Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 20:35

Une 50ème patiente de Clitoraid bénéficie d'une opération changeant sa vie

septembre 04 2013, Categorie: Communiqués de presse
 
« C'est une victoire pour l'humanité », déclare ce matin la porte-parole de Clitoraid, Nadine Gary, en faisant référence à la 50ème chirurgie reconstructive du clitoris effectuée par le Dr. Marci Bowers, au sein de sa clinique à San Francisco. Celle-ci s'est déroulée il y a deux semaines et vise à inverser les effets de l'excision (qualifiée de mutilation génitale féminine, ou MGF, par l'Organisation mondiale de la santé).

Clitoraid, organisation humanitaire fonctionnant grâce au bénévolat dont le siège social est situé aux États-Unis, a été créé en 2006 à l'initiative de Raël, fondateur et leader du Mouvement Raëlien International. Le Dr. Bowers, qui offre ses services bénévolement, en est la chirurgienne en chef.

« Nous souhaitons que les victimes de MGF sachent, dans le monde entier, qu'une solution chirurgicale existe pour annihiler cette pratique barbare qui amputant une grande partie de leur vie », ajoute Mme Gary. « Grâce au travail bénévole de nos médecins et du personnel de soutien, Clitoraid reçoit des dons qui sont à 100% dédiés à couvrir les coûts techniques des opérations ».

« Habi Ouarme était la 50ème femme à retrouver son intégrité physique grâce aux mains expertes de la chirurgienne en chef de Clitoraid », poursuit Nadine Gary. « Elle vit actuellement au Canada, mais comme beaucoup de femmes africaines, elle a été excisée durant sa petite enfance, bien avant de déménager en Amérique. Elle nous a confié à quelle point elle est heureuse et excitée de bénéficier de cette chirurgie qui lui permettra d'être une femme à part entière pouvant enfin connaître l'orgasme, pour la première fois de sa vie ».

Les patientes prises en charge par Clitoraid reçoivent également des soins préopératoires et postopératoires.

« Nos patientes sont accompagnées par des psychologues qui leur apportent un soutien spécialisé afin qu'elles vivent la transition vers ce grand changement de vie le plus harmonieusement possible », explique Mme Gary.

Elle souligne que le Dr. Bowers a été formée directement par un chirurgien français, le Dr. Pierre Foldès. « Il a développé cette technique de réparation chirurgicale extraordinaire », précise Mme Gary. « Toutes les patientes opérées par le Dr. Bowers ont affirmé, après la procédure, avoir pris la bonne décision en subissant l'intervention et être satisfaites des résultats. Ayant retrouvé leur dignité et leur intégrité en tant que femme, elles peuvent désormais mener une vie normale ».

« L'arrivée de nouveaux médecins bénévoles permettra à davantage de victimes des MGF de bénéficier de la chirurgie », poursuit Nadine Gary.

« Depuis sa formation sous la direction du Dr. Foldès, le Dr. Bowers a commencé à former d'autres chirurgiens qui prendront part au projet Clitoraid », explique Mme Gary. « Elle est très enthousiaste de faire partie de l'équipe qui ouvrira officiellement ce que nous appelons notre "Hôpital du Plaisir", en mars 2014, au Burkina Faso. Nous lui avons donné ce nom parce qu'il s'agit d'un centre de santé spécialisé dans la restauration des clitoris de femmes africaines excisées ».

Réparer chirurgicalement les dommages causés par les MGF n'est qu'une partie de la mission de Clitoraid.

« Nous devons également faire tout notre possible pour mettre définitivement fin aux mutilations génitales féminines partout dans le monde », ajoute Mme Gary. « Cette 50ème patiente, Habi, est entrée dans la salle d'opération pour annihiler un acte horrible commis au nom d'une tradition qui perdure par ignorance. Selon l'Organisation mondiale de la santé, 135 millions de femmes vivant aujourd'hui ont subi les effets de cette coutume horrible qui est encore pratiquée quotidiennement ».

Elle souligne que la réparation chirurgicale des ravages des MGF, chez celles qui sont déjà mutilées, joue un rôle important pour décourager la pratique en permanence.

« Pourquoi endommager quelque chose qui peut ensuite être réparée ? », demande-t-elle. « Il n'y a plus de raison de le faire ».

Partager cet article

Repost 0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 20:40

Vous ais-je parlé du mûrier qui donne des mûres soit noires, soit blanches. Autrefois, on nourrissait les vers à soie avec leurs feuilles. Les fruits sont succulents. Pendant le mois de juillet, j'ai déniché un de ces arbres dans mon village, proche de Montpellier et je me suis régalée plusieurs fois de ses fruits généreux en nutriments.

Le mûrier noir
Le mûrier noir
Le mûrier noir
Le mûrier noir

Partager cet article

Repost 0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 16:51

Je flashe sur cette maison et ses vitraux ! Et vous ?

Une maison originale

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise
commenter cet article
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 10:26

http://www.rtflash.fr/activateur-telomerases-augmente-duree-vie/article

 
 
Un activateur de télomérases augmente la durée de vie !
 
Une recherche révolutionnaire vantant les bénéfices de l'activation de la télomérase a été publiée dans la revue Aging Cell, la publication de référence en gériatrie et gérontologie. L'étude, intitulée « L'activateur de télomérase TA-65 (http://www.tasciences.com) rallonge les télomères trop courts et augmente la durée de vie des souris adultes/âgées sans accroître l'incidence de cancer » décrit le mécanisme d'action du TA-65 et la réponse de l'organisme.
 
Plusieurs articles ont été publiés l'année dernière, qui démontraient que l'activation de la télomérase avait une véritable incidence sur la durée de vie sans que l'on dénote la moindre augmentation de la tumorigénèse ou d'autres effets secondaire négatifs. Publié dans le numéro de septembre 2010 de la revue Rejuvenation Research, un article évalué par les pairs intitulé « A Natural Product Telomerase Activator as Part of a Health Maintenance Program » (Un produit naturel activateur de télomérase comme élément d'un programme de santé) démontrait que le TA-65 activait transitoirement la télomérase, rallongeait les télomères trop courts, et réparait et restaurait le système immunitaire vieillissant chez l'humain.
 
En novembre 2010, la publication par la Harvard Medical School d'un article exceptionnel expliquant que l'on était parvenu à inverser la sénescence de mammifères pour la toute première fois avait fait sensation. Il y était démontré que l'activation de la télomérase (TA) entraînait le rajeunissement de cellules du cerveau, de la rate et des organes de reproduction. L'âge biologique de souris âgées de 80 ans à échelle humaine avait ainsi été ramené à celui de jeunes adultes. Dans une étude plus récente, les chercheurs d'Harvard avaient annoncé qu'ils pensaient que le raccourcissement des télomères était à l'origine du vieillissement. Ils y décrivaient la façon dont des télomères raccourcis entraînaient l'activation de la protéine P53 conduisant à une dégradation des mitochondries, signe d'un vieillissement des cellules.
 
Dans cette étude, Maria Blasco, directrice du centre espagnol de recherche sur le cancer, a démontré avec ses collègues que le TA-65, une molécule naturelle dérivée de l'astragale, activait l'enzyme de télomérase, rallongeait les télomères trop courts, réparait les cellules de différents systèmes d'organes et accroissait la durée de vie. Aucune de ces manifestations n'a été signalée dans le groupe de contrôle. Il est affirmé dans l'étude de Blasco qu'« un apport de TA-65 dans l'alimentation d'une souris femelle entraîne une amélioration de certains indicateurs de durée de vie, notamment une meilleure tolérance au glucose, à l'ostéoporose et un rajeunissement de la peau sans accroître l'incidence globale de cancer de façon significative ».
 

Selon Noel Thomas Patton, fondateur de TA Sciences, « Cette étude prouve l'efficacité et la légitimité du TA-65. Pour la première fois dans l'histoire de la médecine, nous détenons quelque chose qui a le potentiel de réduire efficacement, voire d'éliminer les effets invalidants du vieillissement et la dégradation causée par une télomérase insuffisante et des télomères trop courts ».

  

Un activateur de télomérases augmente la durée de vie !
http://www.rtflash.fr/activateur-telomerases-augmente-duree-vie/article
 
Mercredi, 27/04/2011 - 14:38
 
Un activateur de télomérases augmente la durée de vie !
 
Une recherche révolutionnaire vantant les bénéfices de l'activation de la télomérase a été publiée dans la revue Aging Cell, la publication de référence en gériatrie et gérontologie. L'étude, intitulée « L'activateur de télomérase TA-65 (http://www.tasciences.com) rallonge les télomères trop courts et augmente la durée de vie des souris adultes/âgées sans accroître l'incidence de cancer » décrit le mécanisme d'action du TA-65 et la réponse de l'organisme.
 
Plusieurs articles ont été publiés l'année dernière, qui démontraient que l'activation de la télomérase avait une véritable incidence sur la durée de vie sans que l'on dénote la moindre augmentation de la tumorigénèse ou d'autres effets secondaire négatifs. Publié dans le numéro de septembre 2010 de la revue Rejuvenation Research, un article évalué par les pairs intitulé « A Natural Product Telomerase Activator as Part of a Health Maintenance Program » (Un produit naturel activateur de télomérase comme élément d'un programme de santé) démontrait que le TA-65 activait transitoirement la télomérase, rallongeait les télomères trop courts, et réparait et restaurait le système immunitaire vieillissant chez l'humain.
 
En novembre 2010, la publication par la Harvard Medical School d'un article exceptionnel expliquant que l'on était parvenu à inverser la sénescence de mammifères pour la toute première fois avait fait sensation. Il y était démontré que l'activation de la télomérase (TA) entraînait le rajeunissement de cellules du cerveau, de la rate et des organes de reproduction. L'âge biologique de souris âgées de 80 ans à échelle humaine avait ainsi été ramené à celui de jeunes adultes. Dans une étude plus récente, les chercheurs d'Harvard avaient annoncé qu'ils pensaient que le raccourcissement des télomères était à l'origine du vieillissement. Ils y décrivaient la façon dont des télomères raccourcis entraînaient l'activation de la protéine P53 conduisant à une dégradation des mitochondries, signe d'un vieillissement des cellules.
 
Dans cette étude, Maria Blasco, directrice du centre espagnol de recherche sur le cancer, a démontré avec ses collègues que le TA-65, une molécule naturelle dérivée de l'astragale, activait l'enzyme de télomérase, rallongeait les télomères trop courts, réparait les cellules de différents systèmes d'organes et accroissait la durée de vie. Aucune de ces manifestations n'a été signalée dans le groupe de contrôle. Il est affirmé dans l'étude de Blasco qu'« un apport de TA-65 dans l'alimentation d'une souris femelle entraîne une amélioration de certains indicateurs de durée de vie, notamment une meilleure tolérance au glucose, à l'ostéoporose et un rajeunissement de la peau sans accroître l'incidence globale de cancer de façon significative ».
 
Selon Noel Thomas Patton, fondateur de TA Sciences, « Cette étude prouve l'efficacité et la légitimité du TA-65. Pour la première fois dans l'histoire de la médecine, nous détenons quelque chose qui a le potentiel de réduire efficacement, voire d'éliminer les effets invalidants du vieillissement et la dégradation causée par une télomérase insuffisante et des télomères trop courts ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans technologies du futur
commenter cet article
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 17:31

Et vous ? Ca vous tente ?  Moi, à 100 %

http://paradism.org Prêt pour une société nouvelle ? Le Paradisme offre des solutions afin de créer un monde sans travail, sans argent, sans pollution, sans armées, sans maladies et sans gouvernement.
Vivons heureux et libre, sans travail

http://www.youtube.com/watch?v=ws-Rpg7PA1s&feature=em-uploademail

.

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans Vive le paradisme
commenter cet article
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 14:24
A cause du vaccin contre l'Hépatite B, j'ai eu une paralysie faciale pendant un an. D'autres personnes ont eu moins de chance et certaines d'entre elles sont mortes. Plus jamais ça !
 
 
COMMUNIQUE :
Décisions courageuses du tribunal des affaires de sécurité sociale de Quimper, et de la Cour d’appel de RENNES : Malgré 4 rapports d’experts contraires, La Cour d’appel de RENNES le 20 février 2013, confirmant un jugement du tribunal de Quimper, reconnait le lien de causalité entre le vaccin contre l’hépatite B et les troubles neurologiques dont est atteinte une infirmière.
 
11 jours après la 1ère injection du vaccin contre l’hépatite B, Mireille L…., infirmière, qui n’avait encore jamais connu de problèmes de santé, ressent des douleurs et des brulures, ainsi qu’une grande fatigue, douleurs qui vont s’intensifier à l’occasion de chaque rappel, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus du tout travailler. Personne n’ose penser à ce moment là que ces symptômes pourraient être dus au vaccin. Ce n’est que 12 ans après la 1ère injection, et 5 ans après le dernier rappel qu’un neurologue, pour la 1ère fois, émet l’hypothèse d’une conséquence du vaccin.
 
Un certificat médical initial d’accident du travail est alors établi, et contesté à la fois par l’employeur et la C.P.A.M. qui refuse la prise en charge. Mireille, indiquant être atteinte de sclérose en plaques, saisit la Justice, car un 1er expert ne reconnait pas le lien de causalité entre la vaccination et la maladie. Mireille accuse les sels d’aluminium utilisés comme adjuvants dans les vaccins.
 
Le Tribunal des affaires de sécurité sociale de QUIMPER, après avoir ordonné une expertise, puis un complément d’expertise, note des contradictions entre le 1er et le 2ème rapport, et par un jugement du 8 janvier 2009, longuement motivé, dit que la pathologie de Mireille a le caractère d’un accident du travail. L’employeur et la C.P.A.M. font appel.
Par une 1ère décision, la Cour d’appel de RENNES ordonne une nouvelle expertise. Le nouvel expert ne reconnait pas non plus le lien de causalité entre vaccin et maladie, indiquant que ce lien n’est pas prouvé compte tenu « des connaissances scientifiques actuelles ».
 
A l’audience, Me JOSEPH, Avocat de Mireille, fait observer qu’en cette matière les experts semblent être dans une religion, croyant plus les écrits des autres que leurs propres observations (tout en rejetant les ouvrages qui sont contraires à une sorte de pensée unique ).Le fait que cette dame soit tombée malade juste après le vaccin, serait donc une coïncidence, et tant pis si personne ne donne une autre cause possible à l’apparition de cette maladie. Car l’expert ne donne aucune autre cause possible.
 
La Cour note que Mireille souhaite que l’expert s’explique sur les raisons pour lesquelles il n’a pas fait mention dans son rapport, d’une cinquantaine d’ouvrages dénonçant les graves effets secondaires des vaccinations, et dont elle lui a fourni la liste, et semble ignorer les conclusions du 8ème congrès international sur l’auto-immunité qui s’est tenu à Grenade en mai 2012, dénonçant le rôle causal possible des adjuvants.
 
Par arrêt du 20 février 2013, la 9° chambre Sécurité Sociale de la Cour d’appel de RENNES, dit que la présomption d’imputabilité de la maladie au travail n’est pas détruite, l’expert « …n’excluant pas lui-même totalement l’existence d’un lien de cause à effet entre la vaccination et l’apparition de la pathologie, dès lors qu’il fonde expressément ses conclusions sur l’état actuel des connaissances médicales… ». La Cour, laissant entendre ainsi que les connaissances médicales ne sont pas illimitées, confirme donc le jugement du T.A.S.S. de QUIMPER.
 
 J.P. JOSEPH,
Avocat au Barreau de GRENOBLE,
auteur, notamment, de :« vaccins, on nous aurait menti ? : l’avis d’un avocat » (Testez Editions)     04 76 50 37 00      J.P. JOSEPH rappelle qu’en déposant la 1ère plainte en oct. 2009 à l’encontre des acteurs de la campagne de vaccination contre la grippe H1N1, il avait annoncé les dégâts que ferait le squalène, adjuvant contenu par ce vaccin. L’Histoire lui a malheureusement donné raison. 
Vaccin contre l’Hépatite B : La Cour d’appel de RENNES  reconnait un lien de causalité
 
 
COMMUNIQUE :
Décisions courageuses du tribunal des affaires de sécurité sociale de Quimper, et de la Cour d’appel de RENNES : Malgré 4 rapports d’experts contraires, La Cour d’appel de RENNES le 20 février 2013, confirmant un jugement du tribunal de Quimper, reconnait le lien de causalité entre le vaccin contre l’hépatite B et les troubles neurologiques dont est atteinte une infirmière.
 
11 jours après la 1ère injection du vaccin contre l’hépatite B, Mireille L…., infirmière, qui n’avait encore jamais connu de problèmes de santé, ressent des douleurs et des brulures, ainsi qu’une grande fatigue, douleurs qui vont s’intensifier à l’occasion de chaque rappel, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus du tout travailler. Personne n’ose penser à ce moment là que ces symptômes pourraient être dus au vaccin. Ce n’est que 12 ans après la 1ère injection, et 5 ans après le dernier rappel qu’un neurologue, pour la 1ère fois, émet l’hypothèse d’une conséquence du vaccin.
 
Un certificat médical initial d’accident du travail est alors établi, et contesté à la fois par l’employeur et la C.P.A.M. qui refuse la prise en charge. Mireille, indiquant être atteinte de sclérose en plaques, saisit la Justice, car un 1er expert ne reconnait pas le lien de causalité entre la vaccination et la maladie. Mireille accuse les sels d’aluminium utilisés comme adjuvants dans les vaccins.
 
Le Tribunal des affaires de sécurité sociale de QUIMPER, après avoir ordonné une expertise, puis un complément d’expertise, note des contradictions entre le 1er et le 2ème rapport, et par un jugement du 8 janvier 2009, longuement motivé, dit que la pathologie de Mireille a le caractère d’un accident du travail. L’employeur et la C.P.A.M. font appel.
Par une 1ère décision, la Cour d’appel de RENNES ordonne une nouvelle expertise. Le nouvel expert ne reconnait pas non plus le lien de causalité entre vaccin et maladie, indiquant que ce lien n’est pas prouvé compte tenu « des connaissances scientifiques actuelles ».
 
A l’audience, Me JOSEPH, Avocat de Mireille, fait observer qu’en cette matière les experts semblent être dans une religion, croyant plus les écrits des autres que leurs propres observations (tout en rejetant les ouvrages qui sont contraires à une sorte de pensée unique ).Le fait que cette dame soit tombée malade juste après le vaccin, serait donc une coïncidence, et tant pis si personne ne donne une autre cause possible à l’apparition de cette maladie. Car l’expert ne donne aucune autre cause possible.
 
La Cour note que Mireille souhaite que l’expert s’explique sur les raisons pour lesquelles il n’a pas fait mention dans son rapport, d’une cinquantaine d’ouvrages dénonçant les graves effets secondaires des vaccinations, et dont elle lui a fourni la liste, et semble ignorer les conclusions du 8ème congrès international sur l’auto-immunité qui s’est tenu à Grenade en mai 2012, dénonçant le rôle causal possible des adjuvants.
 
Par arrêt du 20 février 2013, la 9° chambre Sécurité Sociale de la Cour d’appel de RENNES, dit que la présomption d’imputabilité de la maladie au travail n’est pas détruite, l’expert « …n’excluant pas lui-même totalement l’existence d’un lien de cause à effet entre la vaccination et l’apparition de la pathologie, dès lors qu’il fonde expressément ses conclusions sur l’état actuel des connaissances médicales… ». La Cour, laissant entendre ainsi que les connaissances médicales ne sont pas illimitées, confirme donc le jugement du T.A.S.S. de QUIMPER.
 
 J.P. JOSEPH,
Avocat au Barreau de GRENOBLE,
auteur, notamment, de :« vaccins, on nous aurait menti ? : l’avis d’un avocat » (Testez Editions)
 04 76 50 37 00  J.P. JOSEPH rappelle qu’en déposant la 1ère plainte en oct. 2009 à l’encontre des acteurs de la campagne de vaccination contre la grippe H1N1, il avait annoncé les dégâts que ferait le squalène, adjuvant contenu par ce vaccin. L’Histoire lui a malheureusement donné raison.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans médecine
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 14:56
Arbre à soie ou mimosa de Constantinople : Quel beau surnom pour cet arbre majestueux dont les fleurs roses au parfum suave et fruité sont autant de plumets délicats et doux au toucher. La senteur elle-même fait penser à un parfum de grand couturier.
une fleur de l'été : l'albizia

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans écologie
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 16:46
 
Dernièrement, j’ai découvert un véritable “nid” de chardon-marie. Ces plantes qui ressemblent à des chardons et qui montent jusqu’à deux mètres de hauteur apprécient les endroits secs et ensoleillés comme le pourtour méditerranéen.
 
Après quelques recherches sur internet, j’ai noté que cette plante était une véritable panacée pour les troubles hépatiques et biliaires. C’est un véritable protecteur du foie, à l’instar de l’artichaut.
 
Par ailleurs, la silymarine, principal composant du chardon-marie aurait des effets immunomodulateurs et pourrait contribuer à prévenir et à combattre divers types de cancers.
 
Ce qui m’intéresse, par-dessus tout, ce sont ses qualités gustatives en tant que plante sauvage et comestible.
Les feuilles : après en avoir retiré les épines avec des ciseaux (c’est le plus long), peuvent se consommer crues en salade ou cuites à la façon des épinards et des cardons.
Les jeunes pousses : comme des asperges
Les boutons floraux : comme des artichauts. Il parait qu’ils ont un goût de miel !
Les graines :  torréfiées comme le café, réduites en poudre pour y être incorporées dans les pains ou en huile pour assaisonner les salades.
Les racines : se préparent en ragout  et même en confiture !
 
Pour ma part, j’ai essayé les feuilles que j’ai cueillies avec un gant et des ciseaux. Puis j’ai enlevé les épines, toujours avec un gant et des ciseaux et je me suis confectionné un plat dont voici la recette :
 
ingrédients :
- feuilles découpées de chardon-marie
- noix de cajou
- échalote
- fromage fondant (genre gruyère)
J’ai fait revenir les trois premiers ingrédients à la poêle, dans un peu d’huile et de vinaigre. Puis j’ai ajouté le fromage. J’ai remué. (voir les photos).
 
j’ai également récolté quelques graines. Si certains d’entre vous souhaitent en obtenir pour faire pousser cette belle plante, faites-moi signe !
Recette avec les feuilles de chardon-marie
Recette avec les feuilles de chardon-marie
Recette avec les feuilles de chardon-marie
Recette avec les feuilles de chardon-marie
Recette avec les feuilles de chardon-marie
Recette avec les feuilles de chardon-marie

Partager cet article

Repost 0
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 11:09
Une vidéo très intéressante qui nous informe qu’avec 2 000 euros de revenu minimum par mois et par personne, on peut engendrer une société harmonieuse. Car on nous ment depuis très longtemps sur le sujet du travail, du chômage.
 
A voir absolument pour comprendre les pièges tendus par les politiciens-banquiers et surtout pour nous réveiller !!! 

 

 
Bon réveil et VIVE LE PARADISME !

  

Une vidéo très intéressante qui nous informe qu’avec 2 000 euros de revenu minimum par mois et par personne, on peut engendrer une société harmonieuse. Car on nous ment depuis très longtemps sur le sujet du travail, du chômage.
 
A voir absolument pour comprendre les pièges tendus par les politiciens-banquiers et surtout pour nous réveiller !!!
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans Vive le paradisme
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 21:44

 

D'anciens musulmans lancent samedi à Paris un "Conseil des ex-musulmans de France" pour réclamer le droit de se dire publiquement athées et de critiquer leur religion d'origine.

http://www.midilibre.fr/2013/07/06/des-athees-d-origine-musulmane-lancent-un-conseil-des-ex-musulmans-de-france,727892.php

D'anciens musulmans ayant rompu avec l'islam lancent samedi à Paris un "Conseil des ex-musulmans de France" pour réclamer le droit de se dire publiquement athées et de critiquer leur religion d'origine, ont annoncé les initiateurs du projet. "Nous sommes un groupe d'athées et d'incroyants qui avons, de ce fait, fait face à des menaces et à des restrictions dans nos vies personnelles, plusieurs d'entre nous ont été arrêtés pour blasphème", expliquent les membres fondateurs dans leur appel publié sur Facebook.

"Liberté d'athéisme"

Ils se réfèrent notamment au Chevalier de la Barre, exécuté en 1766 pour avoir refusé de soulever son chapeau au passage d'une procession religieuse et dont la cause avait été défendue par les philosophes des Lumières. "Aujourd'hui, d'innombrables Jean-François Lefevre de la Barre sont menacés, torturés, emprisonnés, mis à mort pour apostasie, blasphème, hérésie et pour refus de se plier aux diktats islamistes", affirment les promoteurs de ce Conseil. Ils réclament notamment "la liberté de critiquer les religions", "l'interdiction de toute restriction à la liberté inconditionnelle de critique et d'expression, sous couleur de la religion", ainsi que "la liberté d'athéisme". Ils veulent aussi interdire tout ce qui s'oppose, dans l'islam selon eux, "aux libertés des peuples" et "à l'autonomie des femmes".

L'apostasie, passible de la peine de mort en Iran et en Arabie saoudite

A l'origine de ce Conseil, composé d'une trentaine de membres de diverses nationalités (marocaine, algérienne, pakistanaise, iranienne, sénégalaise, etc...), un appel du Palestinien Waleed Al-Husseini. Ce blogueur de 28 ans avait été détenu plusieurs mois en 2010 en Cisjordanie, accusé de commentaires blasphématoires envers le Prophète, avant de se réfugier en France. "Nous voulons porter en France la voix des ex-musulmans qui dénoncent le mensonge selon lequel tout musulman l'est toujours alors que ce n'est pas vrai", a expliqué l'un de ses membres Atika Samrah, une Marocaine installée en France depuis cinq ans et qui dit n'avoir jamais pu se dire athée dans son pays.

Des associations similaires existent en Grande-Bretagne et en Allemagne. "Nous avons choisi le même nom et le même logo (le mot "ex" accompagné d'un croissant), en y ajoutant la carte de France pour bien refléter notre appartenance", a-t-elle précisé. Rejetée par l'islam, l'apostasie est passible de la peine de mort en Iran et en Arabie saoudite.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans société
commenter cet article