couleur livres) ouvre la voie sur le long chemin qu’il reste à parcourir dans la déconstruction de notre rapport à l’argent et à sa concentration.
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans société
commenter cet article
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 07:52
Un rêve très sympa

Cette nuit j’ai fait un rêve très sympa. Comme il était en fin de cycle nocturne je m’en suis rappelé avec presque tous les détails.


Je me promenais avec une personne que je ne connaissais pas dans une sorte de forêt plutôt lugubre. A un moment donné cette personne me dit : “on devrait partir, il n’y a pas d’amour ici”
Et une voix lui répond (moi ?? ou quelqu’un d’autre ??) : “Eh bien ! à nous d’en apporter ! Donnons de l’amour ici”. Et je me suis réveillée.

C’est la solution : là où il n’y a pas d’amour, apportons de l’amour”

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise
commenter cet article