Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 13:57
 
MISERE DU SALARIAT
Écrit par Guy Effe
 

Je suis « si paresseux, que, s'il me fallait travailler pour vivre,

je crois que je me laisserais mourir de faim » (Lesage).


Le travail salarial est la religion de la modernité. Ses vertus
sont partout célébrées et on ne cesse de vanter le bonheur
de la vie au travail. Un bonheur laborieux partagé entre
collègues, patrons et subalternes. On dit de celui qui
décroche un poste qu’il retrouve sa dignité. De celui qui
perd son travail, on parlera de perte de soi[1]! Un travailleur
malheureux au bord du suicide c’est un brave type, mais un
chômeur heureux est la peste qu’il faut éradiquer.

Dans nos sociétés démocratiques, l’homme moderne est

défini avant tout par ce qu’il représente dans la production
capitaliste. A la question que faites-vous dans la vie ?
Comprenez qu’elle est votre valeur marchande ? A quel
prix vous vendez-vous ou que représentez-vous économiquement ?
Dépendamment de la réponse que vous aurez donné à cette
question, votre interlocuteur aura une haute ou une piètre
opinion de vous. Triste réalité : le prix de l’individu résulte
de la loi du marché !

 

L’individu en tant que valeur marchande est contraint de
jouer son rôle et se soumettre. Au regard de la société
personne n’existe en dehors de ce déterminisme. Le rôle
que vous jouez est plus important que ce que vous êtes.
Mieux vaux paraître que d’être !

Tout le monde doit participer dans le jeu macabre du
salariat et quiconque s'y refuse devient d’office l’ennemi
à abattre, le déserteur à remettre dans le rang et le
marginal à réinsérer. Dans une phrase cynique Fichte
résume parfaitement le catéchisme auquel s’articule
notre existence : « Chacun doit pouvoir vivre de son travail,
tel est le principe « Pouvoir vivre » est ainsi conditionné
par le travail et il n'est de droit que lorsque cette condition
a été remplie[2] ». A quoi ajoute la Bible « Si quelqu’un
ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus[3] ».


Cette dernière injonction tirée de l’obscurantisme biblique
couronne tout le côté sacré et arrogant de la chose.

Pourquoi célèbre-t-on une activité aussi dégradante
et pénible que le salariat ? ...

 

la suite de l'article sur
http://www.digression.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=49:misere-du-salariat&catid=34:digressions&Itemid=56


 

Un autre article intéressant sur le même site :
Fainéants de tous les pays...

http://www.digression.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=86:faineants-de-tous-les-pays&catid=34:digressions

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans Vive le paradisme
commenter cet article

commentaires