Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 14:12

 

Et en France, en Europe, c'est pour quand les méditations dans les prisons ???

Je suis sûre que les effets seront les mêmes qu'en Inde ou aux Etats Unis, car la nature humaine est la même partout.

 
 
Documentaire sur la pratique de la méditation VIPASSANA dans la prison de Tihar. C'est l'une des plus grandes prisons de haute sécurité en Inde. Elle est située dans la banlieue de New Dehli.

 
En 1993, une nouvelle inspectrice générale des prisons fut élue : Kiran BEDI. Elle fut la première femme policière. Elle est intègre, a de nobles valeurs. Elle souhaite faire de cette prison, un centre de développement personnel. 

"Comment puis-je les aider à se prendre en charge ?" est l'une des questions que s'est posé Kiran BEDI.
L'un de ses officiers lui donna la réponse : la méditation VIPASSANA. C'est une ancienne technique de méditation découverte il y a 25 siècles en Inde, du temps de BOUDDHA.

 
Cette méditation est pratiquée dans de nombreuses prisons en Inde. Un cours dure 10 jours. Elle change complètement la nature des relations humaines des prisonniers envers les gardiens, et des prisonniers envers leurs familles.

 
La première chose à faire, dans la méditation, est de se concentrer sur sa respiration, la ressentir aller et venir à travers son nez et maintenir cette concentration aussi longtemps que possible.

L'idée de vipassana est d'aller à l'intérieur. Grâce à Vipassana, nous réalisons due nos attitudes et convictions, la souffrance et la joie, ne sont pas causées par le monde extérieur. Ce sont nos réactions aux sensations plaisantes ou déplaisantes que le monde provoque dans notre corps, qui dictent nos actions et conditionnent notre esprit.

 
Depuis, des cours ont été tenus dans des prisons de Taïwan et des Etats Unis avec des résultats exceptionnels.
 
 
 
 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires