Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Françoise
  • Le blog de Françoise
  • : Ma nation, c'est l'infini. Aller au-delà des frontières, terrestres, planétaires, galactiques, ethniques, culturelles, génétiques, sexuelles et autres, c'est le début de la liberté et de l'amour universel. My nation is the Infinite. To go beyond terrestrial, planetary, galactical, ethnic, genetic, sexual and others frontiers. This is the beginning of freedom and universal love.
  • Contact

Mes lectures

contactez-moi

18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 08:12
L’homme qui voulait abolir le droit à la fortune, ce grand tabou contemporain

En fait c'est 0,00001 % des habitants de la planète Terre qui détiennent les richesses ! Inadmissible !

Docteur en science économique, Philippe Richard sort un livre courageusement intitulé « Abolir le droit à la fortune » dans un contexte où l’écart entre riches et pauvres est de plus en plus important. Dans cet ouvrage rare en son genre, l’expert en sciences sociales interroge les inégalités de richesses grandissantes entre une poignée de super-puissants et le reste de l’humanité. Les différentes crises que nous connaissons actuellement pourraient-elles être résolues en mettant fin aux immenses fortunes individuelles ? C’est en tout cas une piste qu’il est urgent de considérer. Rencontre avec Philippe Richard, l’homme qui veut faire les poches au 1%…
 
Abolir le droit à la fortune pour une société plus égalitaire
 
L’idée soutenue par Philippe Richard, docteur en économie et expert en socio-économie auprès du Syndex depuis plus de quinze ans, est assez simple et empreinte de bon sens : supprimer le droit à la fortune individuelle. À vrai dire, il ne s’agirait pas tant de supprimer simplement et purement le droit à la fortune, que de limiter les fortunes individuelles par l’institution d’un certain plafond. L’économiste présente son idée ainsi : « Les modalités du plafonnement du patrimoine individuel s’inspirent de l’impôt sur la fortune comme l’ISF, mais à un taux de 100 % à partir d’une valeur acquise : une valeur cumulée des actifs, entre portefeuilles financier et immobilier et parts d’entreprise, nette de dettes. » Les bénéfices réalisés au-delà du dit-plafond serviraient alors à venir renflouer les caisses de l’état dans une démarche de redistribution de la richesse entre les différents citoyens d’un pays.
 
Car, dans la tête de l’économiste, il s’agirait bien d’une mesure qui viendrait directement toucher les ressortissants d’un même état, sur la base unique de leur nationalité. Impossible, donc, de fuir son devoir envers le Trésor Public en changeant de lieu de résidence comme c’est actuellement le cas. « En prenant l’exemple d’un plafond individuel à 100 fois le salaire médian (2,1 M€), les actifs concernés s’élèveraient à 1 750 milliards d’euros pour la France, affectant seulement 1 % des citoyens, les plus riches », explique Philippe Richard. Concernant la mise en place de cette « abolition », l’économiste préconise une prise de décision par référendum, qui s’accompagnerait d’un changement dans la Constitution. Il serait, selon son plan, toujours possible de devenir riche, mais pas extrêmement fortuné au-delà de toute raison.
 
Une telle mesure serait donc véritablement révolutionnaire, en cela qu’elle permettrait d’établir les bases d’une nouvelle organisation de la société, où les citoyens récupèreraient un temps leur place au centre du processus décisionnel. Mais elle permettrait également à l’État de s’inscrire en faux face à cette course effrénée à l’argent qui marque l’époque et les mentalités, afin de remettre la solidarité et l’effort commun de construction sur le devant de la scène. Une nécessité qui se fait sentir un peu plus chaque jour, alors que les inégalités s’accroissent proportionnellement au sein de nos états, et que l’on sait que la plus grande fortune de France, détenue par Liliane Bettencourt, équivaut à 1,8 million d’années de SMIC.
 
 
Une solution aux différentes crises actuelles ?
 
Pour Philippe Richard, dont la tribune sur l’Obs a été lue plus de 100 000 fois, il s’agit également de mettre fin à un système oligarchique qui profite aux « mieux lotis » et aux « plus puissants ». Il s’agit aussi de débloquer une situation statique nouvelle où les « richesses des nantis ne ruissellent plus au sein des nations dites ‘avancées’ », c’est-à-dire une situation dans laquelle les différents ascenseurs sociaux sont complètement bloqués. En voyant dans l’abolition du droit à la fortune la fin d’un régime où la cupidité et la compétition règnent en maîtres et où l’argent est le signe de toutes les réussites, l’économiste espère aussi le rétablissement d’équilibres tant sociaux et économiques, qu’environnementaux.
 
Pour cela, Philippe Richard préconise que les actifs au-delà du plafond soient transférés à une « agence publique autonome en charge de définir un plan quinquennal de relance économique et de transition écologique ». Avec ces fonds ainsi récupérés, il est possible de penser qu’échappant à la pure logique du marché mondialisé, les actifs pourraient participer à la définition d’un nouveau paradigme économique et sociétal en phase avec les révolutions industrielle et écologique à venir. À l’heure où certains avancent que le revenu universel est une « fausse bonne idée » car impossible à financer, on peut également penser qu’une meilleure politique de répartition des richesses pourrait apparaître comme la solution toute trouvée à ce problème de financement.
 
L’auteur, lucide, a cependant conscience que ce combat pour l’abolition du droit à la fortune ne se fera pas sans peine, les géants de ce monde étant certainement peu enthousiastes à l’idée de renoncer à leur statut extraordinaire du jour au lendemain, sans parler du secteur du luxe qui gravite autour d’eux. « L’objectif est avant tout de nous faire réfléchir sur ce droit à la fortune et sa légitimité dans un monde qui a fortement évolué depuis trente ans, où le bénéfice d’un tel droit semble bien mince face à son coût pour les nations », indique-t-il dans son résumé personnel de l’ouvrage. Une question d’autant plus cruciale dans un contexte où la croissance semble impossible à maintenir sur le long terme : la gâteau des richesses étant à partager entre tous. L’ouvrage « Abolir le droit à la fortune » (aux éditions Couleur livres) ouvre la voie sur le long chemin qu’il reste à parcourir dans la déconstruction de notre rapport à l’argent et à sa concentration.
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise - dans société
commenter cet article

commentaires