Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 14:33

Dernièrement, j'ai signé une pétition pour demander aux hommes politiques - députés et sénateurs - de ne pas voter le budget français de la défense 2012. J'ai reçu une réponse de mon député. Je lui ai répondu.

Ci-dessous ma réponse. Plus bas, le courrier de mon député. Bonne lecture

 
Monsieur le député,
bonjour,

Je vous remercie pour votre réponse qui sonne pour moi comme un blabla 
politicien qui ne prend pas en compte la réalité de la situation.


Quand on sait que l'on n'aura aucun problème pour payer toutes ses factures à la fin du mois, quand on sait qu'on aura toujours à manger et qu'on pourra même aller dans les meilleurs restaurants plusieurs fois dans le mois, quand on sait que quand on rentrera chez soi, on trouvera une maison chaude et accueillante, c'est sûr qu'on risque d'avoir du mal à se soucier de la vie
des millions de français, (plus de 8 millions minimum) avec leur maigre revenu situé en dessous du seuil de pauvreté? Saviez-vous que certains français ont même un travail et sont obligés de dormir dans leur voiture ?

Je pense que toute personne politique française qui a des revenus supérieurs à 10 000 euros par mois (primes comprises et sans compter les dividendes d'actions côtées en bourse), est complètement déconnectée de la vie du peuple d'en bas.

C'est bien connu : Les marchands de canons (nous sommes quand même la quatrième puissance mondiale à ce niveau) et les marchands de chair à canons jouent sur les mots : il faut terroriser les citoyens sur le terrorisme, par exemple, leur faire peur, afin qu'ils nous supplient de les protéger et ainsi qu'ils acceptent plus facilement tous les plans guerriers.

Alors, quand tous les besoins primaires sont satisfaits, on a peut-être envie d'autres choses, comme "jouer à la guerre" par exemple. Devons-nous envoyer des hommes en Afghanistan ? Vous avez sans doute voté OUI, même si on sait qu'ils risquent de mourir pour rien. Au cas où vous ne le sauriez pas, Il est prévu que les talibans se présentent aux élections en 2014 dans leur pays. Devons-nous rester en Côte d'Ivoire ? Vous avez sans doute voté OUI. Devons-nous nous impliquer en Libye, pour rendre la liberté à ces pauvres libyens terrorisés par un dangereux dictateur ? Vous avez sans doute voté OUI. Et maintenant ? Une intervention au MALI peut-être ? Voterez-vous OUI également ? Et que penser de la SYRIE ? Voterez-vous OUI pour une
intervention ?

Si vous êtes en manque d'inspiration d'idées novatrices pour développer le bonheur chez les français, ce qui devrait être une CAUSE NATIONALE, au même titre que le cancer ou les maladies cardio-vasculaires, je vous invite à vous inspirer de celles du site
 www.paradism.org.

J'espère pour vous que vous saurez conserver vos privilèges le plus longtemps possible, car vous devez savoir que, dans les rues du monde entier, le peuple gronde de plus en plus. Je vous souhaite une bonne journée et l'assurance de mes salutations les meilleures.

 
 
 
Madame, Monsieur,

J’ai bien reçu votre email-pétition relatif au budget du ministère de la défense pour 2013. Je vous en remercie.
 
Je sais combien le Mouvement pour la paix est attaché aux questions de désarmement, de résolution des conflits et de promotion de la paix. Nous le sommes également.

Les missions et le format opérationnel de nos armées font aujourd’hui l’objet d’un travail prospectif – le Livre blanc - mené par le diplomate Jean-Marie Guéhenno, ancien secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de maintien de la paix. Aujourd’hui, comme vous le notez, le budget de la défense représente environ 2% du PIB, soit légèrement plus que la moyenne européenne.

Deuxième puissance maritime mondiale, la France dispose d’un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. Elle participe régulièrement à des opérations multilatérales sous l’égide de l’ONU et soutient vigoureusement le traité de régulation du commerce des armes, dont les négociations n’ont pu aboutir en juillet dernier. Elle a également été le premier membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU à ratifier la Convention sur l’Interdiction des armes chimiques et cherche constamment à lutter contre leur prolifération.

Le budget tel que présenté aujourd’hui correspond donc au strict nécessaire eu égards aux missions que nous confions à nos armées. En effet, depuis la chute du mur de Berlin, le format de nos armées a été particulièrement réduit. L’armée de l’air ne met en œuvre que 300 avions
de combat. La marine nationale ne déploie plus qu’un porte-avions et la flotte a été limitée. L’armée de terre a vu nombre de ses régiments dissous, suscitant souvent des mécontentements dans les territoires.

Au-delà, le ministère de la défense est celui qui a le plus subi de réductions d’effectifs, tant en raison de la professionnalisation des armées que par souci de rationalisation et d’économies budgétaires. Notre engagement en faveur de la paix ne peut cependant se suffire à lui-même pour faire face à un contexte mondial instable, qui voit émerger de nouvelles menaces sans que les anciennes aient véritablement disparues.

Des régimes autoritaires, aux velléités belliqueuses, aux groupes terroristes déstabilisant des Etats tout entiers, en passant par les attaques visant les systèmes d’information et de communication vitaux : les dangers qui pèsent sur notre sécurité nationale ne manquent pas. Par
ailleurs, des crises sévissent toujours, dans plusieurs points du monde où des forces d’interpositions peuvent être indispensables pour protéger les populations civiles et retourner à la paix. La France et ses forces armées doivent être prêtes à y parer en permanence.

C’est la raison pour laquelle la dissuasion nucléaire, dont fait partie le programme M51, doit être maintenue, comme s’y est engagé le président de la République. Elle reste en effet la garantie ultime de la sécurité et de l'indépendance de la France vis-à-vis de toute agression extérieure.
C’est également la raison pour laquelle il faut maintenir le niveau opérationnel de nos forces, alors que de nombreuses zones de crise se trouvent à moins de six heures de vol du territoire métropolitain.

Parallèlement, la France doit continuer à œuvrer au désarmement multilatéral. Le président de la République, en réaffirmant le maintien de la dissuasion nucléaire, s’est aussi engagé à ce que notre pays « prenne sa part » en la matière. Notre défense est, comme son nom l’indique, le
pilier de notre sécurité nationale et de sa sauvegarde. Elle est avant tout un outil pour la paix.

Enfin, le maintien du budget de la défense n’a pas remis en cause nos priorités : la justice, la sécurité, la jeunesse ou l’emploi. Ces domaines ont fait l’objet d’efforts budgétaires conséquents. Mais nous ne souhaitons pas opposer ces secteurs essentiels à celui de la défense, dont les missions demeurent indispensables.

Très cordialement

Partager cet article

Repost 0

commentaires