Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 13:32

Existe-il une solution efficace et durable au problème de l’éjaculation précoce ?
Il est important que les hommes, souffrant d’éjaculation précoce, sachent qu’ils sont des milliers dans la même situation. En effet, ce problème se rencontre chez les hommes de toutes races, surtout chez les jeunes. Cependant, s’il se résout parfois de lui-même, un grand nombre d’hommes le conservent toute leur vie. Heureusement, plus nos connaissances sexologiques évoluent, mieux nous connaissons les causes provoquant ce phénomène. Ce qui a permis de développer une démarche thérapeutique adéquate, aux succès flamboyants, car basée sur les causes réelles de ce problème, lesquelles sont physiologiques.

Quelle est cette démarche thérapeutique ?
Cette démarche provient de l’approche sexocorporelle qui tient compte des lois du corps : « espace, intensité musculaire et rythme ». C’est pourquoi elle permet de solutionner le problème de l’éjaculation précoce de façon efficace et durable,

Quelles sont ces réactions physiologiques ?
Disons d’abord, que la science a reconnu certaines réactions physiologiques tant chez les hommes que chez les femmes, lorsqu’ils sont sexuellement excités. Chez les hommes très facilement excitables, comme c’est le cas des éjaculateurs précoces qui possèdent généralement une bonne libido, ces réactions sont intenses et peuvent favoriser le déclenchement des spasmes éjaculatoires.

Les réactions qui sont particulièrement en cause sont : la vasocongestion sanguine produisant l’érection, phénomène réflexe, c’est-à-dire, involontaire. D’autres réactions, d’ordre musculaire, sont produites par les petits muscles situés à la base du pénis, entre les testicules et l’anus. Ce sont les « bulbocaverneux et ischiocaverneux ». Lors de l’excitation sexuelle, lorsque ces muscles exercent une pression sur la congestion sanguine du pénis, surtout si d’autres pressions provenant des muscles fessiers, abdominaux et des cuisses s’y rajoutent, le risque est grand que se déclenchent les automatismes de la décharge. C’est sans compter la respiration restreinte liées à la posture exigeante de ces hommes, lorsqu’ils dégagent le haut de leur corps afin de ne pas étouffer leur partenaire. C’est pourquoi nous pouvons maintenant dire que : « le problème de l’éjaculation précoce est inscrit dans la nature même de l’homme et plus précisément, dans sa physiologie ». Une solution physiologique à ce problème s’impose donc d’elle-même. C’est ce que propose l’approche sexocorporelle.

Comment l’approche sexocorporelle permet-elle à ces hommes de prolonger ou de gérer leur excitation sexuelle ?
C’est par certains apprentissages corporels spécifiques, liés aux réactions physiologiques déjà mentionnées, que ces hommes y parviennent. En six à huit semaines environ, ils apprennent à gérer leur excitation sexuelle en prenant d’abord conscience de leur point de non retour, en y intégrant la respiration abdominale et en faisant l’apprentissage des habiletés sexocorporelles de base, puis intégrées. Cette habileté de base est « la double bascule réflexe », ainsi appelée parce qu’elle associe la bascule du bassin à la bascule du haut du corps. A ce mouvement, incluant la bascule de la tête, on enseigne ensuite les habiletés intégrées, c’est-à-dire, l’art de savoir bouger avec minimum de tensions musculaires. En y associant l’apprentissage d’un rythme plutôt lent, ces hommes parviennent à gérer leur excitation et peuvent parfois même décider du moment de leur éjaculation, tout en savourant la volupté avec leur partenaire.

Quels sont les résultats de cette approche ?
Cette approche, développée au Québec depuis plus de vingt ans, a fait ses preuves auprès de plusieurs centaines d’hommes au prise avec un problème d’éjaculation précoce. Nous pouvons dire qu’un sexologue spécialisé en sexocorporel obtient, auprès de ces hommes, un succès évalué à 95%, lorsque ceux-ci poursuivent leur démarche et pratiquent assidûment les habiletés corporelles enseignées lors des séances de consultation. Selon des centaines de témoignages, l’apprentissage de la respiration abdominale est particulièrement efficace et permet souvent de commencer à prolonger l’excitation coïtale. A la fin de leur démarche, il n’est pas rare que des hommes soient capables de prolonger leur excitation plus de dix minutes et parfois même au-delà de quinze à vingt minutes.

Quel est l’apport de l’aspect psychologique dans ce problème ?
Il est clair que nos émotions et nos sentiments se reflètent dans notre corps par des réactions physiologiques. C’est le principe du « corps-miroir » mais aussi du « miroir-corps » puisque nous ne pourrons jamais séparer le corps et l’esprit. C’est le constat sur lequel se fonde et s’est développée l’approche sexocorporelle. Toutefois, l’expérience a démontré que le stress ou l’angoisse, lié à la peur d’éjaculer trop rapidement, disparaissait aussitôt le problème réglé. Ce stress ou cette angoisse était donc un effet plutôt que la cause de ce problème.

La présence de la partenaire est-elle nécessaire au succès du traitement ?
Ces apprentissages doivent être appris par l’éjaculateur précoce lui-même. Cette démarche s’adresse donc d’abord à l’individu avant de s’adresser à son couple, s’il y a lieu. Toutefois, si une partenaire désire accompagner son conjoint à ses séances, sa présence est la bienvenue. Il lui sera possible de mieux comprendre ce qui se passe chez son homme et elle sera davantage en mesure de le supporter et de l’encourager dans sa démarche, dont le but final est de devenir un homme érotique plus compétent avec elle. Cependant, la présence d’une partenaire n’est pas indispensable au succès de la thérapie.

Nicole Audette, M.A.
Sexologue-clinicienne
http://www.nicoleaudette.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans Sexualité - Sexuality
commenter cet article

commentaires