Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 14:16
 

Différents secteurs d'activité réunis

La Jordanie et la Norvège viennent de signer un accord mettant enfin un branle un projet datant de 2008 : le Sahara Forest Project. Ce concept de développement d'oasis artificielles dans les zones arides du monde a réuni différents acteurs du monde entier : l'ONG norvégienne Bellona, Max Fordham Consulting Engineers ou encore, le cabinet d'architectes spécialisé dans l'imitation du vivant (ou bionique), Exploration Architecture.

Un site test

L'accord passé entre les Jordaniens et les Norvégiens concerne la construction d'une oasis pilote au sud de la Jordanie, au bord de la Mer rouge, à Aqaba. Des études vont être menées sur ces 200 000 m² de zone fertile afin de tester les différentes technologies requises pour le bon fonctionnement de ce prototype. Les ingénieurs vont exploiter le soleil et l'eau salée, sources énergétiques inépuisables, et les convertir, entre autres, en eau douce pour faire pousser les cultures, instaurer un microclimat propice au développement d'une nouvelle couverture végétale et créer des énergies renouvelables.

Les technologies utilisées

Les serres à eau de mer ou Seawater greenhouses transformeront l'eau salée en eau douce indispensable à l'élaboration de ce climat favorable aux cultures et à la production de biomasse comme des algues, sources de biocarburants. Quant aux centrales solaires à concentration (CSP), elles utiliseront les radiations solaires pour produire de la chaleur et de l'électricité, à terme.  

Cette synergie devrait permettre de développer des havres de nourriture, des énergies renouvelables, de l'eau douce et des emplois. Mais surtout, ces oasis artificielles devraient restaurer une végétation pour stopper l'avancée inexorable du désert, soit plus de 6 millions d'hectares par an. Lutter contre la désertification et aider les pays à se développer coûterait environ 80 millions d'euros pour 20 hectares de serre et une centrale CSP de 10 mégawatts.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans écologie
commenter cet article

commentaires